Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 21:00
Ca aurait pu finir comme ça !!!       
Prince Jean renonce !
Etonnant, non ? Lui qui annonçait le 13 octobre, alors que la polémique enflait,, enflait, qu'il irait " jusqu'au bout" !

Charisme, courage, intelligence politique ... on a déjà entendu ces brillantes analyses, y compris dans les colonnes des méchants médias qui hier encore voulaient, paraît-il, la peau du pauvre résident de l'Elysée ...
Demain l'UMP, Frédo Lefebvre en tête, va peut-être nous ressortir les mêmes inepties, avec les mêmes mots préparés et venus du Très-Haut !

Noblesse, sens politique ? Et puis quoi encore ?
A mi-mandat de Sarko, c'est bel et bien un fiasco re-mar-qua-ble !!!
Reculade. Conscience que le ridicule avait ses limites. Peur d'une saine colère des français. Perception d'être la risée de la planète !

Bon, aujourd'hui cette affaire se termine. Que nous réserve le clan, pour demain ?
Coup foireux contre notre démocratie ... contre le sort des plus faibles d'entre nous, dans la continuité de ces sinistres deux ans et demi. 

Epad : Jean Sarkozy retourne à ses chères études
Source : Marianne2.fr  -  le 22 octobre 2009

Jean Sarkozy vient de l'annoncer sur France2 : il renonce à briguer la présidence de l'Epad.
Finalement, non. L'élection, le 23 octobre, de Jean Sarkozy au conseil d'administration de l'Epad devait être un prélude à sa désignation le 4 décembre prochain à la tête de l'établissement . Il n'en sera rien : il a annoncé au 20h de France 2, ce 22 octobre, qu'il renonçait à la présidence de l'Etablissement public d'aménagement de la Défense. Il a dénoncé une "campagne de manipulation et de désinformation". Et affirmé qu'il ne voulait pas "d'une victoire qui porte un tel soupçon de favoritisme".

Bien évidemment, les vraies raisons sont à chercher ailleurs. Sans doute du côté des sondages qui, comme celui du CSA paru dans Le Parisien/Aujourd'hui en France vendredi dernier, montraient que 64% des Français étaient critiques vis-à-vis de la candidature de Monsieur fils. Et, plus grave, 51% des sympathisants de droite!

Bien que Jean Sarkozy affirme qu'il a pris sa décision seul, il apparaît évident que l'Elysée est derrière ce coup de théâtre. "Est-ce que j'en ai parlé au Président? Non. Est-ce que j'en ai parlé à mon père? Oui", a d'ailleurs déclaré Jean Sarkozy. Entre son fils et son fonds électoral, Nicolas Sarkozy n'a donc pas hésité longtemps.

Il faut reconnaître que ça urgeait: même les lecteurs du Figaro — la pravda élyséenne — ne supportaient pas que Sarkozy cherche à imposer son fils de 23 ans à la tête d'un établissement public chargé de l'aménagement du premier quartier d'affaires européen. L'éditorial d'Etienne Mougeotte le 16 octobre dernier, intitulé "Fin de la récré" avait déclenché des torrents de protestations, chez les lecteurs comme en interne.
Il fallait donc exfiltrer dare-dare le prince Jean. C'est chose faite.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande