Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 18:00
arcelormittal.jpg

ArcelorMittal envisage de supprimer
10.000 emplois supplémentaires en 2010

Source : lesechos.fr  -  le 14 décembre 2009


 

Le leader mondial de l'acier a réuni la semaine dernière son comité d'entreprise européen. Selon les syndicats, la direction y a annoncé son intention de réduire ses coûts pour regagner les parts de marché perdues, notamment en Europe. Quelque 10.000 emplois pourraient disparaître, après 36.000 cette année.


Malgré la remontée de la production d'acier dans le monde, ArcelorMittal, le leader mondial du secteur, s'apprête à tailler à nouveau dans ses effectifs. Fortement. C'est ce qui ressort du comité d'entreprise européen du groupe qui s'est tenu les 9 et 10 décembre, selon les représentants syndicaux qui participaient à la réunion. « Le début de 2010 sera encore marqué par des surcapacités de production en Europe, où le groupe doit regagner des parts de marché perdues, explique Edouard Martin, délégué central CFDT. Dans un contexte de concurrence exacerbée, il doit améliorer sa compétitivité et réduire ses frais généraux de l'ordre de 500 millions de dollars pour les ramener globalement à moins de 3,5 % du chiffre d'affaires. »

Selon plusieurs représentants syndicaux présents au comité d'entreprise, la direction envisagerait de réduire ses effectifs d'environ 10.000 salariés à travers le monde, sur un total de 285.300 salariés actuellement, dont un quart en Europe et environ 25.000 en France. De source proche du dossier, l'effectif actuel dans l'Hexagone est cohérent avec l'activité : « S'il devait y avoir une adaptation, elle serait marginale et en fonction des conditions de marché ».

Les syndicats soulignent que, pour 2009, ArcelorMittal avait initialement prévu une suppression de 9.000 postes dans ses fonctions administrative et commerciale. Elle s'est finalement traduite par une perte de 36.000 emplois, dont 50 % en Europe. La direction se montre moins précise. « Lors de la réunion avec les représentants européens du personnel, il a été évoqué la possibilité d'une baisse des effectifs, non encore chiffrée, liée, d'une part, aux départs naturels et, d'autre part, à l'optimisation de la production », déclare un porte-parole, sans démentir les 10.000 postes avancés par les syndicats.

Pour autant, ArcelorMittal envisage une reprise à compter du second semestre de 2010. Dans cette perspective, le groupe de par Lakshmi Mittal prévoit que ses installations devraient fonctionner à 70 % de leur capacité, contre 50 % cette année, période noire où de très nombreux hauts-fourneaux ont été provisoirement arrêtés. C'est dans ce cadre que, selon la CFDT, le groupe projetterait d'engager environ 2 millions d'euros dans la remise à niveau du haut-fourneau P3 à Florange (Moselle) à l'arrêt depuis plusieurs mois, puis du haut-fourneau P6 actuellement en activité, ce que la direction se refuse à confirmer.

Par ailleurs, Michel Wurth, responsable européen des aciers plats au carbone, a confirmé, au cours de la réunion du comité européen, que le site de Florange était retenu pour le projet Ulcos de captage de CO2. Ce projet mobiliserait un investissement de 500 millions d'euros, pour lequel le groupe souhaite le soutien des pouvoirs publics. « Sur ce sujet, nous maintenons notre position originelle. Il s'agit d'un projet important, qui associe différents opérateurs industriels, et ne peut être conduit sans accompagnement public », note la direction.

 

En France aussi, la production remonte

Le mois dernier, la production française d'acier brut a bondi de 27 %, selon les chiffres publiés par la Fédération française de l'acier. C'est la première hausse enregistrée depuis des mois. En septembre et en octobre, la production française, très liée à l'activité d'ArcelorMittal, avait limité sa chute par rapport à l'année précédente, avec des baisses de 15 % et 16 %, alors qu'elle chutait encore de plus de 35 % au cours de l'été. La hausse de novembre s'explique avant tout par un effet de base : les chiffres du mois dernier se comparent à ceux, désastreux, de novembre 2008, premier mois d'effondrement de la production d'acier à cause de la crise. Pour les onze premiers mois de l'année, la production d'acier française s'inscrit encore en baisse de 31,9 % par rapport à la même période de 2008. En octobre, la production mondiale d'acier a renoué avec la croissance, progressant de 13,1 % sur un an, tirée en grande partie par la Chine, premier producteur mondial..

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande