Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 08:00

 

Primaire ... Faute de pouvoir faire valider sa candidature, pour des raisons liées au nombre insuffisant de parrainages, Christian Pierret fulmine. Qu'il dénonce certaines pratiques d'obstruction (non, est-ce possible au PS ?), c'est une chose. Qu'il décide de saisir la Haute autorité, interne au PS, chargée de contrôler le déroulement des primaires, c'est son droit.

Mais s'en prendre aussi violemment et bêtement à certains candidats c'est proprement un comportement  ... primaire !

 Sortie d'égoût       

mar-cage.jpg

Pierret dénonce les "clans" du PS

Source : estrepublicain.fr  - le 15 juillet 2011 

 

Le Parti Socialiste avait pourtant été prévenu par l’entourage de Christian Pierret. Mais, à l’heure dite, peu avant minuit mercredi soir, impossible de joindre qui que ce soit au siège du parti à Paris.

Et pas même un mail où envoyer les signatures de soutien en vue de la primaire. Avec ses treize signatures de maires de villes de plus de 10.000 habitants, le maire de Saint-Dié-des-Vosges ne peut se présenter. Il lui en manque trois. Il a décidé malgré tout de déposer sa candidature.

"Je n’en veux à personne", dit-il, déterminé à poursuivre le combat, "mais il y a eu confiscation par les clans de la primaire socialiste et spoliation de ma victoire". Des maires susceptibles de le soutenir ont reçu des appels téléphoniques et certaines fédérations ont "tellement" fait pression sur des élus qu’ils ont préféré renoncer.

L’ancien ministre de l’Industrie, qui était présent au congrès d’Epinay où fut fondé l’actuel PS en 1971, se considère comme "l’héritier des idées de DSK tout en étant l’initiateur". Pour lui, "le Parti socialiste n’est pas assez social-démocrate et c’est le dernier parti socialiste occidental à ne pas avoir fait sa mue". C’est pourquoi, il réclame un "Bad Godesberg à la française", du nom de la ville où les sociaux-démocrates allemands ont renoncé au marxisme en 1959.

Faute d’avoir été "présélectionné par les médias dans le big five", auquel est venu s’ajouter le radical de gauche Jean-Michel Baylet, qui bizarrement n’a pas eu besoin de signatures, il est exclu du jeu. "Je demande le même traitement. j’ai autant le droit d’être candidat que lui. Les cinq autres ont occupé le terrain par une présence forcenée. On ne m’a pas assez vu dans Closer. Je ne l’ai pas fait parce que, moi, j’ai un vrai boulot", rappelle-t-il assassin.


"Je veux qu’on examine mon cas"

L’élu lorrain craint surtout "l’éviction du débat d’idées" lors de ces primaires, qui risquent sur ce point d’atteindre "le degré zéro". Et il se lâche : "Martine Aubry rajoute une couche de 81 à 97, elle regarde dans le rétroviseur. mais je ne lui en veux pas. Elle exerce l’autorité avec un sens certain de la direction", concède-t-il.

"Cette pauvre Royal, elle est toujours vierge", persifle le catholique convaincu.

"Valls, je ne veux pas l’accabler. Il finira dans les oubliettes de l’Histoire. Montebourg, sa démondialisation est une absurdité", poursuit-il.

Tout le monde en prend pour son grade, sauf François Hollande, le seul à ne pas subir les foudres vosgiennes.

 

La suite de l'article :  ICI

Partager cet article

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Primaires
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande