Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 18:00

 

J'ai mentionné précédemment la lettre d'Arnaud Montebourg adressée à Martine Aubry, en date du 6 mars.

Pour la lire :  ICI

 

Dans cette longue lettre, je relève particulièrement ce passage :

"Est-il possible que les socialistes que nous sommes puissions demander des comptes aux abus de pouvoir du sarkozysme, exiger qu’il soit mis fin à la corruption du régime et du pouvoir actuels, notamment dans le soutien, mêlé à l’affairisme, aux dictatures déchues des pays arabes, si nous tolérons en notre sein des comportements aussi condamnables que repoussants ?

Le socialisme qui reconstruira la République, après ces années de décomposition, défend une haute idée de la démocratie et doit affirmer ses propres valeurs, y compris contre ceux qui s’en réclameraient tout en les dégradant par leurs actes.

Comme parlementaire et comme juriste, comme homme d’honneur ou comme socialiste engagé depuis trente années, pouvais-je accepter de me taire devant ces faits évidents et inacceptables ?"

 

Comme je l'ai écrit dans un précédent billet, j'approuve les propos tenus par Arnaud Montebourg.

homme-baillonne.jpg

Il est dommage qu'en 2008 il n'ait pas été aussi respectueux de l'éthique, quand  les pratiques douteuses  du Congrès de Reims  ont éclaté.

La fameuse commission de recollement avait alors statué, et entériné la victoire douteuse de Martine Aubry.

Sans vraiment convaincre. A tel point qu'une personnalité du PS (Pierre Moscovici je crois) avait déclaré : "Ce vote restera toujours entaché d'un soupçon".

 

D'aucuns pourraient me reprocher de ressasser cette "vieille" histoire.

Bein voyons ! Je suis convaincu que nous le traînons en réalité comme un boulet.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande