Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 10:00

immeuble-ghetto.jpg   

L'Insee dénombre 3,2 millions de mal-logés

en France

Source : Mediapart.fr  -  le 6 janvier 2011

 

L'Insee confirme et affine ce que l'on savait déjà. Il n'empêche : à chaque lecture des chiffres du mal ou du non-logement en France, la claque est la même.


L'étude Insee Première publiée ce jeudi évoque «la situation dans les années 2000», en se basant notamment sur la grande enquête Logement 2006. L'état des lieux se révèle catastrophique.

33.000 personnes vivent soit à la rue soit dans des centres d'urgence pour des durées très courtes. L'Insee établit une distinction avec ceux qui sont dans des établissements sociaux pour des durées plus longues, comme les centres d'hébergement et de réinsertion sociale. Ceux-là seraient 66.000 dont 30% de mineurs, et 40% de femmes. Parmi les personnes sans domicile, il faut rajouter les 34.000 accueillis dans des logements ou des chambres conventionnées.

En tout, 133.000 personnes sont donc totalement privées de domicile.

Reste le mal-logement: 38.000 personnes vivent à l'hôtel (dont 17% ont moins de 18 ans), la plupart du temps sans sanitaires dans les chambres, sans possibilité de cuisiner.

Autre «solution»: se faire héberger chez un parent ou un ami. En 2002, si on exclut les étudiants, 79.000 personnes âgées de 17 à 59 ans vivaient dans ce type de condition. 43% d'entre elles travaillaient pourtant.

 

Puis viennent ceux qui vivent chez leurs parents ou leurs grands-parents, « faute de pouvoir accéder à l'autonomie résidentielle », comme l'explique l'Insee. Si on exclut les étudiants et les tout jeunes diplômés, ils sont encore 282.000 adultes dans ce cas de figure de « l'hébergement contraint ».

D'autres ont la chance d'avoir un logement, masi leur chance s'arrête là. En 2006, 85.000 personnes ont déclaré vivre dans un « hébergement de fortune, généralement des constructions provisoires ou des mobile homes dont 20% étaient sans douche, 10% surpeuplés.  

Un peu moins mal logis, on trouve 2,1 millions de personnes vivant dans des logements « privés de confort », type insalubres, pour cause de dégradations, infiltrations d'eau, mauvaise isolation, etc.

Enfin, 800.000 personnes vivent dans 183 .000 logements surpeuplés.

Au total, 2,9 millions de personnes souffrent en France de mauvaises conditions de logement selon l'Insee. Auxquelles viennent s'ajouter les 250.000 pas logées du tout (SDF et noyau dur de l'hébergement contraint type hôtel).

Ce sont donc 3,2 millions de Français qui ne vivent ainsi pas dans un logement satisfaisant.

L'Insee se demande s'il ne faudrait pas élargir l'analyse au million de ménages à faibles ressources qui déclarent avoir des difficultés à payer leur loyer ou être en situation d'impayés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande