Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 18:00

zones noires - borloo met de l'eau dans son vin-copie-1 

Ils seraient donc plutôt limités intellectuelllement, ces sinistrés de Xynthia, non ? Une tempête sous leur crâne, quoi !

Même pas capable de comprendre les choses si intelligentes annoncées il y a quelques jours sur les zones de destruction massive ... Heureusement, Borloo est arrivé .... é - é !!!  


Tempête Xynthia : Borloo évoque

"un malentendu" sur les zones noires

Source : leParisien.fr  -  le 15 avril 2010

 

Le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo a évoqué "un malentendu" sur les zones noires délimitées après la tempête Xynthia, qu'il a qualifiées de "zones de solidarité" et "pas de destruction massive", jeudi à La Rochelle.


"Il y a eu un malentendu, les zones évoquées ce sont des zones de solidarité, des zones de rachat, ce ne sont pas des zones de destruction massive, il y a un malentendu sur lequel il faut qu'on s'explique", a déclaré le ministre, à la presse, avant une rencontre avec les élus concernés de Charente-Maritime à la préfecture.


"On va travailler avec eux" (les maires et les parlementaires présents), a ajouté le ministre, venu avec les secrétaires d'Etat au Benoist Apparu, à l'Ecologie Chantal Jouanno, et aux Transports , également du conseil général de Charente-Maritime.
"Ce sont des zones à risques avérés, la solidarité nationale est là pour aider", a poursuivi M. Borloo sur le perron de la préfecture, "d'ailleurs les zones noires ce n'est pas très heureux comme expression, ce sont des zones sur lesquelles l'Etat s'engage sur la sécurité", a-t-il dit.


Dans ces zones dites "noires", où les habitations sont destinées à être détruites après la tempête du 28 février, "il y a un problème de valeur de biens, de patrimoine", a poursuivi M. Borloo. Il faut "que l'Etat garantisse la valeur des biens et s'engage, c'est une procédure exceptionnelle, à un accord amiable et après, parcelle par parcelle, maison par maison, là où il y a un risque avéré, on regardera ensemble les procédures habituelles et de droit commun", a-t-il ajouté.
"Le rachat c'est un avantage qui est donné aux gens, dans ces zones vous pouvez demander à partir, à vendre à l'amiable et comme il n'y aura pas beaucoup d'acheteurs l'Etat garantit la valeur", a-t-il encore déclaré.
Dans une "lettre ouverte" adressée au président de la République et au Premier ministre, Ségolène Royal, présidente PS de la région Poitou-Charentes, les représentants de trente-trois communes et neuf associations de défense des victimes ont demandé mercredi une "suspension du zonage".

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande