Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 08:00

envoyé par daniel-c

 

Pour deux lycéennes présentes dans la manifestation,

"venir un samedi après-midi montre que c'est une réelle motivation"

Source : Lavoixdunord.fr  -  le 17 octobre 2010

 

Combien étaient-ils hier après-midi à défiler dans le centre-ville, drapeaux syndicaux au vent et slogans anti-gouvernementaux lancés au micro ? Plus de 6 000 selon les organisateurs, 3 300 selon la police : des nombres et un écart similaires à ceux enregistrés lors de la précédente manifestation organisée un samedi après-midi, le 2.

Alors que le cortège se formait, place Jean-Bart, deux lycéennes du Noordover à Grande-Synthe expliquaient la raison de leur présence au milieu des sidérurgistes, des cheminots, des fonctionnaires territoriaux...

Pour Charlotte Roguet, 16 ans, en première, il s'agissait de "se faire entendre et essayer de faire changer les choses" : "Ce n'est pas pour nous, c'est pour nos parents. Ma mère est fonctionnaire et mon père technicien. Je les vois mal travailler jusqu'à 67 ans ou plus."

S'opposer au projet de réforme des retraites lui donnait pour la troisième fois l'occasion de manifester en peu de jours. Elle s'annonçait prête à défiler à nouveau, à condition que ce soit "sur des thèmes intéressants", consciente que "cela fait une semaine qu'on rate beaucoup de cours".

Un peu plus âgée - 18 ans -, Aurore Traineau, en terminale, affichait aussi sa détermination : "Le blocus du lycée, la plupart des gens perçoivent ça comme une manière de sécher les cours. Venir un samedi après-midi montre que c'est une réelle motivation." Elle qui avait déjà manifesté "il y a deux ans contre la suppression de postes au lycée" a de nouveau battu le pavé, cette fois pour la défense des retraites : "Je suis déjà venue mardi dernier et en septembre."

Tout comme Charlotte, elle ne s'estimait pas trop jeune pour manifester : "J'ai entendu des gens qui disaient : "Oui, les lycéens ne cotisent pas pour la retraite, ça ne les concerne pas." Mais à ce moment-là, si on n'est pas solidaires avec les gens, on ne donne pas pour le Téléthon parce que cela ne nous concerne pas. On ne s'occupe pas des gens qui meurent de faim en Afrique parce que nous, on a à manger. Même si cela ne nous concerne pas directement, il faut soutenir les gens concernés."

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande