Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 08:00

bonnet-d-ane.jpg 

Que va t-il donc rester du beau programme de Sarko 2007, que voici, que voilà ?

Messieurs les électeurs sarkozystes, de droite comme de gauche, ne croyez pas que je vais en pleurer, mais le trou pour enterrer l'une des grandes mesures "phare" des fallacieuses et coûteuses promesses de 2007 semble bien se préparer.

Bien sûr, du côté de ce qui nous sert de gouvernement on y met des formes, d'ordre diplomatique (genre "langue de bois", que ce bon monsieur Copé a abandonné ... si on avale le titre de son bouquin) :

"Les arbitrages n'ont pas encore été rendus" ... "une des pistes de travail" ... évidemment, on ne peut pas dire franchement que l'incompétence du résident de l'Elysée éclate enfin au grand jour :

 

Coup de rabot sur la niche des heures sup ?

Source : LIBERATION.FR  -  le 23 août 2011

 

Le Premier ministre François Fillon a évoqué cette piste comme l'une des sources d'économies pour réduire le déficit. 

Les heures supplémentaires défiscalisées vont-elles faire les frais de la rigueur? Selon plusieurs sources syndicales, ce dispositif, traduction concrète du "travailler plus pour gagner plus", aurait été mentionné par François Fillon comme l'une des sources d'économies pour réduire le déficit.

"Le Premier ministre a évoqué les heures supplémentaires comme une des pistes de travail", affirme le secrétaire général d'une des grandes confédérations qui a eu Fillon au téléphone lundi après-midi.

La CFDT, elle, mentionne explicitement le sujet dans son communiqué. "D’ores et déjà, des mesures sur les grandes entreprises, le secteur financier, les heures supplémentaires et la taxation des personnes les plus riches sont à l’étude", écrit la confédération, dont le responsable, François Chérèque, s'est lui aussi entretenu avec le Premier ministre.

 

Dans l'entourage de François Fillon, on ne confirme, ni n'infirme l'information, se bornant à expliquer que "les arbitrages n'ont pas encore été rendus". Même réponse du côté de Bercy, où l'on rappelle que "toutes les pistes sont à l'étude, la réunion d'arbitrage ayant lieu mercredi à 16 heures".

 

D'un coût annuel de 4,5 milliards d'euros pour le budget de l'Etat, cette niche, l'une des plus coûteuse du "paquet fiscal", avait été jugée inefficace par un rapport parlementaire publié fin juin. En la rabotant, le gouvernement remettrait en cause l'une des dernières mesures encore existantes de la loi Tepa (Travail, emploi, pouvoir d'achat) votée en août 2007, symbole de l'arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande