Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 16:00

 

CGT et Sarkozy : la lune de miel est terminée

Source : marianne2.fr  -  le 1er février 2012

 

Il est loin le temps où le Président tapait sur les épaules des chefs de la CGT. Lors de son meeting, Bernard Thibault a dénoncé la hausse de la TVA sociale et l'obligation de négocier des accords de compétitivité sous deux mois. Selon lui, une arnaque et un sabotage du droit du travail.

Au début de son quinquennat, Nicolas Sarkozy revendiquait pleinement une stratégie : replacer la CGT au cœur du dialogue social, parce qu’en privé estimait-il, c’était le seul syndicat capable de porter une mobilisation de masse dans le pays. Le chef de l'État appréciera donc en connaisseur, la virulente campagne que lance contre sa réélection son secrétaire général Bernard Thibault,en réponse à ses deux dernières initiatives : une hausse la TVA de 1.6% et l’obligation pour les partenaires sociaux de négocier sous deux mois un cadre permettant la signature d’accords d'entreprise dits de « compétitivité » dérogeant aux contrats de travail des salariés et aux conventions collectives.

code du travail 2012

 

«C’est une arnaque et un sabotage du droit du travail que nous combattrons jusqu’au bout.» s’est ainsi enflammé mardi 31 janvier, l'ancien leader cheminots de 1995 sur la scène du Zénith devant 6000 militants bouillants, réunis pour revendiquer le retour à la retraite à 60 ans.

En conséquence non seulement la CGT tractera jusqu’à la Présidentielle dans toutes les entreprises où elle est présente pour fustiger le bilan social « peu glorieux » de Nicolas Sarkozy. Mais encore, elle est parvenue à arracher à la confédération européenne des Syndicats ( CES), une première mobilisation européenne le 29 février contre le projet de traité que le chef de l'État défend avec la chancelière allemande Angela Merkel. Traité qui selon la CES vise à inscrire de façon antidémocratique l’Europe dans une discipline budgétaire stricte.

En outre pour prévenir toute velléité parlementaire de faire campagne sur la remise en cause du droit du travail, Bernard Thibault a menacé  : « Je voudrais dire aux députés en place que nous saurons également rafraîchir la mémoire des salariés électeurs au moment ou certains d’entre vous défendront leur fauteuil en juin.»

Assis au premier rang, Jean-Luc Mélanchon, Eva Joly, Harlem Désir dépêché par François Hollande et Jean-Marc Ayrault le patron des députés socialistes se montraient très attentifs...


Pourquoi la CGT rentre-t-elle dans la campagne présidentielle avec une telle force, alors qu'elle n'avait jamais mobilisé à ce point contre Jacques Chirac ? Principalement parce que son leader et ses militants ont la conviction que Nicolas Sarkozy, en passant en force sur le dossier des retraites et en ne tenant pas compte de la pénibilité des métiers qui réduit de 7 à 8 l’espérance de vie en bonne santé des ouvriers et des professions les plus exposées, a trahi les classes populaires. Quand bien même les syndicats étaient parvenus des mois durant à mobiliser des millions de Français. Devant ses troupes Bernard Thibault a ainsi rappelé que cette réforme de 2010 devait, selon le gouvernement Fillon, permettre à 10 à 12 000 salariés par an souffrant d'usure due à leur travail de partir plus tôt. Mais qu'en réalité, moins de mille dossiers avaient été validés sur le deuxième semestre 2011. Quand pour la CGT, 150 000 actifs devraient bénéficier d'un départ anticipé.

«Nicolas Sarkozy affirmait dimanche avoir choisi entre une baisse des pensions et un allongement du temps de travail. C'est faux, a également martelé Thibault, les cotisants les plus modestes voient bien que leurs retraites baissent d'année en année

Aussi pour renflouer le régime des pensions déficitaires et amorcer la décrue du chômage, la CGT propose une toute autre réforme que l'augmentation de la TVA sociale: l'abandon des trente milliards d'euros d'exonérations de charges patronales consenties aux entreprises.

"Ce n'est pas le cout du travail qui pénalise la croissance en France car nous ne sommes ni des fainéants ni des incapables", a tranché Thibault en incriminant le sous-investissement des entreprises et l'exclusion du marché de l'emploi de millions de citoyens, jeunes et séniors notamment.

Manière également de rappeler la gauche à ses responsabilités en cas de victoire à la Présidentielle...

.

Partager cet article

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande