Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 15:00

d-fil--avec-Heuliez---DA44---090429.jpg 

Heuliez : Royal tacle Estrosi

Source : AFP  -  le 13 avril 2010

 

"Ségolène Royal a écrit à Monsieur Estrosi pour lui demander de se taire sur Heuliez en arrêtant de communiquer de façon désordonnée", a indiqué un communiqué du conseil régional Poitou-Charente présidé par Mme Royal.

"Nous sommes au courant de tous ces contacts mais la sérénité de l’entreprise et le sérieux de l’examen des offres est incompatible avec l’exploitation médiatique", souligne la présidente de région.


Ballotté depuis des mois entre faux espoirs et promesses non tenues, Heuliez, basé à Cerizay (Deux-Sèvres) et qui emploie 600 salariés, devrait être fixé sous peu sur l'arrivée d'un éventuel repreneur qui éviterait à la société une liquidation judiciaire.

 

"Il y a trois propositions de reprise: la plus aboutie est celle d'un fonds d'investissement américain, une autre d'un fonds asiatico-allemand et la proposition de l'homme d'affaires turc Alphan Manas", qui a surenchéri sur sa première offre de fin mars, a expliqué mardi à l'AFP Régis Valliot, le mandataire désigné par la justice pour suivre le dossier.

 

Une quatrième piste franco-française n'est toutefois pas totalement écartée: "des solutions alternatives avec plusieurs industriels français sont toujours recherchées et ne semblent pas impossibles", a confié M. Valliot.

"Nous sommes dans la dernière ligne droite", a-t-il estimé, un avis partagé par les différents acteurs du dossier.

 

Heuliez : deux fonds d'investissement intéressés

Source : leParisien.fr  -  le 9 avril 2010

 

Le constructeur et équipementier Heuliez, au bord du dépôt de bilan et à la recherche d'un repreneur depuis plusieurs mois, discute avec deux fonds d' et des investisseurs industriels allemands, a-t-on appris vendredi de sources concordantes. 

La direction d'Heuliez, la région Poitou-Charentes, où est basée l'entreprise, l'Etat et les discutent avec "deux fonds d'investissement, un fonds américain et un fonds européen qui fait des affaires en Asie" pour une éventuelle reprise de l'équipementier, a déclaré à l'AFP Emile Brégeon de la CFDT.
Selon lui, ces fonds, dont il n'a pas cité les noms, devraient "prendre leur décision dans les prochains jours".
"Il y a aussi des partenaires investisseurs industriels allemands qui peuvent faire partie d'un tour de table", a affirmé de son côté Jean Grellier, député socialiste des Deux-Sèvres où Heuliez est implanté.

"La semaine prochaine, Il faut engager des discussions qui ont des chances d'aboutir", a-t-il ajouté, sachant selon lui, qu'il "faut au minimum 20 millions de recapitalisation en capitaux privés" en plus des 15 millions de fonds publics prévus.
Le fonds européen devrait déposer son offre ce vendredi et serait prêt à apporter entre 20 et 30 millions d'euros dans un premier temps, selon une source proche du dossier.

Ces investisseurs pourraient venir appuyer l'homme d'affaires turc Alphan Manas, qui avait proposé fin mars d'acheter 15% du capital de l'entreprise (soit environ 10 millions d'euros) mais dont l'offre avait alors été jugée insuffisante, selon cette source.
En difficulté depuis plus d'un an, la PME de Cerizay avait d'abord cru être sauvée en juillet par le cabinet de conseil BKC (Bernard Krief Consulting), dirigé par Louis Petiet, spécialiste de la reprise d'entreprises en difficulté. Mais il s'est avéré incapable de verser les fonds promis.
Les pouvoirs publics se sont alors lancés à la recherche de nouveaux investisseurs pour éviter un dépôt de bilan.

La Région Poitou-Charentes, présidée par la socialiste Ségolène Royal, a déjà apporté 5 millions d'euros et le Fonds stratégique d'investissement (FSI), créé l'an dernier pour prendre des participations dans des entreprises, pourrait investir 10 millions d'euros.

Le temps presse pour éviter à Heuliez de déposer le bilan, même si les salaires de mars des 600 employés vont être versés normalement le 10 et le 11 du mois, a indiqué M. Brégeon.
Mais le versement des salaires d'avril "pourrait être très problématique" si aucune solution n'est trouvée rapidement, selon la source proche du dossier.

"Il faudra pour le repreneur, soit une capacité à prendre en compte tout ou partie de la dette lorsqu'il entre, soit une capacité à établir des moratoires pour l'apurer", a ajouté M. Grellier.
La direction d'Heuliez n'était pas joignable vendredi.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande