Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 10:00

 

De grandes manoeuvres, des supputations en tous genres, tout ça ! Le comportement classique qui règne dans les appareils partisans depuis des lustres, somme toute.

Qui oserait prétendre que cela passionne les français, ceux qu'un parti comme le PS déclare défendre, et qui attendent un réel changement de la politique ??? 

 

Bataille rangée entre les camps DSK et Hollande

Source : LePoint.fr  -  le 26 avril 201126 avril 2011

 

Les partisans du président du FMI aimeraient voir le candidat déclaré à la primaire renoncer à ses ambitions.

François Hollande ne fait plus rire, et cela n'est pas pour lui déplaire. Alors que sa candidature à la primaire du PS gagne en crédibilité, les proches de DSK rêvent de plus en plus de le voir se retirer et dégager la piste à leur champion. Face à la volonté à toute épreuve affichée par l'ex-premier secrétaire, ils s'agacent et accentuent la pression. "Oui, parfois on entend qu'on devrait renoncer tout de suite, sinon après 'ce sera trop tard'", admet un proche de Hollande. Entendre : trop tard, à l'heure du triomphe, pour négocier un ralliement avantageux à DSK, dont les proches ne doutent plus du retour ; trop tard pour briguer de prestigieux postes d'après-victoire présidentielle. "Mais la candidature de François, ce n'est pas une candidature pour négocier quoi que ce soit", tranche-t-on.biceps.jpg

"Peut-être qu'ils ont peur"

Les proches de DSK ne se cachent même plus pour exprimer leur agacement. Jean-Christophe Cambadélis, pilier strauss-kahnien à la direction du PS, déplore une candidature prématurée. "Le moment n'est pas venu de la compétition. Je pense que quand on est candidat à la présidentielle et qu'on veut être président, il faut respecter les règles", juge-t-il, évoquant le calendrier du PS qui prévoit un dépôt des candidatures entre le 28 juin et le 13 juillet. Jean-Marie Le Guen est plus virulent encore. Dans une interview au Parisien daté de lundi, le député de Paris reproche à Hollande d'organiser un meeting "en dehors du calendrier prévu" - en référence au premier grand rendez-vous de campagne de Hollande mercredi soir à Clichy-la-Garenne (92) - ajoutant que ce n'est "pas le moment de montrer ses biceps".

Les proches de François Hollande font mine d'être au-dessus des polémiques. "Nous sommes tranquilles", nous affirme l'eurodéputé Stéphane Le Foll. "Lorsque DSK laisse diffuser un documentaire sur Canal+ entièrement consacré à sa personne, il montre ses biceps. Très bien, c'est normal qu'il le fasse. Alors je ne sais pas pourquoi ils font ce type de déclaration, peut-être qu'ils ont peur", poursuit-il. Le député de Seine-Saint-Denis Bruno Le Roux insiste également sur l'état d'esprit de la campagne, "qui doit être un instant de confrontation des idées". "On a choisi de ne pas parler des autres. D'ailleurs, on ne souhaite l'écroulement d'aucun candidat, ni de Dominique Strauss-Kahn ni de Martine Aubry". Il lâche : "On ne va pas s'excuser si François Hollande a des idées, s'il est bon."

Ne pas insulter l'avenir

Toutefois la pression exercée par les strauss-kahniens n'est pas totalement vaine. Ainsi le patron du groupe PS au Sénat Jean-Pierre Bel estime que le climat ne lui permet plus de participer aux traditionnels déjeuners du mardi autour de François Hollande. Il nous affirme tout d'abord "n'avoir subi aucune pression de la part de qui que ce soit". Mais il précise ne pas vouloir être instrumentalisé : "C'est pourquoi je m'en tiens désormais à mon rôle de président du groupe PS au Sénat." "DSK, je l'apprécie, Hollande est un ami personnel. Je ne veux pas donner l'impression d'être enrôlé par les troupes de l'un ou le sentiment de laisser tomber l'autre", nous confie-t-il. Une belle façon de ne pas insulter l'avenir pour qui estime "que ces deux candidatures sont belles".

Évidemment le candidat Hollande ne renonce pas à "montrer ses biceps". Il attend 600 personnes mercredi, à 19 h 30 au théâtre de Clichy. Après une intervention du maire de la ville Gilles Catoire, de l'animateur local de son courant Répondre à gauche et de Stéphane Le Foll, Hollande s'exprimera pour "préciser ses priorités, son projet et sa vision pour la France".

Il poursuivra ensuite sa campagne par des déplacements à l'étranger, à Bruxelles le 5 mai, où il rencontrera le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, puis les 12 et 13 mai en Tunisie. Il compte également se rendre en Grèce. En France, d'autres meetings sont prévus à Périgueux, puis plus tard dans le Limousin et en Bretagne. Hollande en profite, tant qu'il a de l'espace.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande