Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 20:00

La réaction outragée de Martine AUBRY ne va pas tarder, on connait sa promptitude à dénoncer ce genre d'inepties et d'attaques viles, pour défendre les valeurs, le respect , et tout et tout !
Elles ne passera pas sous silence ces horreurs proférées contre les socialistes, tous les socialistes ... (enfin, je n'ai pas dit "toutes" !)


Pour l'instant, RIEN !

Seul le député-maire PS de La Rochelle, Maxime BONO, a réagi : "Déjà forcé de s'excuser après ses propos sur les harkis, M. Bussereau serait bien avisé de renouveler ses excuses".


Insultes : l'UMP compare Ségolène Royal au nazisme !
Source : LePost.fr  -  le 14 février 2010

C'était à Lagord, près de La Rochelle, le 4 Février dernier.
Une réunion électorale UMP pour les régionales en présence de Dominique Bussereau, ministre, qui se présente contre Ségolène Royal en Poitou-Charentes.

Le reportage de Canal+ montre le maire de Lagord, Jean-François Douard insulter Ségolène Royal en tenant ce discours :

"Elle dirige de façon dictatoriale, c’est une dictature. Une dictature du prolétariat mais une dictature. Je vous rappelle que le nazisme était une dictature du prolétariat."

 


Au moment précis où il prononce ces mots, on voit derrière lui Dominique Bussereau, se mettre la main sur les yeux en signe de d'accablement.
Mais ni Dominique Bussereau ni personne dans la salle ne réagit pour dénoncer ces paroles inqualifiables. Bravo, monsieur le ministre...
Interrogé sur place par le journaliste de Canal+, Dominique Bussereau tente de minimiser le dérapage en mettant ces mots sur des différences de styles générationnels... Il est vrai qu'au moment où le maire de Lagord prononce ces insultes, Dominique Bussereau est lui même au coeur d'une polémique pour avoir qualifié les centristes qui ont rejoint Ségolène Royal de Harkis.

Voilà comment l'UMP fait campagne en Poitou-Charentes.
A défaut de proposer un projet d'avenir, rassembleur et innovant, Dominique Bussereau, qui reconnaît y être allé à reculons et sur ordre de l'Elysée, mène une campagne de dénigrement et d'insultes.

Sur le mode, il en restera toujours quelque chose... Que peut-on attendre d'autre d'un parti présidé par Nicolas Sarkozy - Mr "Casse'toi Pov'Con" ?
On est bien loin de la République du Respect pronée et défendue ardemment par Ségolène Royal !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande