Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 12:00

sur-BFM-TV-le-9-janvier-2011.jpg   

Ségolène ROYAL propose l'interdiction

des licenciements boursiers

par L'Equipe de Désirs d'avenir  -  le 9 Janvier 2011 

 

Invitée pour la première émission de BFM-TV 2012 / RMC / LePoint, Ségolène ROYAL a pu développer sa vision de la France, une France qui renouerait avec sa promesse républicaine "considérablement affaiblie depuis trois ans" :

"Je veux rétablir la promesse républicaine, valeur fondamentale de la France" a-t-elle ainsi déclaré.

Interrogée par Olivier Mazerolle sur ce que serait "la prise de position éthique d'une campagne de Ségolène Royal", elle a déclaré :
"la barbarie d'aujourd'hui ce sont les hommes et les femmes qui sont considérés comme des choses dans certaines entreprises et qui sont liquidés lorsqu'il faut chercher une rentabilité boursière immédiate. (...).
Une décision très claire, très ferme, immédiate que je prendrais sera celle d'une interdiction des licenciements boursiers."

Reprenant sa proposition émise lors de sa rencontre à Cergy avec les ouvriers de LU, Ségolène Royal a expliqué :
"Il faut inscrire dans la loi l'interdiction des licenciements boursiers et pour que ces grandes entreprises cotées en bourse comprennent bien le message il faudra prévoir le remboursement immédiat de l'ensemble des aides publiques reçues par les entreprises qui délocalisent ou qui licencient lorsqu'elles font des profits". 

----------------------------------------------------------- 

Olivier Mazerolle : Vous avez revendiqué l’héritage de François Mitterrand. La campagne de 1981, de François Mitterrand, avait été marquée par une prise de position morale très forte sur la condamnation de la peine de mort, il avait dit d’ailleurs qu’il abolirait la peine de mort s’il était élu président de la République alors que la majorité des Français était favorable à cette peine. Quelle pourrait être la prise de position morale, éthique, de Ségolène Royal, en 2012 ?

Ségolène Royal : d’abord, merci d’avoir rappelé, c’est vrai, cet engagement de François Mitterrand qui résume bien la grandeur du personnage historique qu’il était, puisqu’il a pris ce risque politique en pleine campagne présidentielle sachant qu’il allait à l’encontre de l’opinion majoritaire des Français, et s’il l’a fait c’est parce qu’il considérait que la peine de mort était une forme de barbarie. Alors vous me demandez maintenant quelle décision je prendrais dans cette hypothèse : bon, nous n’en sommes pas encore au débat sur les projets, j’y travaille beaucoup comme vous le savez, et le temps viendra et notamment dans le cadre du débat des primaires pour dire très clairement et très franchement à l’ensemble des Français ce que les uns et les autres nous aurons l’intention de faire. Et dans ces primaires, je dirai très clairement et très franchement ce que j’aurai l’intention de faire, même s’il s’agit de choses impopulaires. 

Olivier Mazerolle : et vous avez une idée… éthique, comme ça, qui pourrait marquer l’ambiance de votre campagne ? 

Ségolène Royal : je dirais peut-être que la barbarie des temps modernes, la barbarie d’aujourd’hui, qu’est-ce que c’est que la barbarie d’aujourd’hui ? Ce sont les hommes et les femmes qui sont considérés comme des choses dans les entreprises, dans certaines entreprises, et qui sont liquidés lorsqu’il faut chercher une rentabilité boursière ou une rentabilité financière immédiate. Et ça je ne l’accepte pas.

Je n’accepte pas cette ‘chosification’ des hommes et des femmes et je pense qu’il faudra remettre de la dimension humaine dans toutes les politiques. 

Alors une décision très claire, très ferme, immédiate que je prendrai ce sera celle de l’interdiction des licenciements boursiers, puisqu’on l’a vu récemment, et je l’ai vu en allant rencontrer les ouvriers de l’usine LU, que 10 ans après les tribunaux leur ont donné raison, et ont déclaré que ces licenciements boursiers étaient illégaux. Alors moi je pense qu’il faut inscrire dans la loi l’interdiction des licenciements boursiers, et pour que ces grandes entreprises cotées en bourse comprennent bien le message, pour que ces interdictions soient bien efficaces, il faudra prévoir le remboursement immédiat de l’ensemble des aides publiques reçues par les entreprises qui délocalisent ou qui licencient lorsqu’elles font des profits. Et croyez moi, ça fait beaucoup, beaucoup d’argent, car les allègements fiscaux et les allè… 

Olivier Mazerolle, lui coupant la parole : qu’est-ce que… qu’est-ce que c’est qu’un licenciement boursier, parce que beaucoup d’entreprises disent : mais on a encore de bons chiffres d’affaires, on est encore rentables, mais  ça ne va pas durer, donc il faut prendre les devants ? 

Ségolène Royal : alors c’est très simple, parce qu’un licenciement boursier a été défini maintenant par les tribunaux : un licenciement boursier c’est un licenciement qui n’a aucune raison d’être, c’est-à-dire dans une entreprise qui fait des profits, dans une entreprise qui est florissante, mais dans une entreprise qui veut encore gagner plus d’argent, ou bien dans une entreprise qui subit le diktat d’un marché financier, c’est à dire de fonds qui se sont investis dans cette entreprise, et qui exigent une augmentation de la rentabilité immédiate de ces fonds placés, aux dépens des hommes et des femmes qui travaillent dans cette entreprise et qui ont fait la valeur capitalistique de l’entreprise.

Partager cet article

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande