Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 17:00

Le PS assure ne pas avoir peur du débat
sur l'identité nationale

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 2 novembre 2009

Selon les dirigeants socialistes, l'offensive de la droite ne vise qu'à l'embarrasser et à séduire l'électorat de l'extrême droite lors du scrutin régional.
Dénonçant une opération politicienne de la droite, le Parti socialiste a assuré dimanche 2 novembre n'avoir rien à craindre, sur le fond, du débat sur l'identité nationale qui doit débuter ce lundi dans les préfectures et les sous-préfectures. Le ministre de l'Immigration, Eric Besson, présentera ses conclusions fin février, à quelques semaines des élections régionales.
L'ancienne candidate à l'élection présidentielle, Ségolène Royal a enjoint aux socialistes de ne pas rejeter ce débat, "et encore moins de le craindre". Il faut "reconquérir les symboles de la Nation", affirme-t-elle dans Le Parisien Dimanche. "La nation, à l'origine, c'est un concept de gauche."


"C'est la droite qui a un problème"
Pour les dirigeants socialistes, l'offensive de la droite sur l'identité nationale ne vise qu'à l'embarrasser et à séduire l'électorat de l'extrême droite lors du scrutin régional. "L'objectif politique de l'opération (d'Eric) Besson et de (Nicolas) Sarkozy, c'est d'expliquer que la gauche aurait un problème avec la nation et l'identité nationale", a lancé le porte-parole du PS Benoît Hamon lors du "Grand rendez-vous Europe 1-Le Parisien". "Nous n'avons pas de problèmes avec les valeurs inscrites au fronton de la République", a-t-il assuré en déclinant la devise de la France.
La liberté ? Elle "recule aujourd'hui". L'égalité ? "L'affaire Jean Sarkozy a montré toute l'idée que se faisait le président de cette idée". La fraternité ? "Des charters d'Afghans renvoyés dans un pays en guerre montrent comment ce gouvernement a un problème" avec cette valeur, dénoncé Benoît Hamon. Selon lui, "c'est la droite qui a un problème avec les valeurs de la République."


L'attitude de Royal critiquée                  [ ah bon ! rigolo, ce Mosco ! ]
Le PS doit décider cette semaine à quel niveau politique il participera au débat national, mais pour le porte-parole socialiste, il "est faussé par excellence" car le chef de l'Etat s'exprimera début décembre sur ce thème, soit avant la fin des consultations lancées par Eric Besson. "Nous irons défendre les valeurs de la France éternelle", a affirmé Arnaud Montebourg lors de l'émission 17h Politique sur i-Télé.
"Je crois qu'il faut affronter ce débat et y aller avec l'intention de montrer en quoi les éléments fondateurs de notre nation, de notre pays, qui sont les éléments de son identité, sont aujourd'hui piétinés par le pouvoir", a ajouté le député de Saône-et-Loire.
Pierre Moscovici s'est dit "révulsé" par la façon dont Eric Besson posait les termes du débat, en annonçant son intention de s'interroger sur l'apport de l'immigration à la France. Attention aux "dérives xénophobes", a-t-il mis en garde lors du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.Le député du Doubs a également déploré l'attitude de Ségolène Royal qui, selon lui, "cède à la diversion".
"Je dis 'ne tombons pas dedans' et je trouve un peu étrange quand même que Ségolène Royal semble faire écho à Eric Besson, qui l'a pourtant tellement maltraitée", a expliqué Pierre Moscovici.

[ Comme plusieurs au PS, quel "faux-cul" ce P. Moscovici, qui déclare d'une part :
"Je crois qu'il faut affronter ce débat et y aller avec l'intention de montrer en quoi ..."

Et qui d'autre part "déplore" l'attitude de Ségolène Royal.
Elle ne dit pourtant pas autre chose que lui. Alors, ne sait-il pas lire, ou est-il de mauvaise foi ?
La réponse est contenue dans la question ! ]


"On a d'autres chats à fouetter"
Pour Malek Boutih, membre du Bureau national du PS, la droite ferait mieux de s'occuper des Français frappés par la crise. "Quel est l'objectif ? S'il s'agit de cultiver tous les Français autour de l'identité nationale, oui, avec plaisir, mais on a d'autres chats à fouetter", a estimé l'ancien président de SOS Racisme sur France Inter.

De son côté, le ministre de l'Immigration a défendu le calendrier de son initiative, qu'il a prise tout seul. "J'ai eu très fort la tentation de lancer le débat avant les élections européennes, a-t-il dit. Imaginez ce qu'on aurait dit : 'Ce sont les élections européennes, il vient nous parler d'identité nationale, on voit bien pour quoi c'est'.
"Si je l'avais fait après les élections régionales, on aurait dit : ça y est, la campagne de 2012 est lancée."

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande