Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 10:00

.

Sarkozy, encore candidat…

et toujours pas président

Source : marianne2.fr  -  le 24 mars 2009

C'est à Saint-Quentin que Nicolas Sarkozy a tenu ce soir son premier meeting de campagne présidentielle (qu'il a, rappelons-le, remportée il y a deux ans). Xavier Bertrand et les militants avaient fait le déplacement pour assister au Sarkoshow du président. Orateur grandiloquent, pointant les fautes de ses opposants, mettant les rieurs de son côté, Sarkozy a conquis la salle. A part ça, pas ou peu d'annonces.

Nicolas Sarkozy a prononcé ce soir à Saint-Quentin un de ses meilleurs discours… de candidat à l’élection présidentielle. Une élection présidentielle qu'il a, rappelons-le, remportée il y a maintenant deux ans. Sarkozy a donc fait du Sarkozy, un meeting de campagne, du stand-up. Xavier Bertrand et l’UMP étaient venus faire la claque et rire aux blagues du président. Le tout sur fond de drapeaux français et européens. Ne manquaient plus qu'Arthur, Christian Clavier, Jean Reno et Johnny dans le public, un bon Fouquet's à la sortie et la soirée eut été parfaite. Mais point de Fouquet's à Saint Quentin…

Sarkozy, c’est à noter, a prononcé un discours dans un français moins approximatif qu’à l’habitude, au style presque écrit. Tout juste quelques fautes, mais rien à voir avec ses derniers sketchs.

Pas ou peu d'annonces, mais un discours interminable
Sur le fond, beaucoup de belles paroles, un discours essentiellement fondé sur les valeurs : l’intégrité, la morale, le mérite, le travail, la règle. Faute de solutions politiques et économiques, Sarkozy s’accroche à ces valeurs comme au moment de la "Politique de civilisation". Un écran de fumée qui fit pschitt.
Le président avait des accents gaulliens:  "Un monde nouveau sortira de la crise, est-ce qu’on va le construire ou le subir", "Dans une crise aussi profonde, aussi grave, chacun d'entre nous, quelle que soit la place qu'il occupe dans la société, a une responsabilité morale", a-t-il dit. Du De Gaulle de bazar, s’entend : "la France a toujours raison lorsqu’elle incarne le refus du renoncement". Beaucoup de contradictions, de bons sentiments, de poncifs verbeux répétés à l'envi dans ce galimatias d’annonces déjà connues.

Ainsi il ne faudrait "jamais céder à la pensée unique" mais ne jamais hésiter "à s’inspirer de ce qui marche ailleurs alors que la France s’est si longtemps inspirée de ce qui ne marchait pas ", des attaques ciblées contre les experts, ceux qui entourent et conseillent le président mais qu’il se refusera toujours à écouter. Pourquoi ? Retrouvant ses accents "popus" : "Pasque moi, ch’uis pas un expert ».


Pas de loi sur les rémunérations
Pour commenter les manifestations du 19 mars, Nicolas Sarkozy s’est largement inspiré de son meilleur ennemi Dominique de Villepin. Comme lui, le président a tenu à s’adresser à ses principaux soutiens  : "J'ai le devoir d'entendre ceux qui manifestent, mais j'ai également la responsabilité de ceux qui ne défilent pas, et ce n'est pas parce qu'ils ne défilent pas qu'ils ne souffrent pas". C’est une caractéristique de l’homme de droite que d’entendre le silence de la France qui ne manifeste pas.

S’affichant ultra-volontariste, prêt à tout, Nicolas Sarkozy a affirmé qu’il serait "toujours en première ligne" – on l’attend encore en Guadeloupe…- qu’il ne renoncerait jamais aux réformes.
Pour faire bonne mesure, il a appelé les patrons au respect de la morale,  : "Il ne doit plus y avoir de bonus, de parachutes dorés ou de stock-options dans une entreprise qui reçoit une aide de l'Etat ou qui met en oeuvre un plan social d'ampleur". Affichant son opposition aux grosses rémunérations pour les patrons dont les entreprises "se portent mal", sans annoncer pour autant aucun projet de loi. 

Bonimenteur comme à l’habitude. Rien de neuf sous le soleil de Sarkozy …

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande