Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 10:00

La presse internationale :
"Sarkozy humilié"

par La Rédaction du Post.fr  -  le 23.10.2009

Après s'être moqué des ambitions du fils du président, les médias du monde entier constatent ce vendredi que la "Prince Jean" a renoncé.
Les critiques de la candidature de Jean Sarkozy pour le poste de président de l'EPAd ont fusé, et ont largement été relayées et agrémentées par la presse étrangère. L'annonce de sa renonciation est donc bien commentée aussi.

Le journal qui en fait le plus est clairement The Independant, qui consacre une double page avec moultes photos à M.Sarkozy (père). Le journal britannique titre "L'état c'est moi: Le Culte Sarkozy".

Le TimesOnline est assez incisif aussi en titrant "Nicolas Sarkozy en retrait face au accusations de népotisme qui forcent "Prince Jean" à renoncer à un poste clé". La première phrase de l'article donne la température: "Le président Sarkozy humilié hier soir quand son fils de 23 ans a annoncé qu'il se retirait de la course pour devenir le chef d'une agence publique au budget de 100 millions de livres sterling par an, sous les allégations de népotisme."

Nettement plus soft, le Guardian annonce sobrement la nouvelle, mais on remarque quand même que ce qui intéresse les Anglo-saxons, c'est plutôt l'effet produit sur Sarkozy Sr. Ainsi, l'article raconte que "Jean Sarkozy a dit qu'il voulait mettre un terme à cette querelle politique au vitriol qui risquait de porter préjudice de manière significative à son père".

Côté blog, on peut retenir celui de Iain Martin sur le Wall Street Journal. Il signe un court billet intitulé "Le fils Sarkozy renonce à la course électorale. Il devrait finir ses études et penser à prendre une année sabatique". Il s'exclame "Eh bien, ça n'aura pas duré longtemps." Tout en traitant Jean Sarkozy de "grande progéniture du petit président français"... savoureux ! 
Conclusion pour le blogueur: "Dix ans après ça, quand son père ne sera plus président, alors, et seulement alors, peut-être pourrait-il se présenter pour un poste haut placé. Mais chaque chose en son temps."

En Autriche, la télévision publique parle aussi de Jean Sarkozy sur son site internet. C'est plutôt la joie des opposants qui a été retenue par ORT.at qui titre "France: l'opposition fête le retrait de Sarkozy Junior" et cite même Benoit Hamon, qui explique que le retrait est dû à "la pression de l'opinion catastrophée et de l'écrasante majorité des Français."

Même constat en Allemagne, le site Zeit Online annonce: "L'opposition se réjouit du retrait de Sarkozy junior".
Le quotidien Tagesschau titre "Sarkozy junior ne sera pas chef" , reprend toutes les expressions de la presse française comme "Prince Jean", et constate "la pression devait être trop grande".

Le journal régional Suddeutsche Zeitung reprend le même angle en revenant sur toute la polémique en France. A ne pas manquer, cette petite phrase analytique: "Des psychologues amateurs attestent que le président est frappé par le complexe du père divorcé: il ne pourrait rien refuser à son fils."

En Italie, le journal de gauche Libero titre "Un coup pour la grandeur de Sarko, le fils renonce à la défense." Le Corriere della Sera lance une petite pique: "Jean Sarkozy renonce à diriger la Défense, le fils de Nicolas (23 ans): j'ai pris la décision avec papa."

Dans la presse hispanique, c'est La Republica qui est la plus virulente avec ce titre: "Le clan Sarkozy, maître de la ville de Paris"

Chez nos voisins belges, le site Camer.be s'en donne aussi à coeur joie. Le titre parle de lui même: "France, suicide politique: Jean Sarkozy s'est pendu à un croc de boucher". Dans la presse suisse, des propos beaucoup plus mesurés... comme le montre cet article de TSRinfo.ch intitulé: "Polémique en France: Jean Sarkozy plie sous la pression et renonce à la présidence de la Défense"

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande