Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 09:00

Vote dans "Espoir à Gauche" :
Vincent Peillon aurait-il les chocottes
face aux militants du PS ?

Source : LePost.fr  -  le 23 novembre 2009

Hier soir, je publiais un article relatant la fuite de Vincent Peillon devant les militants socialistes niçois (non il n'avait pas de voyage semi-privé en Arabie Saoudite à ma connaissance...).

Ce matin, Vincent Peillon vient de donner une nouvelle preuve de sa crainte, de son manque de respect des militants et leur voix et in fine de son manque de légitimité à conduire "l'Espoir à Gauche", ce rassemblement des militants socialistes qui souhaitent une réelle démocratisation et rénovation de la politique.


Ainsi le courrier qu'il a fait envoyer ce matin se conclut ainsi :


"Aussi nous demanderons, en confiance, aux militants mandataires fédéraux et membres du Conseil National d’affirmer par leur vote l’unité de l’espoir à gauche pour réussir le Rassemblement."

Vincent Peillon ne fait donc pas appel aux militants contrairement à ce qu'écrivent certaines personnes ici ou là et y compris des agences de presse.


En effet, les mandataires n'ont pas été élus par la base militante
(sauf à de très rares exceptions). Ils ont été nommés pour représenter le courant en formation pendant le congrès du PS.

Vincent Peillon demande donc à un petit groupe d'une centaine de personnes -qu'il a lui-même nommées- de voter. Ce n'est pas cela la "démocratie jusqu'au bout" que nous défendons et pour laquelle nous militons.

Et ne me dites pas qu'il ne s'agit là que d'une question de personnes.

Il s'agit des valeurs que nous portons ensemble.
Et ce dont je suis certain, c'est qu'entre cette parodie de "vote de confiance" et les insultes proférées la semaine dernière, nous sommes dans un abaissement certain des valeurs.
Malheureusement, rien de bon ne peut en sortir.

 

PS : J'ai entendu Vincent Peillon sur France Inter expliquer que "la phrase sur la psychiatrie lourde ne concernait pas Royal". Vincent Peillon ne fait donc pas qu'insulter Ségolène Royal, il pousse en plus le vice jusqu'à insulter l'intelligence des citoyens qui ont clairement entendu ses paroles sur BFM (voir le billet de Guy Birenbaum avec sa déclaration d'alors).

Si ces propos ne visaient pas Ségolène Royal mais qui donc visaient-ils ?  Les Auvergnats ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande