Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 08:00

sarko-mena-ant.jpeg 

Le Figaro célèbre la sérénité de Sarkozy

et son goût du secret. Sans rire

Source : marianne2.fr  -  le 5 mai 2010

Ce matin, en page 2 du Figaro, Charles Jaigu le chroniqueur officiel de la Sarkozye poursuit son laborieux et minutieux travail de reconstruction de l'image présidentielle. Après un premier épisode qui mettait en scène scène un président à l'écoute, Le Figaro nous vend un Sarko serein et apaisé.

Officiellement la page 2 du Figaro s’appelle Recto Verso. Littéralement l’endroit et l’envers du décor. Le lecteur candide s’attend comme il se doit à découvrir le dessous des cartes politiques.
Mais pas du tout : Recto Verso est, depuis 2007, devenue le bulletin officiel de l’Elysée notamment grâce à l'éditorialiste Charles Jaigu. Le Figaro y fait régulièrement la démonstration de sa participation à la (re)construction de l’image de Sarkozy en président de la République.
La livraison du jour n'y échappe pas. Dans un article intitulé 
«Sarkozy : 2012 en tête », Charles Jaigu entreprend de dresser le portrait d’un Sarkozy engagé dans un « éternel retour. Désormais serein après avoir été tourmenté ».

Se dessinent dès lors les contours d’un président à l’écoute, capable de
« reconnaître les erreurs commises pour offrir aux Français de nouveaux gages de sérieux et de sérénité ». Mais aussi une icône planétaire éclatante de génie. La presse nord-coréenne en prendrait presque des leçons: « un deuxième acte de rêve grâce à la providentielle présidence de l’Union Européenne qui a donné à l’hôte de l’Elysée l’occasion de déployer ses talents ». Sous-entendu : bridés jusque là. Le « Sarkozy », c’est connu, ne déploie ses ailes de géant que sur la scène internationale…

Sarkozy : serein, apaisé, secret, réfléchi selon ... Le Figaro
La grâce ne dure qu’un temps: lors d’un footing, le président perd connaissance, au propre comme au figuré. Charles Jaigu y voit le début du troisième acte où « les emmerdes voleront en escadrille » selon l’expression chiraquienne. La déroute des régionales, le fiston à la tête de l’Epad, le retour politique de Dominique de Villepin, ou encore la taxe carbone. Réforme à propos de laquelle le journaliste précise qu’elle ne figurait pas au programme du président. Il omet d’ajouter que dans sa période « verte », Sarkozy en faisait ni plus ni moins qu’une réforme « aussi importante que l'abolition de la peine de mort ».

Charles Jaigu poursuit alors son laborieux et minutieux travail de repositionnement du président. Le 14 avril,
Le Figaro avait déjà fait passer un premier message précis  : « Sarkozy veut remettre l'Elysée en ordre de marche ». Rencontres avec les proches, les experts, les anciens, les amis, les connaisseurs. Bref, le président consulte et même réfléchit. Seul dans la pénombre. Il sonde les âmes, les cœurs...et les instituts de sondage. Posture mitterrandienne…

Cette semaine, le président est serein, patient au point de
« faire une cure  d’abstinence médiatique ». Et Charles Jaigu d’énumérer les anecdotes livrées clés en main par l’Elysée et censées illustrer la nouvelle zenitude du président. Signes d’apaisement : le président est arrivé « très en avance » à la finale de la Coupe de France. Sérénité. Il a « pris son temps ». Sérénité encore. « Il s'est entretenu avec beaucoup de monde ». Sérénité toujours : « le président écoute, déploie ses capteurs et se justifie moins ».  
« Il faut que je sois plus secret » aurait-il même déclaré. La remarque ne vaut évidemment pas pour le journal d’Etienne Mougeotte chargé d’assurer les relations-presse et les fuites officielles de la Sarkozye sereine.
On apprend ainsi que Sarkozy a fixé à l’automne 2011 le moment de déclarer s’il sera ou non candidat à un deuxième mandat. Suspense de pacotille que
le Figaro se charge vaguement d’entretenir.

Sarkozy, l'oeil rivé sur 2012, submergé par l'impatience
Pourtant, le dernier paragraphe suffit à démonter la longue et laborieuse démonstration sur la sérénité, l’apaisement et le goût du secret de Sarkozy. Mon œil ! Une pure fiction politique.  Entre les lignes on devine un Sarkozy déjà en campagne, submergé par l'impatience, reparti comme si de rien n’était, gonflé à bloc, sûr de lui, déjà engagé dans la séquence « publicité comparative »: « en face de moi j’ai Martine (Aubry) et Eva (Joly) ». DSK n’ira pas. Sarkozy l’a dit. Et les deux autres ne feront pas le poids.

Charles Jaigu conclut son communiqué par une citation d’Alain Minc parue dans…
Marianne : « les cellules des bons politiques se régénèrent à l’approche de l’échéance présidentielle. Il en sera pour lui comme pour son modèle, François Mitterrand ».

Une conclusion qui impose une autre lecture du titre de l’article : 
« Sarkozy : 2012 en tête » relève presque du lapsus journalistique. Le Figaro s’y voyait déjà autrement: « 2012 : Sarkozy en tête  ».

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande