Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 10:00

 

Exigences financières des grands groupes, ... des PME comme Green Sofa (et l'usine REXAM, toujours dans le dunkerquois) véritablement "étranglées" par leurs contrats quasi exclusifs avec ces grands groupes internationaux ... nous sommes là dans le dispositif implacable du capitalisme débridé, imposant sa loi ... 

 

Le tribunal de commerce de Lille a examiné la situation de Green Sofa

Source : lavoixdunord.fr  -  le 10 décembre 2011 

 

Hier à Lille, le tribunal de commerce s'est penché sur l'avenir de Green Sofa. ... 

Responsable de la direction de l'entreprise, Jean-Charles Parisot faisait face aux représentants d'Ikéa, client unique de l'entreprise de fabrication de canapés basée à Petite-Synthe.

Pour le chef d'entreprise, les exigences financières du leader suédois ne permettent plus à l'usine de générer des profits. De son côté, Ikéa a plaidé l'ignorance, affirmant ne pas connaître avec exactitude la réalité des augmentations du prix des matières premières. Faisant face à l'augmentation de ses coûts de production, Green Sofa ne peut plus produire au prix exigé par Ikéa.

Intervenant également devant le tribunal, une représentante de l'État est venue dévoiler les résultats d'une enquête sur les relations commerciales entre Ikéa et Green Sofa. Répondant au courrier d'un salarié en 2009, l'État avait diligenté cette enquête. Issue du ministère des Finances, elle a brossé un tableau assez noir, pointant du doigt la politique du géant suédois.

Salariés de GREEN-SOFA

"Notre mobilisation et le soutien que nous avons obtenu de tous les bords politiques a visiblement porté ses fruits, se réjouissait hier Gérard Gaubert, responsable syndical, au sortir de l'audience.

C'est satisfaisant même si nous savons que cela ne va pas éclaircir notre sombre avenir. Nous avons eu par A + B la démonstration qu'Ikéa veut se désengager pour amener le marché vers le Portugal ou la Pologne. Ses représentants ont affirmé ne pas savoir que les matières premières avaient augmenté. Mais ils connaissaient forcément les réalités du marché puisqu'ils nous ont obligé il y a quelque temps à nous rapprocher d'un fabricant de carton polonais qui pratique des prix plus bas."

Outré par la position du leader mondial du meuble, le représentant syndical a voulu hier exprimer sa reconnaissance envers Jean-Charles Parisot, le responsable de l'entreprise, "qui s'est vraiment battu pour assurer l'avenir de ses 124 salariés. Mais les jeux sont faits."

La représentante de l'État a demandé une amende de 200 000 E à l'encontre d'Ikéa.

"Une somme qui servira probablement à financer en partie le plan social", s'est résolu Gérard Gaubert.

Le tribunal rendra sa décision le 5 janvier.

.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande