Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 22:00

no-job.jpg 

Réduire l'indemnisation du chômage :

les syndicats s'insurgent

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 14 janvier 2011

 

Les syndicats se sont insurgés vendredi contre la proposition de l'UMP Pierre Méhaignerie de réduire les indemnités des chômeurs, exhortant les politiques à les laisser "négocier" alors qu'ils rencontrent dans dix jours le patronat pour définir de nouvelles règles d'assurance-chômage.

Dans une interview au Figaro, le président de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale a regretté que la France soit "le seul pays à offrir 23 mois" d'indemnités "sans dégressivité" aux chômeurs, allant dans certains cas jusqu'à "5.800 euros".

"C'est trop et cela ne facilite pas la reprise du travail", a-t-il estimé proposant qu'"une partie de ces moyens financiers" soit "redéployée vers les jeunes".

Après le débat lancé par l'UMP sur une remise en cause des 35 heures, qui avait suscité l'ire des organisations syndicales, cette nouvelle suggestion leur semble également malvenue: "M. Méhaignerie est bien sûr légitime à parler, mais ce n'est pas opportun dans la période des négociations qui s'ouvrent", a affirmé à l'AFP Laurent Berger, de la CFDT.

"Laissez-nous négocier, les partenaires sociaux sont conscients de leurs responsabilités", a-t-il lancé, en demandant aux politiques de ne pas empiéter sur "le champ des partenaires sociaux".

Le président de la CFE-CGC, Bernard van Craeynest, a de son côté qualifié les propos de M. Mehaignerie "de fausses bonnes idées," autour desquelles "il est hors de question" que les syndicats "perdent leur temps", au moment où ils vont reprendre langue avec le patronat sur ce sujet.

 

Les négociations pour une nouvelle convention d'assurance chômage doivent débuter le 24 janvier au siège du Medef. Selon les règles actuelles, il faut avoir cotisé au moins quatre mois pour bénéficier d'allocations, la durée de l'indemnisation étant calquée sur celle du travail: un jour cotisé, un jour indemnisé, jusqu à un plafond de deux ans et de trois ans pour les seniros.

La CFE-CGC, comme les autres syndicats, réfute l'argument avancé par l'ancien ministre selon lequel "limiter dans le temps et restreindre l'indemnisation du chômage" favoriserait une "réinsertion plus rapide dans l'emploi".

"Le niveau de l'indemnisation est important pour la dynamique de retour à l'emploi", souligne M. Berger.

"Même l'OCDE a estimé qu'il fallait allonger la durée d'indemnisation dans cette période", renchérit Stephane Lardy (FO). Proposer un "système dégressif, c'est faire du neuf avec du vieux" puisque ce système existait avant 2006 et a fait preuve de son "inefficacité," selon lui.

"M. Méhaignerie pose un vrai problème, celui du chômage des jeunes, mais il apporte de très mauvaises réponses. On ne peut pas déshabiller Paul pour habiller Jacques", souligne Maurad Rabhi de la CGT.

Le responsable cégétiste reproche au député UMP de "raisonner sur une enveloppe constante", alors qu'il faut augmenter les ressources, notamment par une modulation des cotisations patronales qui seraient plus élevées pour les contrats précaires proposés notamment aux jeunes. Une piste qui est aussi avancée par la CFDT et FO.

Les syndicats reprochent aussi à M. Méhaignerie de "stigmatiser" les chômeurs, les rendant "reponsables de leur situation" alors que "notre système assurantiel impose au demandeur d'emploi une obligation de recherche d'emploi", rappelle M. Lardy.

Une limitation des indemnités n'est pas "une revendication du camp patronal" qui "veut jouer la carte du statu quo", selon les syndicats. Le Medef, lui, ne s'est pas encore exprimé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande