Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 09:00

 

J'ai attendu 24 heures, pour m'en remettre ...

Superbe démonstration de ce qu'est devenue la démocratie au PS, version Bartolone. 

J'espère que les militants socialistes (les baisés, comptez-vous !) s'en souviendront.

 

Donc, nous voilà dépendants des discussions entre DSK et Aubry. Qui doivent rester secrètes : "on n'a pas intérêt à savoir" a dit Bartolone.

 

Il y a presque un an, on avait voté très majoritairement pour l'organisation de primaires "ouvertes", et on nous a répété que la "rénovation" était en marche.

C'était tellement convaincant ! Ca n'a pas empêché l'érosion des adhérents, la désertification des assembles générales, et la faiblesse des participations aux scrutins internes ...

 

On peut se consoler en se disant que Solferino, devant les difficultés à organiser une primaire truquée, a préféré renoncer purement et simplement à cette primaire.

Ouf, on l'a échappé belle !!! 

 

Bartolone : pas de primaires au PS. Seulement un sacre

Source : marianne2.fr  -  le 24 septembre 2010 

Invité de France Inter, Claude Bartolone, président PS du Conseil général de Seine-Saint-Denis, a confirmé l'idée d'une entente entre DSK et Aubry pour la présidentielle de 2012... Avant d'évacuer d'un revers de main audacieux la possibilité de primaires de désignation.
 Martine ou Dominique? Dominique ou Martine? Voilà des mois que le Parti socialiste -et les principaux intéressés- s'interroge sans pouvoir trancher. Des sondages  ont donné successivement DSK et Aubry grands gagnants au second tour de l'élection présidentielle de 2012 mais ces vainqueurs pré désignés ne se sont même pas encore déclarés candidats.
Claude Bartolone, président du Conseil général de Seine-Saint-Denis, était ce vendredi 24 septembre l'invité de France Inter. Interrogé sur la candidature PS pour 2012, le lieutenant de Martine Aubry a donné sa vision de la situation. Une vision originale qui ne manquera pas de ravir les ambitieux du PS. Interrogé sur une éventuelle rencontre entre le patron du FMI et la maire de Lille, Bartolone a exprimé le souhait que "personne ne soit au courant quand Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn discuteront, on n'a pas intérêt à ce qu'il y ait une médiatisation de cette rencontre". Il s'agit, selon lui, «d'un moment qui relève de la vie privée d'individus et de l'engagement politique», mais un "moment" qui pourrait quand même intéresser les sympathisants socialistes. Ne serait-ce que parce qu'ils devraient être appelés à désigner le candidat pour 2012 lors des primaires, réclamées à corps et à cri par Arnaud Montebourg.

envoyé par franceinter    C'est à 6mn 50 " !!!

Pour Bartolone en tout cas une chose est sûre, les électeurs n'auront pas à choisir entre l'expatrié de Washington et la première secrétaire: "Il y aura entente, je suis persuadé qu'il y aura comme candidature ou celle de Dominique Strauss-Kahn ou celle de Martine Aubry, et nous aurons à partir de là un candidat qui permettra à la gauche de gagner." Interloqué devant tant d'assurance, Patrick Cohen insiste : "Il y aura quand même une compétition ou un candidat unique ?" La réponse de Bartolone est catégorique : "Nous pourrions nous orienter vers une primaire de confirmation où j'espère que des millions de Français viendront donner leur énergie à celui ou celle qui permettra à la gauche de gagner". 

Pas question donc de laisser les sympathisants désigner un candidat. En revanche, à entendre le président de Seine-Saint-Denis, ils seront les bienvenus pour venir sacrer le champion autoproclamé du PS. Faut-il comprendre que les primaires de désignation qui ont consacré Ségolène Royal en 2007 ont déçu Bartolone ? Alors que Aubry et Royal tentent d'afficher une parfaite entente -de façade ?- les propos du fidèle soutien de la première secrétaire risquent fort de remettre le feu aux poudres. Les quadras du PS comme Valls, Moscovici et consorts apprécieront également d'apprendre l'inutilité de concourir à des primaires jouées d'avance.
Et Ségolène Royal, qui n'a pas dit son dernier mot, goûtera quant à elle la plaisanterie de Claude Bartolone qui semble trancher à sa place pour 2012.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande