Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 10:00

occupation total dunkerque - 17 fev 2010

Raffinerie des Flandres :
avancée des négociations
sur un médiateur

Source : La Voix du Nord  -  le 17 février 2010


Les salariés de Total occupent depuis hier les locaux administratifs de la raffinerie des Flandres menacée de fermeture.


Une rencontre entre un directeur des ressources humaines de Total et l'intersyndicale de la raffinerie des Flandres à Dunkerque, en grève depuis un mois contre la fermeture envisagée du site, a permis aujourd'hui une avancée sur la nomination d'un médiateur, selon le syndicat Sud.

La "nomination d'un médiateur est en bonne voie. Le sous-préfet n'y est pas opposé, le DRH de Total non plus, il ne reste plus qu'à attendre que les démarches soient effectuées", a déclaré Philippe Wullens, délégué Sud, à l'issue de deux réunions avec le DRH marketing/raffinage du groupe Jean-Christophe Grivot.

Alors qu'une grève nationale a débuté aujourd'hui sur l'ensemble des sites du groupe, la nomination d'un médiateur était l'une des principales demandes des grévistes de Dunkerque qui ont envahi hier les locaux administratifs de leur raffinerie. Les syndicats réclament également l'avancée de la date d'un CCE devant décider de leur sort, fixée pour l'instant au 29 mars.

Le DRH Jean-Christophe Grivot s'était proposé comme médiateur, offre refusée par l'intersyndicale qui a réclamé « quelqu'un de neutre et extérieur à Total ».

Le DRH a confirmé que Total allait créer un centre de formation et un centre d'assistance technique sur le site de Dunkerque, et que le grand arrêt de maintenance, nécessaire à la reprise de l'activité de raffinage, ne se ferait pas, indique Philippe Wullens, le délégué Sud.

"Le mouvement d'hier n'a pas été vain"

Le représentant Sud estime que « le mouvement d'hier n'a pas été vain, puisque le DRH nous a affirmé que Total réfléchissait au maintien d'une activité industrielle à Dunkerque ». « Nous sommes également satisfaits de la forte mobilisation des autres sites Total en France, dans le cadre de la grève nationale. Cela montre la grande solidarité des salariés du groupe à l'égard des employés de la raffinerie des Flandres », s'est-il félicité.

Total compte six raffineries en France: Dunkerque, Gonfreville, Donges, Grandpuits, Feyzin et Provence. La raffinerie des Flandres, menacée de fermeture, est en grève depuis le 12 janvier.


Relève des salariés en charge de la sécurité du site finalement assurée

La relève des 20 salariés « obligés de rester dans la raffinerie depuis 36 heures pour assurer la sécurité du site » avait finalement été assurée mercredi vers 14h. Les syndicats attendaient des progrès dans les négociations pour accepter d'assurer cette relève. La mission de surveillance assurée par les salariés dans la raffinerie est essentielle pour des raisons de sécurité.

Vers 17h, une cinquantaine de salariés grévistes étaient encore présents sur le site, et une vingtaine d'entre eux s'apprêtaient à passer leur deuxième nuit dans les locaux administratifs.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande