Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 08:00

logo TOTAL 

Mauvaise nouvelle, l'intersyndicale se fissure.

La direction de TOTAL devrait sourire, et Christophe de Margerie se friser les moustaches ...

Mais pour les salariés de la raffinerie, c'est la soupe à la grimace. 

 

Reprise de la grève à la raffinerie Total, désaccord entre SUD et CGT

Source : La Voix du Nord  -  le 17 août 2010

 

C'était dans l'air depuis vendredi dernier : hier, l'intersyndicale SUD-CGT de la raffinerie des Flandres a pris du plomb dans l'aile, lors de l'assemblée générale où les salariés devaient voter, ou non, la reprise de la grève. La CGT était pour, SUD, contre. Face au désaccord syndical, une partie des salariés a même remis en cause la légitimité du vote. Récit après rappel des faits.

Depuis la suspension du mouvement de grève, le 20 juillet, salariés et syndicats étaient sur la même longueur d'ondes. La cour d'appel de Douai avait obligé Total à reprendre l'activité de sa raffinerie et l'heure était à la victoire. Un mois plus tard, la situation a un peu changé...

Les opérations de dégazage enclenchées (passage obligé avant de reprendre la production), les salariés alertent rapidement les syndicats : à ce rythme-là, il sera terminé dans quinze jours. Sauf que dans le planning « tentatif » présenté par la direction, rien ne prévoit la mise en oeuvre des processus prévus en temps normal. Traduction : Total veut un site dégazé pour le reconvertir, pas pour reprendre la production.

La CGT veut reprendre la grève, pour s'assurer un moyen de pression, SUD, non. Les deux syndicats s'accordent finalement à suspendre le dégazage, tout en poursuivant les mesures de sécurité et le travail avec les sous-traitants. Deux jours plus tard, la direction monte au créneau et somme les salariés de choisir : soit ils sont grévistes, soient ils dégazent.

L'ultimatum courait jusqu'à ce lundi, où les salariés étaient donc appelés à voter ou non pour la reprise de la grève. Après les argumentaires de chaque syndicat - SUD contre, CGT pour - l'ambiance est vite devenue électrique. L'intersyndicale soudain brisée, les voix mécontentes se sont élevées.

Remise en cause de la représentativité du vote par certains : « Tout le monde devrait voter, pas uniquement ceux qui font le dégazage(assuré par les équipes "postées", ndlr) », élus syndicaux mis face à leurs contradictions : « Au tout début de la grève, vous nous disiez que le jour où on reprendrait, il faudrait faire ce dégazage et aujourd'hui, vous nous dites le contraire ! », bref, l'unité semblait soudain bien loin.

Après qu'un « on peut régler nos comptes plus tard, on n'est pas obligé de faire ça devant les journalistes » a fusé dans la salle et que le vote à bulletin secret a aussi été refusé, la CGT a décidé de voter la reprise de la grève équipe par équipe. Deux heures plus tard, c'est donc une liste de six grévistes sur vingt-quatre que Benjamin Tange, délégué CGT, a remis à la direction.

Ce dernier a ensuite expliqué que le processus serait répété pendant une semaine. au bout de laquelle le syndicat ferait le bilan de ce mouvement de grève.

Pas sûr que la réussite soit totale...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande