Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 14:22

Ragaillardi probablement par sa réélection à Bordeaux, Juppé n'épargne ni Sarkozy, ni Kouchner. Il ne les cite pas, mais le coup de griffe est évident  :

 Tibet : Juppé fustige les responsables occidentaux 

"En somme, nous demandons au pouvoir de Pékin de tuer avec retenue"
  

Source NOUVELOBS.COM  -  25.03.2008


L'ancien Premier ministre les accuse de demander à la Chine de "tuer avec retenue" au Tibet. Lundi, Nicolas Sarkozy avait appelé son homologue chinois Hu Jintao à "la retenue et à la fin des violences par le dialogue".

"Le premier mouvement, devant la répression sanglante des manifestations au Tibet par les autorités chinoises, c'est tout naturellement la révolte et la condamnation", indique l'ex-ministre des Affaires étrangères dans un message mis en ligne dans un message diffusé lundi soir sur son blog.
"Peut-on imaginer cas plus flagrant de violation des libertés fondamentales d'un peuple opprimé depuis des décennies?", dit-il.
"Et qu'entendons-nous dans la bouche des responsables occidentaux, politiques ou diplomates, de Washington ou New York à Bruxelles en passant par à peu près toutes les capitales européennes ? Un appel à 'la retenue'", poursuit-il. "En somme, nous demandons au pouvoir de Pékin de 'tuer avec retenue'!".

La 'realpolitik'


"Je suis ébranlé quand je vois l'allant que certains mettent aujourd'hui à pratiquer cette 'realpolitik' qu'ils fustigeaient tant hier. Il y a des grâces d'état. Des disgrâces aussi", souligne le maire de Bordeaux.
"Sans doute est-il facile de prononcer les paroles justes quand on n'a pas la charge des intérêts d'un peuple. Mais la Chine est si riche!", ajoute M. Juppé.

... Nicolas Sarkozy, qui avait revendiqué, lors de la campagne présidentielle, une diplomatie des "droits de l'Homme", s'est publiquement exprimé lundi sur le Tibet pour la première fois depuis le début, il y a dix jours, des incidents dans cette région, appelant son homologue chinois Hu Jintao à "la retenue et à la fin des violences par le dialogue".

"Répression insupportable"

Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner avait quant à lui déclaré sur Europe 1 que la répression chinoise au Tibet "n'est pas supportable", répondant au socialiste Jack Lang qui l'avait invité dimanche à sortir de sa "réserve" sur la question du Tibet.. Le chef de la diplomatie a réaffirmé que la France n'est pas favorable à un boycott des JO.

"Le dalaï lama n'a jamais demandé l'indépendance (...) du Tibet comme personne ne réclame, surtout pas le dalaï lama, le boycott des Jeux olympiques", a rappelé le chef de la diplomatie française. "C'est pourquoi j'ai dit, et je répète avec douceur: ne soyons pas plus tibétains que le dalaï lama, mais soyons avec lui et avec nos amis chinois, parce que c'est eux aussi qui sont concernés".


"Je me vois mal assister à cette manifestation sportive sans réagir"


Interrogée sur le dalaï lama dans Le Figaro, Rama Yade assure que "les portes de notre pays lui seront toujours ouvertes". "S'il fait une visite pastorale, je le recevrai volontiers et sans aucune réserve".
En revanche, un boycott des Jeux d'été 2008 organisés à Pékin ne serait "sans doute pas efficace" et "pas cohérent" avec la décision de la communauté internationale de laisser la Chine organiser l'événement, juge-t-elle.

Rama Yade reconnaît tout de même, "que si la situation empire, elle se voit mal, à titre personnel, assister à cette manifestation sportive sans réagir".
"Il faut que les autorités chinoises reprennent le dialogue avec le représentant du Dalaï lama", conclut la secrétaire d'Etat, rappelant que la France s'était dite disponible pour "faciliter ce dialogue".
Le président de la République prendra une décision le moment venu", rapporte-t-elle dans les colonnes du quotidien, soulignant que "l'urgence est que les émissaires du dalaï lama rencontrent les autorités chinoises".
"Contrairement à ce que l'opposition essaie d'insinuer, le président de la République n'a pas mis le drapeau des droits de l'Homme dans sa poche pour des raisons commerciales. Sa réaction est je crois à la hauteur des attentes", indique la secrétaire d'Etat. (Avec AP)


     "... le drapeau des droits de l'homme dans sa poche"
           ... et si on reparlait du dictateur Kadhafi ? 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande