Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 18:00

 

La sentence vient d'un journal ouvertement libéral et convaincu aux vertus de la finance !
Mais attention, il montre sa déception envers un président timoré, qui pourtant fut "grand" (!!!). 
Désamour donc, constatant que "la réforme des retraites défendue par le président est bien trop timide, un leader plus courageux aurait repoussé encore plus loin l'âge légal de la retraite" !!!
.
Cela dit, depuis des mois, et de tous bords politiques, monte la même image : celle d'un homme qui a perdu le contrôle, qui n'est pas rentré dans les habits de la fonction présidentielle.
.
Nous sommes quand même un certain nombre à penser qu'il n'était pas taillé pour le rôle. 
Pas assez d'envergure.
Du culot oui, un sacré bagout, de la com, beaucoup de numéros de boni-menteur ... et donc un nez qui s'allonge de plus en plus. 

Un-president-retreci---The-economist.jpg 

Pour "The Economist", Nicolas Sarkozy est

un "président rétréci"

Source : LEMONDE.FR  -  le 9 septembre 2010

 

"L'incroyable président qui rétrécit" Le titre barre la "une" du très sérieux hebdomadaire britannique The Economist à paraître vendredi 10 septembre. On y voit une Carla Bruni pimpante suivie par un chapeau de Napoléon muni de courtes jambes. On devine un Nicolas Sarkozy enseveli par un couvre-chef trop grand pour lui. Dans la lignée de certaines "unes" humoristiques, le visuel n'en est pas moins clair :

Nicolas Sarkozy a perdu aux yeux de l'influent journal sa stature présidentielle.

 

L'éditorial qui accompagne un dossier sur un bilan de la présidence Sarkozy est tout aussi clair : "Un peu plus de trois ans après le début de son mandat de cinq années, Nicolas Sarkozy semble être l'ombre du réformateur qu'il a été sur les questions sociales."

[ euhhh ... je demande à voir !!! ]

 

Et de citer pêle-mêle toutes les difficultés et erreurs stratégiques auxquelles est confronté le président français. Question des Roms, baisse dans les sondages, séries de scandales, "même son propre camp commence à douter de lui pour la présidentielle de 2012", note l'éditorial.

Le journal est clair, il voudrait revoir le "grand Sarkozy" qui osait dire aux Français ce qu'ils ne voulaient pas entendre : qu'il faut travailler plus dur. Pour lui, la réforme des retraites défendue par le président est bien trop "timide", et "un leader plus courageux aurait repoussé encore plus loin l'âge légal de la retraite", insiste l'hebdomadaire, qui réclame plus de réformes encore. "Le Sarkozy timide et réactionnaire d'aujourd'hui ne verrait peut-être pas grand avantage à des réformes plus profondes. Mais son alter ego d'hier comprendrait peut-être qu'il n'a pas grand-chose à perdre à essayer." 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande