Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 09:00

 

D'octobre 2009 à mars 2010, ce blog avait consacré une vingtaine de billets au sort des 140 salariés de REXAM - GRAVELINES, que j'avais accompagnés dans leur difficile combat pour la sauvegarde de leur usine et de leur emploi.

L'actualité donne aujourd'hui l'occasion de diffuser une information d'ordre judiciaire, portant sur les dossiers déposés aux prud'hommes par 116 des salariés licenciés après la fermeture du site :

 

Rexam---cherchez-l-erreur.jpg

Rexam : le dossier sera jugé au tribunal de grande instance le 9 mai

Source : lavoixdunord.fr  -  le 10 décembre 2011

 

PRUD'HOMMES

Les salariés de Rexam s'y attendaient un peu. Hier, le tribunal des Prud'hommes de Dunkerque, qui devait rendre son jugement dans le dossier de fermeture de l'usine de Gravelines, a mis le jugement en départage (celui-ci intervient en cas d'égalité des votes, en l'occurrence deux pour et deux contre). En clair, les deux parties - avocats de la direction et des ex-salariés de Rexam - seront de nouveau entendues le 9 mai par un juge professionnel du tribunal d'instance de Dunkerque, dont le vote viendra départager les conseillers prud'homaux.

"Rassurés de ne pas avoir été déboutés"

Pour rappel, l'usine Rexam de Gravelines, qui fabriquait des cannettes de boissons en acier, a fermé ses portes en décembre 2009. Les 140 salariés du site, qui contestaient les raisons économiques invoquées par la direction, parlaient de délocalisation car deux lignes de production de l'usine auraient, selon eux, été démontées pour être réinstallées au Brésil. De son côté, la direction du groupe anglo-suédois évoquait de "réelles difficultés économiques".

Afin d'obtenir des indemnités, 116 des 140 salariés du site, qui dénonçaient également une violation de la procédure de licenciement, ont créé une association en 2010, baptisée Come-Back, et porté le dossier devant les Prud'hommes.

Lors de l'audience du 21 septembre, l'avocat des ex-salariés de Rexam, Me Brun, avait réclamé, conformément à la loi, un minimum de six mois de salaire d'indemnité, en fonction de l'âge et de l'ancienneté de chacun des plaignants.

Réaction des salariés après la décision de départage : "Déjà, on est au moins rassurés de ne pas avoir été déboutés, confiait l'un d'entre eux, hier après-midi. Certes, nous aurions préféré gagner aujourd'hui, mais on verra bien comment l'affaire sera traitée par un juge professionnel".

.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande