Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 07:00

bandeau MEAG avec Ségolène Royal

 

Après une calamiteuse gestion de la réforme des retraites et à la veille d’un remaniement ministériel, le pouvoir lance une campagne de communication pour promouvoir le Grenelle de l’environnement. 

Alors que le nom de Jean Louis Borloo circule pour remplacer le premier ministre François Fillon, la communication sur le grenelle de l’environnement n’est pas sans arrière-pensée. Elle doit permettre de changer l’image du pouvoir pour celle plus consensuelle, plus ouverte au dialogue et aux problèmes contemporains, permettant de préparer 2012. C’est qu’à un an et demi de la présidentielle, il y a le feu à l’Elysée avec un président au sommet de l'impopularité, d'où ce revirement.

Après les signes donnés à l'extrême droite avec la bataille contre les Roms et à la droite dure avec l'intransigeance sur la réforme des retraites, il s'agit maintenant de lancer des signes vers l'électorat plus centriste.

 Mais c’était sans compter sur l’ancienne candidate de la gauche Ségolène Royal qui avait déjà bataillé contre la taxe carbone, obligeant le pouvoir à reculer sur une réforme injuste qui devait peser sur les ménages.

Depuis 2006, la socialiste a fait de la bataille pour une révolution écologique l’un de ses axes de combat. Considérant que cette révolution est indispensable pour à la fois sauver la planète mais aussi permettre d’accompagner socialement cette mutation obligatoire et ouvrir de nouvelles perspectives économiques, la socialiste condamne sur son site Désirs d’avenir cette "opération de communication" du pouvoir. 

Refusant de voir ce sujet de l’environnement utilisé à des fins de communication, pour servir l‘image d‘un pouvoir affaibli, Ségolène Royal condamne les mensonges du pouvoir :

"Le gouvernement trompe les français au sujet du Grenelle de l’environnement" et dénonce le manque d’ambition et de réalisations en ce domaine. Rappelant la déclaration de Nicolas Sarkozy « L'environnement, ça commence à bien faire »,  la socialiste fustige un pouvoir qui n’a pas su tenir "ses engagements" sur une question aussi fondamentale.

 

Réaction complète de l'équipe de Ségolène Royal : ICI

 

Ce qu'il faut en déduire : le gouvernement trompe les français au sujet du Grenelle de l’environnement

Le rapport d’évaluation du Grenelle de l’environnement rendu public ce matin par le Ministère du Développement Durable est trompeur :

  • Il fait injustement l’éloge du Gouvernement dans sa mise en œuvre du Grenelle en faisant croire que les trois quarts des engagements pris en 2007 sont déjà réalisés ou en cours de réalisation ;

  • Cette évaluation est tout sauf indépendante puisqu’elle repose sur les seuls avis des Présidents et responsables des groupes de travail mis en place en 2007.

En effet, depuis plusieurs mois, tous les acteurs reprochent au Gouvernement de revenir sur ses engagements et de ne pas tenir ses promesses :

  • dans les énergies renouvelables avec les nouvelles mesures qui cassent l’essor du photovoltaïque et de l’éolien,

  • dans l’isolation des bâtiments en remettant en cause les aides aux particuliers qui commençaient à se mobiliser,

  • dans le secteur des transports avec l’absence de moyens pour développer les transports collectifs urbains et ferroviaires, malgré de nouvelles mesures en faveur du transport par la route et du développement du secteur aérien,

  • dans le secteur agricole avec la remise en cause des engagements pour la réduction des pesticides.

La vérité est que le Grenelle avait été présenté comme une méthode innovante de faire de la politique en associant l’ensemble des citoyens. Or les reculs sont annoncés au fil des interviews ministérielles ou des projets de loi, sans concertation jusqu'au Président de la République qui déclarait aux agriculteurs le 6 mars dernier, lors du Salon de l'Agriculture « L'environnement, ça commence à bien faire »

La communication faite aujourd’hui autour du rapport d’évaluation du Grenelle révèle une nouvelle fois sa vraie nature qui n’est qu’une opération de communication et d’inflation législative sans moyens, et donc sans effets.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande