Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 10:00

 

On se souvient qu'en 2002 tout le système politico-médiatique (et sondagier) lui avait accroché l'étiquette de "troisième homme" pour le 1er tour de la présidentielle. Jean-Pierre CHEVENEMENT pris finalement la 6ème place, et beaucoup lui firent porter la responsabilité du cuisant échec de Jospin.

Je n'achèterai pas pour l'occasion une boule de cristal, et je laisserai le soin aux éminents commentateurs de se défouler sur les sites internet. Représentant d'un micro-parti ... sortie de coma ... j'en passe et des pires !

Approche plus politique : obstacle des parrainages ... abandon de parcours avant le premier tour ... donnant-donnant avec le PS pour la suite (accord électoral pour les législatives, tiens, par exemple) ...

 

Je note l'appréciation mi-figue mi-raisin à propos du candidat François HOLLANDE : "homme intelligent" ... suivi d'un moins agréable "on peut l'aider à se mettre à la hauteur".

Une autre façon de dire que le candidat PS a besoin de grandir pour affronter la compétition ! A classer dans la longue liste des phrases assassines, qui ne sont pas l'apanage du PS, apparemment !!!

 

logo-Elysee-2012.jpg

Présidentielle : Chevènement repart pour un tour

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 5 novembre 2011

 

L'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), a officialisé samedi soir au journal télévisé de France 2 sa candidature à l'élection présidentielle de 2012.

"J'ai beaucoup réfléchi et j'ai décidé de me porter candidat pour faire bouger les lignes, comme je l'avais dit, c'est-à-dire pour mettre la gauche et la France à la hauteur des défis qui sont devant nous", a déclaré l'ancien ministre (ex-PS) de François Mitterrand, qui avait déjà été candidat à l'Elysée en 2002 (5,3%).

Jean-Pierre Chevènement se préparait depuis plusieurs mois, mais sa candidature était jugée peu crédible par beaucoup d'observateurs. Elle n'est actuellement pas testée par les instituts de sondage et il faut désormais qu'il réunisse les 500 parrainages de maires nécessaires à sa candidature.

En 2002, "j'avais le tort d'avoir raison"

"J'avais le tort en 2002 d'avoir raison contre tous les autres et je n'accepte pas que ceux qui ont fait le lit du Front National en se ralliant au néolibéralisme puissent me transformer en bouc émissaire", a-t-il ajouté alors qu'il était interrogé sur le fait de savoir si cela ne faisait trop de candidatures à gauche de l'échiquier.

"Le problème est de savoir ce qu'ont dit les candidats. Moi j'ai mis en garde contre l'omnipotence des marchés financiers, j'ai proposé de redresser l'Europe (...), de fixer des repères clairs dans la sécurité, l'école", a poursuivi le sénateur du Territoire-de-Belfort

Interrogé sur la candidat socialiste François Hollande, Jean-Pierre Chevènement l'a qualifié d'"homme intelligent". "On peut l'aider à se mettre à la hauteur", a-t-il dit.

.

Partager cet article

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande