Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 15:00

sarkoland---logo.jpg

 

La "prime de 1000 euros" fond à vue d'oeil

Source : LIBERATION.FR  -  le 18 avril 2011

 

La ministre de l'Economie est favorable à une négociation obligatoire dans les entreprises. Mais ne souhaite pas définir une somme précise pour la prime liée aux dividendes, dont le gouvernement déballe les contours depuis la semaine dernière.

Christine Lagarde douche les promesses de Baroin. La semaine dernière, le ministre du Budget évoquait une «prime d'au moins 1000 euros» pour tous les salariés des entreprises qui versent des dividendes à leurs actionnaires.

Ce matin, sa ministre de tutelle corrige: «Je ne pense pas qu'on puisse lui donner un caractère obligatoire dans son montant».

«Ce à quoi nous réfléchissons actuellement, c'est la chose suivante: un mécanisme d'exonération de charges sociales (...) pour que les entreprises puissent payer des primes exceptionnelles à leurs salariés, à titre négocié», a précisé la ministre de l'Economie.

«C'est très important de mon point de vue que les montants, les modalités, la façon dont tout cela s'organise soit négocié entre d'une part les patrons et d'autre part les représentants des salariés», a dit Christine Lagarde.

Le patronat rassuré

Des propos «tout à fait rassurants», pour Laurence Parisot. «Reste à voir le mécanisme qui pourrait être envisagé par le gouvernement dans cette idée de lien avec la distribution de dividendes», a toutefois ajouté la présidente du patronat français.

La patronne du Medef avait exprimé la semaine dernière sa «stupéfaction» devant une mesure «incompréhensible». Et demandait au gouvernement de laisser les partenaires sociaux négocier sans pression.

Rassuré aussi, le président de la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME). «Tous les jours, c'est un petit peu mieux», a réagi Jean-François Roubaud.

Les syndicats pas convaincus du tout

Les syndicats restent sceptiques. Ils fustigent une prime qui ne concernera pas des millions de salariés, la mesure ne devant s'appliquer ni au service public, ni aux entreprises ne distribuant pas de dividendes, ni aux sous-traitants qui participent à la création de la valeur ajoutée des grosses sociétés.

«L'idée de redistribuer une partie des bénéfices aux salariés est une bonne idée», concède François Chérèque sur France Info, ce matin. Avant d'ajouter: «L'annonce du gouvernement va faire beaucoup de déçus, il y aura très peu d'élus», prévient le secrétaire général de la CFDT, qui réaffirme la priorité des négociations salariales. Même discours à la CGT, ou encore à Force ouvrière.

Ce week-end, François Chérèque jugeait même que cette mesure risquait «d'alimenter une forme de populisme» en «créant une opposition entre salariés de grands entreprises qui font des bénéfices et salariés de petites entreprises».

Le gouvernement continue d'esquisser son projet

Le gouvernement, développant une idée de Nicolas Sarkozy, a dévoilé la semaine dernière qu'il travaillait pour mettre sur pied un tel mécanisme, afin de mieux répartir les bénéfices des entreprise.

Le projet n'est pas clairement défini, les membres du gouvernement en dressent les contours au fur et à mesure. Hier dimanche, le ministre du Travail Xavier Bertrand indiquait qu'il pourrait y avoir «avant l'été» une loi. «Les arbitrages vont avoir lieu dans les jours qui viennent», a-t-il précisé.

Ce pourrait être «une prime directe» ou «une prime d'intéressement» ou encore une «prime de participation» par exemple, a-t-il énuméré. «On peut imaginer des exonérations, fiscales pour l'entreprise et sociales pour les salariés, à hauteur de 1000 euros», a-t-il encore suggéré.

Cette mesure concernerait «les entreprises dans lesquelles il y a des dividendes qui progressent», a-t-il ajouté, tout en précisant: «On sait pertinemment que celles qui sont principalement concernées sont les grandes entreprises». Pour «les autres entreprises, il faut que ce soit les salaires qui bougent», a précisé le ministre. 

[ Voeu pieux ????? ]

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande