Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 14:00

Le vendredi 19 mars, plus de deux heures consacrées à l'avenir de la raffinerie des Flandres, lors de cette séance extraordinaire de la Communauté Urbaine de Dunkerque.
En présence de nombreux salariés.

total - raffinerie des flandres

Alors qu'une table ronde sur l'avenir du raffinage en France est programmée mi-avril, plusieurs acteurs économiques sont intervenus pour décrire, chiffres à l'appui, l'impact de l'arrêt de la raffinerie, nouveau coup porté au tissu industriel du territoire et au devenir professionnel des salariés :
- activité du port
- commerce local
- entreprises sous-traitantes

De nombreuses interventions d'élus, et de représentants syndicaux, pour souligner la responsabilité de TOTAL, l'insuffisance du projet industriel présenté le 8 mars en CCE, et la cruelle absence de l'Etat.

Comme l'indique le journal La Voix du Nord en fin d'article, pas de retranscription des propos tenus par les formations politiques, pour cause de période électorale.


Mais, présent à cette réunion, j'ai pu constater que certaines déclarations "politiciennes" (et effrontément démagogiques) étaient inappropriées, quand on considère la situation difficile des salariés de la raffinerie.
Particulièrement, des accusations sur le manque d'engagement des élus aux côtés des salariés, et pour défendre le maintien de la production sur le site de Dunkerque.

Pas sûr que les salariés de TOTAL aient apprécié cette exploitation de leurs difficultés actuelles.
Je tâcherai, lors d'un prochain passage sur le piquet de grève, de recueillir leur impression.

A suivre ...


Conseil extraordinaire de la CUD sur Total :

les élus communautaires ont proposé une résolution sur l'avenir du site
Source : La Voix du Nord  -  samedi 20 mars 2010


Il y avait foule, hier soir, au conseil communautaire extraordinaire de la CUD, organisé sur un thème unique : l'avenir de la Raffinerie des Flandres.

Au cours de la réunion, une proposition de résolution a été lue, qui sera soumise au vote des élus communautaires le 25 mars, puis envoyée aux dix-huit conseils municipaux du périmètre de la communauté urbaine. Définition d'un projet industriel, sous-traitance, conséquences sur l'activité portuaire et sur celles de l'agglomération : autant de points sur lesquels la résolution, une fois amendée, restituera une prise de position officielle des élus communautaires sur le devenir de la Raffinerie des Flandres.

Avant sa lecture, plusieurs intervenants ont pris la parole. Centre de formation, centre d'assistance technique, dépôt pétrolier, participation au terminal méthanier d'EDF : pour Marcel Croquefer, représentant du pôle chimie CGT du littoral, « tout cela n'est que foutaise, prévu pour faire mourir l'emploi à petit feu. Cette fermeture, brutale et sauvage car décidée sans études d'impact ni compensations réelles en termes industriels, aura des conséquences désastreuses (...).

Le projet de méthanier (programmé à l'horizon 2014, ndlr) ne sera en rien une solution industrielle, pas plus qu'il ne sera une solution pour le maintien de l'emploi. » Les conséquences sur la sous-traitance ? Sur ce point, Sylvain Dezoomer, président de la commission industrie de la chambre de commerce et d'industrie, a révélé les résultats d'une enquête menée très récemment auprès d'entreprises industrielles de sous-traitance et de service à l'industrie. Résultat ? « Sur la base des chiffres déclarés par Total, soit six cents emplois de sous-traitants, et des éléments quantitatifs révélés par notre enquête, la perte globale ou le manque à gagner pour ces entreprises en 2010 pourrait être estimé à environ 55 M E, qui s'ajoutent à la baisse des activités en 2009 ».

Recettes indispensables

Pour le port, la présidente de son directoire, Martine Bonny, a confirmé une perte de 17 % au niveau du chiffre d'affaires, soit une quinzaine de millions d'euros et une diminution annuelle de trafic de 7,5 à 8 millions de tonnes. « Il est clair, a-t-elle insisté, que l'on ne peut pas se priver de recettes qui permettent au port de faire des investissements, qui eux-mêmes généreront de nouvelles activités et de nouveaux emplois. » Gérard Blanc, président de la commission emploi et développement économique du Conseil de développement durable : « C'est l'activité générale de notre agglomération qui sera touchée : commerces, hôtellerie, activités domestiques et résidentielles, etc. » Dans un tel contexte, la résolution proposée hier souligne, entre autres, « qu'il est prioritaire et indispensable que Total précise et définisse tout projet industriel du site » pour les sous-traitants, que les entreprises doivent obtenir des compensations et des mesures spécifiques d'accompagnement pour le port, que ni le maintien d'un dépôt, ni l'implantation du terminal méthanier « ne sauraient constituer des compensations » pour le développement d'activités industrielles dans le Dunkerquois, que « Total doit veiller à ce que ses projets soient mis en oeuvre avec Dunkerque promotion, l'agence de développement du territoire ».

La campagne électorale étant terminée depuis hier minuit, nous ne pouvons retranscrire les propos tenus par les élus lors de cette réunion.


Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande