Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 14:00

sur-le-blog-J-L-Bianco.jpg 

Quelques jours avant l'Universite d'été du PS à La Rochelle, Ségolène a fait sa rentrée politique : tout d'abord à l'occasion d'une interview sur Europe1 le 20 août, puis ce jour dans les colonnes du Parisien. 

 

On peut rappeler que ses propositions en terme de sécurité et "d'ordre juste", d'équilibre entre répression et prévention, avaient été moquées en 2007 (quelques "amis" socialistes s'en souviennent probablement !)

Dès 2006 en réalité. En juin 2006 très précisément, et je me souviens l'avoir vu alors réagir et affronter l'adversité interne, lors de son déplacement dans le Nord ... pour l'anecdote, c'était la première fois que je la rencontrais.

 

Ségolène ROYAL : "La ligne laxiste ne doit pas l’emporter au PS"

Source : leParisien.fr  -  le 23 août 2010

 

repart au combat pour "l’ordre juste". L’ancienne candidate à la présidentielle ressurgit dans le débat sur la sécurité, thème qu’elle développera aussi le18 septembre lors de sa Fête de la fraternité à Arcueil (Val-de-Marne).

Avant d’ouvrir l’université d’été du PS vendredi à La Rochelle, Royal appelle les socialistes à reprendre "ses idées", dont celle de l’encadrement militaire des jeunes délinquants.

 

Que répondez-vous à BriceHortefeux qui, dans "Le Monde", s’en est pris à la  "gauche milliardaire" ?
De qui se moque- t-il ? Je rappelle qu’il y a actuellement un clan au pouvoir qui utilise l’Etat à des fins personnelles et au profit d’un groupe de milliardaires bénéficiant du bouclier fiscal et des distributions de Légions d’honneur. Tout accrédite la suspicion d’un trafic d’influence au profit des milliardaires financiers de l’UMP régulièrement réunis par Nicolas Sarkozy, Eric Woerth et Brice Hortefeux. Sur ces malversations, il n’y a toujours pas d’enquête ni de juge d’instruction, ce qui serait inimaginable dans n’importe quelle autre démocratie.

Vous pensez que les déclarations de Nicolas Sarkozy sur la sécurité visaient à faire oublier ces affaires ?
Il fallait en effet d’urgence faire diversion ! Concernant les Roms, je rappelle que Nicolas Sarkozy avait déjà promis lors d’une déclaration à l’Assembléenationale le 10 juillet 2002 de supprimer tous les campements illégaux. Ceux installés depuis cette date relèvent donc de sa responsabilité ! La mise en scène des migrations de la misère vise à camoufler l’échec économique et sécuritaire du pouvoir. Je ne tomberai pas dans le piège d’une polémique sur le sujet car c’est tout l’objectif recherché. Chaque fois que la gauche dénonce la "politique sécuritaire" de Sarkozy, ce dernier marque des points.

J’affirme que sa politique n’est en rien sécuritaire. Au contraire, elle produit de la violence. La preuve : les agressions sur les personnes ont massivement augmenté depuis huit ans.

Les propositions du PS ne tardent-elles pas à venir ?
Oui. C’est parce qu’il y a, admettons-le, plusieurs lignes au sein du PS. J’avais fait des propositions très claires lors de la campagne présidentielle sur la sécurité durable et l’ordre juste. J’évoquais notamment la nécessité de prévention, avec l’encadrement scolaire des jeunes, l’importance de donner des moyens à la police et la justice pour agir contre le grand banditisme et enfin le besoin d’une alternative à la prison pour les mineurs délinquants. Je souhaite que le PS reprenne mes idées, les approfondisse et que ce ne soit pas la ligne laxiste qui l’emporte.

Votre proposition d’encadrement militaire des jeunes délinquants avait naguère fait polémique au PS…
Ce qui se passe aujourd’hui prouve pourtant que j’avais raison. Les Français ont besoin de sécurité, notamment au moment où ils sont durement frappés par la précarité économique. Le PS doit reprendre mes propositions. C’est une nécessité car les jeunes qui sont mis en prison ressortent plus enragés que quand ils s’y sont rentrés. Il y a eu en trois ans plus de 50 000 condamnations par les tribunaux qui n’ont pas pu être appliquées, faute de structures adaptées. Au lieu de fermer les régiments comme le gouvernement le fait actuellement, il faut repenser l’utilisation de ces lieux d’éducation et d’encadrement pour permettre aux jeunes de se remettre sur les rails.

Pourquoi dites-vous que les propos du président desservent les entreprises françaises ?
Pourquoi le contrat Mistral pourtant annoncé par Nicolas Sarkozy a-t-il été annulé par les Russes (NDLR : le président s’était félicité d’un accord avec Moscou pour la vente de deux navires de guerre construits en partie aux chantiers navals de Saint-Nazaire) ? Je ne vois plus un seul chef d’Etat ou de gouvernement qui défende l’action et les déclarations du président de la République française. S’il continue, cela va finir par se retourner violemment contre les Français et les entreprises françaises. Jusqu’alors, elles étaient bien positionnées dans les pays émergents à forte croissance, mais la méfiance est en train de monter. Il est urgent que la France retrouve sa dignité et son rayonnement international gravement mis en cause aujourd’hui par le comportement immoral de l’actuel président de la République.

Vos relations sont-elles désormais apaisées avec Martine Aubry ?
Oui car j’ai le sens des responsabilités, malgré la gravité de ce qui s’est passé au congrès de Reims. La gauche peut gagner en 2012 si elle est unie et si elle est capable de construire un projet qui redonne une espérance et qui tire la France vers le haut.

Quand déciderez-vous si vous vous présenterez ou non à la primaire ?

Quand le moment sera venu.

Partager cet article

Repost0

commentaires

David CABAS 27/08/2010 00:05



SarkoGate : Raccompagnons Nicolas Sarkozy à la frontière … de l'Elysée : http://www.facebook.com/group.php?gid=142284815808171


 


Rejoins moi !


 


David CABAS


david.cabas.over-blog.fr



Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande