Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 07:00

  la girouette politique 

 

La violente charge de Juppé contre Sarkozy

Source : lefigaro.fr  -  le 7 octobre 2009

Déçu par la réforme territoriale, l'ancien premier ministre est également très critique sur la suppression de la taxe professionnelle, qu'il qualifie de "provocation".

L'élu local Alain Juppé laisse éclater sa colère. Dans un entretien à Sud-Ouest, jeudi, le maire de Bordeaux se livre à une charge inattendue contre les réformes territoriales du gouvernement... et contre Nicolas Sarkozy.

En cause : les réformes des territoires et des collectivités locales. Interrogé sur le projet de réforme territoriale, qui se mettra en place après les régionales, le maire de Bordeaux estime ainsi que «ce n'est pas un bouleversement».

Et ajoute aussitôt : «C'est toujours pareil avec Sarkozy, on vous dit que c'est une rupture avec tout ce qu'on a fait par le passé...» Mais pour lui, cette réfome n'est qu'«une transition».

Puis il tacle encore plus fort. «Il n'y a qu'un point dur qui semble pour le président de la République non négociable : c'est l'élection des conseillers territoriaux. Ce sera un changement très profond, justifié par deux motifs. Le premier, quelque peu démagogique, est de diminuer le nombre d'élus ; ce qui fait toujours plaisir».

Alain Juppé regrette notamment le peu de transferts réels de compétences entre départements et agglomérations, d'un côté, et entre communes et communautés de communes, de l'autre. «On n'aura donc pas le système des villes, fonctionnant comme des arrondissements à la parisienne, par rapport à la communauté urbaine qui devenait la collectivité de référence. À mon avis, on va en rester à un système peu différent de ce qu'il est», estime ainsi l'ancien locataire de Matignon. 

"C'est tout de même se foutre du monde"

Autre raison de sa colère : dans la réforme de la taxe professionnelle et ses conséquences en terme de perte de fonds pour les communes. Pour Alain Juppé, dans ce dossier, «le gouvernement cherche la provocation», rien de moins.

Selon lui, «le président Sarkozy avait promis une compensation euro par euro mais il avait oublié de dire pendant un an». Donc, dès la deuxième année de la réforme, la communauté urbaine de Bordeaux devrait perdre plusieurs millions. «C'est tout de même se foutre du monde», assène même Alain Juppé.

Dans un tout autre registre, le maire de Bordeaux a également détoné. Interrogé mercredi sur France Info à propos du procès Clearstream, Alain Juppé a expliqué qu'il éprouvait «bien sûr» de la compassion pour Dominique de Villepin, avec qui il a «des relations d'amitié anciennes et qui sont intactes». L'ancien premier ministre fut en effet son directeur de cabinet lorsqu'il était ministre des Affaires étrangères du gouvernement Balladur (1993-1995).

Interrogé sur l'usage par le chef de l'Etat du terme de «coupables» pour désigner les prévenus de l'affaire Clearstream, Alain Juppé a rappelé que «la présomption d'innocence est un fondement de tout état de droit de toute démocratie». Avant d'ajouter : «Je pense que globalement ce déballage est mauvais pour tout le monde».

La charge d'Alain Juppé a fait réagir Luc Chatel, porte-parole du gouvernement. «J'ai beaucoup de respect pour Alain Juppé mais je n'ai pas vraiment le sentiment que le président de la République se moque du monde», a-t-il expliqué au sortir du Conseil des ministres, évoquant «deux décisions difficiles, courageuses, qui sont, l'une, de réformer en profondeur notre système d'organisation territoriale. Et deuxième décision difficile, c'est la question de la taxe professionnelle, avec un objectif: améliorer la compétitivité de notre industrie».

 

J'ai lu des commentaires très cocasses portés sur cet article du Figaro : 

- Alain Juppé est le seul aujourd'hui à l'UMP à s'exprimer librement. Il dit les choses telles qu'il les pense, avec cette même liberté de ton que revendiquait le candidat Sarkozy en 2006/2007.
Il est le seul à ne pas craindre les "foudres de l'Elysée" quand sa parole diverge ou critique celle du chef suprême. En cela il se demarque aussi d'une majorité terrorisée et petrifiée à l'idée de ne pas être exactement dans la ligne du "chateau".
Bravo Alain Juppé. Vive la diversité et l'expression libre à l'ump.    [hummm ... pas si sûr !!! ]

 

- On doit reconnaitre que Alain Juppe est un homme libre et courageux et que les aleas de la politique empeche l'un des meilleurs de servir son pays au plus haut niveau.             [ libre ? Allez, on va dire ça !!! ]

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande