Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 17:00

 

Cela fait des semaines que je le dis, avec d'autres : la droite est déjà en campagne présidentielle, Sarko est déjà (ou toujours) sur sa rampe de lancement pour 2012. 

Raison de plus pour que le PS sorte enfin de son immobilisme, et revoit rapidement son calendrier devenu inadapté. Et irréaliste, dès l'origine !

 

Fillon s'est fait applaudir, entre autres, en justigeant les candidats PS aux primaires  qui, selon lui, "se disputent la rose à grands coups de sécateurs"

C'est évidemment outrancier, même si le PS n'a jamais été particulièrement exemplaire.

Les coups -- les coups bas faut-il préciser -- viennent de quelques individus dangereux (tels Lang et Fabius) qui attisent le feu et utilisent les mêmes artifices que la droite pour caricaturer le déroulement des primaires ... qui semble les gêner, certainement.

ombre-de-sarko.jpg

 

Fillon plaide pour l'unité de l'UMP

et tape sur le PS dans l'optique de 2012

Source: NOUVELOBS.COM  -  le 11 décembre 2010 

 

"A 18 mois des échéances nationales, à quelques mois des cantonales et des sénatoriales, sachez que je ne vous ménagerai pas mon appui. Le projet que je vous propose, c'est de gagner", a déclaré François Fillon.

François Fillon a plaidé, samedi 11 décembre, pour l'unité de l'UMP, sujette aux divisions depuis le remaniement, dans l'optique de la présidentielle de 2012, affirmant ne pas être l'homme d'un "clan", et s'est attaqué au PS où les candidats aux primaires "se disputent la rose à grands coups de sécateurs". 

"Je n'ai de rivalité avec aucun d'entre vous et je ne suis l'interprète d'aucun clan : voilà pourquoi je serai toujours au service de cette analyse politique", a déclaré le Premier ministre en clôture du conseil national de l'UMP à Paris, Porte de Versailles, le premier avec Jean-François Copé à sa tête.

"Chacun doit privilégier le rassemblement. Et chacun doit descendre de son piédestal pour redevenir un militant parmi les militants", a ajouté François Fillon, un ex-RPR en réponse aux vives protestations des centristes et des libéraux sur leur insuffisante représentation dans le nouveau gouvernement.

Et le Premier ministre, très souvent acclamé par l'auditoire aux cris de "Fillon, Fillon", volant la vedette à Jean-François Copé, d'ajouter: "les divisions d'hier nous ont épuisés, meurtris, éloignés de nos électeurs qui n'en pouvaient plus des déchirements de la droite et du centre". 

"Le projet que je vous propose, c'est de gagner"

Au moment même où le parti socialiste était lui aussi réuni en convention non loin de là et à quelques mois de ses primaires, le chef du gouvernement a fustigé l'opposition: "les candidats à la candidature se disputent la rose à grands coups de sécateurs".

"La société du care, cette société charitable que la première secrétaire appelait de ses voeux est mal partie", a-t-il déclaré.

"Je ne laisserai pas la gauche draper son conservatisme dans l'étendard de la justice sociale", a aussi affirmé François Fillon critiquant le projet "égalité réelle", examiné samedi par le PS, avec lequel "les vannes de la dépense publique sont grandes ouvertes".

"A 18 mois des échéances nationales, à quelques mois des cantonales et des sénatoriales, sachez que je ne vous ménagerai pas mon appui. Le projet que je vous propose, c'est de gagner", a-t-il lancé.

Partager cet article

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande