Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

13 janvier 2007 6 13 /01 /janvier /2007 21:33

 

                                                                 

Partager cet article

Repost0

commentaires

CORDIEZ Daniel 14/01/2007 12:21

OH ! QU'IL EST VILAIN !
IL A BEAU VOULOIR SE REFAIRE UNE VIRGINITE, ASSOUPLIR SON DISCOURS COMME ILS DISENT DANS LES MEDIAS ... POUR SÛR, SON FONDS RESTE MAUVAIS ... POUR LES FRANCAIS !!!
MAIS ATTENTION : SA FILLE, ON LA VOIT BEAUCOUP, ELLE PEUT CONTRIBUER A ACCENTUER, HELAS, L'IMPACT DU FN ...

jean-claude marteel 13/01/2007 22:25

Freddy :
 POURQUOI LES GRANDS PARTIS POLITIQUES ACCEPTENT ILS UN REPRIS DE JUSTICE A LA CANDIDATURE PRESIDENTIELLE ?
Il a été condamné en 1960.1964.1969.1971.1986(x2).1987.1991(x2).1992.1993.1995.1996.1997(x2).1998.1999.2004…Soit 18 fois ! …Et il a le toupet de se présenter a la magistrature suprême ! ...  Et ON LE LAISSE FAIRE ! Cessons de jouer avec lui comme le faisait Mitterrand, cet homme a été condamné 18 fois, il persiste donc chaque fois dans ses propos racistes. Comment pourrait-il rassembler les Français ? C’est une HONTE pour la France qu’il puisse se présenter.  Le Pen ment  "On dit que Jean-Marie Le Pen est un extrémiste, que c'est  l'extrême-droite pour disqualifier mon message. C'est faux. Je suis un  homme de centre-droit" :Jean Marie Le Pen.
4 Janvier 2007  Janvier 1960 : condamné pour des menaces de mort proférées à  l’encontre d’un commissaire de police. 
 27 avril 1964 : condamné pour coups et blessures volontaires. 
 16 janvier 1969 : condamné à trois mois de prison avec sursis et 20 000 F de dommages et intérêts pour coups et blessures volontaires par  le Tribunal de grande instance de Paris. 
 14 janvier 1971 : reconnu coupable par la Cour de cassation d' apologie de crime de guerre . La pochette d'un disque édité par la  Serp affirmait :  La montée vers le pouvoir d'Adolf Hitler et du  Parti national-socialiste fut caractérisée par un puissant mouvement  de masse, somme toute populaire et démocratique, puisqu'il triompha à  la suite de consultations électorales régulières, circonstance  généralement oubliée. 
 11 mars 1986 : condamné au franc symbolique pour  antisémitisme  insidieux  (peine confirmée en appel le 9 juillet). Jean-Marie Le Pen  s'en était violemment pris à des journalistes juifs ou d'ascendance  juive :  Je dédie votre accueil à Jean-François Kahn, à Jean Daniel,  à Yvan Levaï, à Elkabbach, à tous les menteurs de la presse de ce  pays. Ces gens-là sont la honte de leur profession.  Monsieur Lustiger me pardonnera ce moment de colère, puisque même  Jésus le connut lorsqu'il chassa les marchands du temple, ce que nous  allons faire pour notre pays. Et il leur accordait comme  circonstance atténuante de n'avoir  appris le français que récemment . 
27 mars 1986 : reconnu coupable d'apologie de crimes de guerre dont la  déportation pour l'édition d'un disque sur lequel on peut entendre  un hymne du parti nazi et  Vive Hitler . 
 16 novembre 1987 : condamné à 3000 F d'amende et 8000 F de dommages et  intérêts à verser au Mrap pour  provocation à la haine, la  discrimination et la violence raciale  par le Tribunal de Paris à la  suite de la distribution d'un tract lors des élections municipales de  1983. Condamné lors du même procès à 5 000 F d'amende pour provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale  pour ses propos lors d'une l'émission du 14 février 1984, selon  lesquels  le monde islamo-arabe  constituerait un « danger mortel .  Peines confirmées par la Cour d'appel de Paris (11ème chambre) le 29  mars 1989. 
 23 mai 1991 : condamné par la Cour d'appel de Lyon pour  utilisation  du terme SIDA pour stigmatiser l'immigration qui représenterait un danger aussi grave que la maladie porte une atteinte intolérable à la  dignité des malades, qui ont droit au respect et à la solidarité et  également une atteinte intolérable à la dignité des populations  immigrées . 
 18 décembre 1991 : condamné par la cour d'appel de Versailles pour  banalisation de crimes contre l'humanité  et consentement à 'horrible  pour avoir déclaré :  Je me pose un certain nombre de  questions. Je ne dis pas que les chambres à gaz n'ont pas existé.  Je n'ai pas pu moi-même en voir. Je n'ai pas étudié la question.  Mais je crois que c'est un point de détail de l'histoire de la Seconde  Guerre mondiale. ... Si, c'est un point de détail ! Voulez- vous me  dire que c'est une vérité révélée à laquelle tout le monde doit  croire, que c'est une obligation morale ? Je dis qu’il y a des  historiens qui débattent de ces questions.
 27 mai 1992 : condamné pour  diffamation  par le tribunal de grande  instance de Paris à 1 F symbolique de dommages et intérêts à  Jean-Christophe Cambadélis. Jean-Marie Le Pen avait qualifié le député  PS d' ancien — ou toujours — trotskiste, et ami des organisations  terroristes allemandes  (Le Monde, 7 juin 1992). 
 3 juin 1993 : condamné à 10 000 francs (1 524 euros) d'amende par la Cour d'appel de Paris « injure publique  au ministre de la Fonction  publique de l'époque, Michel Durafour ( Durafour- crématoire ). Le 7  décembre de la même année, la Cour de cassation a rejeté son pourvoi. 
 8 novembre 1995 : condamné à un redressement de 1,4 million de francs  pour  oublis de plus-value boursière et sous-estimation de loyer .
 15 novembre 1996 : condamné le tribunal de grande instance de Mont-  de-Marsan à 10 000 F de dommages et intérêts pour avoir tenu des  propos ayant  gravement porté atteinte  au président du tribunal d'Auch (Le Monde, 17 novembre 1996).
 6 janvier 1997 : condamné à 6 000 F d'amende et 1 F symbolique de  dommages et intérêts par le tribunal de Strasbourg pour avoir qualifié  l'association Ras l'front de  mouvement de tueurs de flics . 
4 juillet 1997 : condamné par le Tribunal de Paris pour propos  racistes. 
 26 décembre 1997 : condamné à 300 000 F de consignation pour diffusion  du jugement dans des journaux, à verser entre un franc symbolique et 5 000 F de dommages et intérêts à onze associations plaignantes, et à  payer leurs frais de justice par le Tribunal de Nanterre pour  banalisation de crimes contre l'humanité, consentement à l'horrible ,  pour avoir dit lors d'une conférence de presse en compagnie de Franz  Schönhuber, le 5 décembre 1997 à Munich que  dans un livre de mille  pages sur la Seconde Guerre mondiale, les camps de concentration  occupent deux pages et les chambres à gaz dix à quinze lignes, ce qui  s'appelle un détail .  Le 10 septembre 1999, la cour d'appel de Versailles confirme la peine  (Le Monde, 15 septembre 1999).
 2 avril 1998 : condamné à deux ans d'inéligibilité (réduits à un an  par la cour d'appel, qui ajoute 8000 F d'amende) et trois mois de  prison avec sursis par le Tribunal correctionnel de Versailles pourviolences en réunion  et  injures publiques  (faits requalifiés par  la Cour d'appel en  violences sur personne dépositaire de l'autorité publique dans l'exercice de ses fonctions ) pour avoir agressé la maire et candidate socialiste Annette  Peulvast-Bergeal (qui portait son écharpe d'élue) lors des  législatives de 1997.
 9 septembre 1998 : condamné au franc symbolique pour avoir présenté  une tête en carton à l'effigie de Catherine Trautmann lors d'un meeting du Front national en 1997.
  Novembre 1998 : condamné par le tribunal de grande instance de  Nanterre à 10 000 F de dommages et intérêts à l'Union des étudiants  juifs de France pour avoir déclaré  Je crois à l'inégalité des races , lors de l'université d'été du FN, le 30 août 1996 (Le Monde, 27 novembre 1998). 
10 juin 1999 : condamné à 12 000 DM (environ 6 000 €) d'amende par le  tribunal d'instance de Munich pour incitation à la haine raciale et  apologie de crime de guerre, i.e.  le point de détail  (MRAP, avril  2002) 
 2 avril 2004 : Le tribunal correctionnel de Paris a condamné Jean-  Marie Le Pen à 10 000 euros d'amende pour provocation à la haine  raciale, en raison de propos tenus l'an précédent dans une interview au quotidien Le Monde (il avait déclaré notamment Le jour où nous aurons en France, non plus 5 millions mais 25 millions de musulmans, ce sont eux qui commanderont ). Jean-Marie Le Pen devra également  verser 5 000 euros de dommages et intérêts à la Ligue des droits de  l'homme et la même somme à la Ligue internationale contre le racisme  et l'antisémitisme (Licra), qui étaient parties civiles. Décision qui sera confirmée le 11 mai 2006 par la chambre criminelle de la cour de  cassation. 
 Voilà l'homme qui tente de se faire passer pour un honnête démocrate.

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande