Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 08:00

C'est reparti. Un nouvel angle d'attaque ... venant de nos chers "camarades" socialistes !
Avec la complicité et le fiel de journalistes complaisants. Bravo.
La main sur le coeur, et la bouche en coeur, certains nous expliquent qu'il faut passer plus de temps à combattre la droite dure qui nous gouverne, plutôt que se regarder le nombril et parler de nos désaccords internes, etc ...
Donneurs de leçons qui n'hésitent pas, au passage (si-si, il y a toujours de nombreux  commentaires sur le net, et des e-mails !), à nous asséner leur mépris de Ségolène et de son clan, sa secte, Désirs d'Avenir dans le viseur.

Je lui dis bien des choses à cet élu socialiste qui, anonymement  (voir la fin de l'article) irait jusqu'à casser sa tirelire pour que Ségolène "débarrasse le plancher".
A ce courageux, fraternellement il me prend soudain une envie de lui botter ... "un endroit précis, 
que rigoureusement ma mère m'a défendu de nommer ici !" ...

Ségolène Royal tente de taxer les députés PS
Source : sudouest.com  -  le 6 janvier 2010

POITOU-CHARENTES. Mme Royal demande 2 000 euros aux parlementaires du PS de la région.
C'est un petit bijou de lettre qu'a adressé, à la veille de Noël, le mandataire financier de la campagne de Ségolène Royal aux parlementaires de Poitou-Charentes.
Daniel Barillot - puisque c'est de lui qu'il s'agit -, homme des Deux-Sèvres, est depuis longtemps un proche de Mme Royal. C'est d'ailleurs ce qui lui a permis, voilà six ans, de devenir directeur adjoint des services de la région.
Dans cette lettre rédigée le 23 décembre mais seulement reçue début janvier, il commence par remercier les députés et les sénateurs socialistes du secteur ayant déjà, spontanément, proposé leur contribution financière pour la campagne des régionales.
Et d'asséner un argument fort : "Comme vous le savez, la dynamique de la campagne régionale et de l'action de Ségolène à la tête de la Région a eu un impact fort lors de législatives et des sénatoriales." En clair, votre mandat, vous le devez à qui ? On dit merci à qui ? Ce qui l'amène tout naturellement à tendre la main après avoir pris soin de préciser que Ségolène Royal allait faire personnellement un emprunt pour financer la campagne, et que les conseillers sortants comme les candidats allaient être sollicités.
"En ce qui concerne la contribution des parlementaires, un tour de piste nous conduit à vous demander une contribution minimale de 2 000 euros déductibles, soit 666 euros net"», écrit M. Barillot avant d'ajouter : "Vous pouvez, bien sûr, donner plus." Et de conclure par la jolie formule de politesse suivante : "Dans l'attente de votre chèque, je vous adresse mes meilleures salutations. » De sa blanche main, il a glissé deux mots très mignons : « Bonnes fêtes".logo-PS-invers-.jpg
Grosse colère

Il suffit de consulter la liste des parlementaires PS de Poitou-Charentes pour comprendre qu'à de rares exceptions, Mme Royal se pousse du col en imaginant qu'ils lui doivent leur élection. Un élu socialiste sortant a d'ailleurs une tout autre analyse : "À ce jeu-là, c'est elle qui nous doit du pognon ! Elle est arrivée voilà six ans pour récolter les fruits de l'arbre que nous avions soigné depuis des années. Pour quel remerciement ? Pour faire du conseil régional sa chose, son tremplin. Pour traiter Jean-François Fountaine de la façon honteuse dont elle a eu le culot de le faire. Oui, vraiment, les dettes, c'est de son côté qu'elles se situent."
Un autre élu PS est encore plus catégorique. "Mon chèque, elle peut l'attendre. Par contre, s'il suffisait que j'en fasse un pour qu'elle débarrasse le plancher, il serait signé dans la seconde !"

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande