Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 14:00

Sondages payés par Nicolas Sarkozy :
"connivence" ou "fausses factures"?

Source

 

Mardi, lors de la séance des questions au gouvernement, Delphine Batho, députée PS a posé une question au Premier ministre au sujet des révélations de la Cour des Comptes sur les sondages OpinionWay payés par l'Elysée et par Le Figaro et LCI.


Delphine Batho a commencé par rappeler les faits:
"L'Elysée a passé une convention avec un cabinet d'études pour un coût de près de 1,5 millions d'euros, montant "exorbitant au regard des règles de l'exécution de la dépense publique" selon la Cour des Comptes. De plus, ce cabinet -  qui serait le cabinet Publifact de Monsieur Buisson - a facturé  à l'Elysée, pour 392 288 euros, des sondages OpinionWay, dont les résultats étaient publiés par Le Figaro et LCI. »

Avant d'émettre 2 hypothèses et de demander au Premier ministre que la représentation nationale soit pleinement informée des faits :

"Soit l'Elysée a payé des sondages pour les faire publier dans certains médias, ce qui met en lumière un système de connivence entre le pouvoir, son cabinet conseil, un institut de sondage et certains médias, dans le but, non pas d'étudier l'opinion publique, mais d'influencer le débat politique. La société des rédacteurs du Figaro s'en est d'ailleurs inquiétée en demandant que soit mis un terme immédiatement à ce type de "coproduction".
Soit, seconde hypothèse, si comme l'indique Claude Guéant, l'Elysée a payé des sondages qui étaient également payés par certains médias, alors tout ceci s'apparenterait à une affaire de sur-facturation ou de fausse facturation."

Ce sont ces 2 "hypothèses" qui ont amené Delphine Batho et le groupe socialiste à demander la création d'une commission d'enquête parlementaire.
En réponse à Delphine Batho, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Henri de Raincourt, a déclaré que la convention entre l'Elysée et le cabinet privé est "claire et transparente, parfaitement respectueuse des marchés publics" et que "le budget de l'Elysée n'a financé aucun de ces sondages". Une déclaration particulièrement "courte" au vu de la gravité des soupçons qui pèsent sur l'Elysée et ses "partenaires".

 

Ce mercredi matin les 2 hypothèses posées par Delphine Batho se trouvent singulièrement renforcées par la publication d'un article de Marianne2.fr, signé Philippe Cohen.

Les informations dont dispose Philippe Cohen lui permettent de détailler ainsi la composition de la facture 392 000 euros présentée par le cabinet Publifact à l'Elysée :
-    Opinion Way a facturé Publifact de 190 000 euros soit moins de la moitié des 392 000 euros recensés par la Cour des Comptes ;
-    Opinion Way a facturé 50 000 euros le Figaro et LCI pour le Politoscope.

Ce détail montre que l'hypothèse de la connivence ne doit pas être écartée loin de là. Comme l'écrit Marianne2.fr, "la contribution de l'Elysée, via Publifact, à ce budget, est décisive puisqu'elle représente les trois-quart des recettes générées par cette étude" OpinionWay. Et le site de s'interroger sur la rentabilité de l'étude en l'absence du financement de l'Elysée !

"Exclusif: Buisson réalise 50% de marge brute sur les sondages!", le titre de l'article de Marianne et sa conclusion nourrissent largement les interrogations sur la possibilité d'un système de "sur-facturation ou de fausse facturation" évoqué par Delphine Batho à l'Assemblée nationale.

Sur ces questions particulièrement graves pour la tenue du débat démocratique, l'Elysée et ses partenaires ne peuvent s'en tenir à des démentis contradictoires.

Partager cet article

Repost0

commentaires

David C. 08/11/2009 01:09



Aujourd’hui, François Hollande trouve curieux le refus de l’exécutif  d’une telle commission d’enquête.


 


Ce que je trouve curieux !


 


En pleine accélération du processus d’effondrement du système financier international, je trouve curieux qu’aucun parlementaire demande une commission d’enquête parlementaire sur la crise
financière (type Commission Pécora de 1932) pour exposer aux yeux des citoyens la responsabilité des banquiers dans la crise financière.


 


David C.
david.cabas.over-blog.fr




Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande