Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 14:00

drapeau-allemand---au-bundestag.jpg

 

Le modèle allemand ... ça vous dit ???


 

Allemagne : nouvelle hausse de salaires,

+6,5% chez Deutsche Telekom

Source : romandie.com  -  le 8 mai 2012

 

Berlin (awp/afp) - Quelque 50.000 salariés du géant allemand Deutsche Telekom ont obtenu une hausse de 6,5% de leurs salaires, montrant une nouvelle fois que l'ère de la modération salariale touche à sa fin dans le pays.

Selon un accord conclu lundi dans la soirée entre l'ex-monopole public et le syndicat Verdi, les salaires augmenteront de 2,3% dès le mois de mai 2012, avant qu'ils ne soient relevés par deux fois l'an prochain, de 2,1% à chaque fois, ont précisé les deux parties dans des communiqués séparés.

Fin mars, deux millions de fonctionnaires allemands avaient déjà décroché une hausse de salaires de 6,3%.

Depuis dans le privé, les syndicats donnent de la voix pour exiger un rattrapage des salaires, qu'ils avaient accepté de voir stagner le temps que la crise économique soit surmontée.

 

A présent que l'Allemagne bénéficie d'une conjoncture florissante, du moins en comparaison de ses voisins européens, les mouvements de grève fleurissent pour appuyer des revendications salariales.

Les salaires sont négociés en Allemagne entre le patronat et les syndicats pour des secteurs d'activité entiers, ou pour quelques grandes entreprises spécifiques.

Verdi a ainsi annoncé des débrayages dans le secteur bancaire, dans le cadre de la renégociation d'accords salariaux couvrant 220.000 salariés, tandis que le syndicat industriel IG Metall mobilise depuis début mai dans la métallurgie.

Il réclame 6,5% de hausse des salaires pour ce secteur qui comprend les machines-outils, la mécanique, l'automobile ou encore les semi-conducteurs et qui emploie plus de 3,5 millions de salariés.

Le ministre allemand des Finances lui-même, Wolfgang Schäuble, a estimé que le temps de relever les salaires était venu.

La modération salariale en Allemagne est souvent critiquée, car elle freinerait la consommation et donc les importations, empêchant ainsi les autres pays de profiter de la prospérité de l'économie allemande.

.

Repost 0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 12:00

logo-Allternatives-Economiques.jpg

 

 Alternatives Economiques :

Que peut faire François Hollande ?

Source : alternatives-economiques.fr  -  le 07.05.2012

 

François Hollande ne pourra pas laisser filer les déficits, mais il n'est pas non plus condamné à poursuivre une politique d'austérité pour autant, s'il augmente les impôts des plus aisés, explique Guillaume Duval dans sa chronique sur Radio Nova.

Les Français ont donc élu le 6 mai dernier un nouveau président. Mais peut-il faire une autre politique que celle de Nicolas Sarkozy compte tenu des menaces que les spéculateurs font peser sur la dette française ?

Vous avez raison. La crise actuelle limite ses marges de manœuvre. Il ne peut rien faire et rien dire en particulier qui pourrait laisser penser qu’il s’apprête à laisser filer les déficits publics. Sinon cela risque de nourrir une spéculation qui devrait de toute façon s’activer contre la dette française, bien que les socialistes au pouvoir entre 1997 et 2001 aient été les seuls à réduire l’endettement du pays depuis vingt ans.

Il devra donc au bout du compte faire la même politique d’austérité que Nicolas Sarkozy …

Pas nécessairement. Nicolas Sarkozy voulait mettre l’accent sur la baisse des dépenses publiques, et en particulier des dépenses sociales. François Hollande veut lui plutôt augmenter les impôts sur les revenus des plus aisés. Il pourrait arriver ainsi à des résultats analogues en termes de limitation des déficits publics tout en menant une politique très différente du point de vue des couches sociales mises à contribution. De plus, en ciblant les plus riches, ceux-ci devraient surtout puiser dans leur épargne pour payer ces impôts supplémentaires, ce qui permettrait de limiter le coup de frein à l’activité. Il y a de la marge en effet de ce côté-là car les Français les plus aisés sont des champions du monde de l’épargne…

D’accord mais en termes de pouvoir d’achat ou d’emploi il ne pourra pas faire grand chose …

Ces marges de manœuvres sont limitées, c’est vrai. Il pourra peut-être donner un petit « coup de pouce » au Smic mais celui-ci restera forcément symbolique. Avec un déficit du commerce extérieur très important et des marges des entreprises réduites, il faut être prudent sur ce terrain pour ne pas menacer l’emploi. Par contre, il faudra revenir sur la hausse de la TVA prévue en octobre prochain par Nicolas Sarkozy qui devait amputer encore plus le pouvoir d’achat des Français. Il devra aussi revenir sur les subventions massives aux heures supplémentaires pour financer plutôt des emplois aidés supplémentaires tout en mettant un coup d’arrêt à la politique de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux afin de soulager un peu le marché du travail.

Et en Europe, le socialiste François Hollande ne pèsera de toute façon pas grand-chose face à Angela Merkel et à tous les gouvernements de droite qui l’appuient …

Ca ce n’est pas sûr du tout. Tout d’abord son élection toute fraîche lui confère une forte légitimité. De plus le redémarrage de la spéculation contre les dettes publiques espagnole et italienne marque l’échec final de la politique impulsée par Angela Merkel depuis trois ans avec le soutien de Nicolas Sarkozy. La mise en place du FESF puis du Mécanisme européen de stabilité couronnée par la signature du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) sans oublier les interventions massives de la BCE… Tout cela n’a pas évité le retour de la spéculation parce que l’austérité budgétaire excessive et généralisée que prône Angela Merkel plombe trop l’activité. De nombreux gouvernements (de droite) se rendent bien compte que la politique voulue par Angela Merkel mène l’Europe dans le mur. Confrontés au couple Merkozy, ils n’avaient pas osé cependant s’y opposer ouvertement jusque-là. Mais si François Hollande est décidé à remettre en cause cette politique suicidaire, ils lui donneront bien volontiers un coup de main …

.

Repost 0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 09:00

 

... j'ai quand même envie de rigoler !!!  : 

le-president-sortant--.-de-l-Elysee.jpeg

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 20:00

 

Alors que la campagne du second tour de la Présidentielle s'achève, un petit florilège des "râteaux" que la candidat-président s'est pris cette semaine :

 

Pas de chance avec ses fleurs à Marine : 

sarko-et-ses-fleurs-pour-Marine.jpeg

 

Et ce fut le débat, avec la confrontation ... expérience contre expérience ...

Sarko-experimente-en-tout--surtout-le-pire.jpg

 

 

Alors, il a fini par être cabossé de partout !   :

Sarko-sonne-a-gauche--puis-a-droite.jpg

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 16:00

 

Débat présidentiel : Sarkozy Pinocchio face à Hollande

Source : NouvelObs.com  -  le 2 mai 2012

 

Le "Nouvel Observateur" a décerné en direct quinze Pinocchios à Nicolas Sarkozy lors du débat avec François Hollande mercredi 2 mai.

François Hollande l'a répété : s'il est élu, il agira en tant que chef de l'Etat et non en chef de parti. Reproche que fait le candidat socialiste au président sortant : "Dites la vérité. Vous n’avez pas organisé des réunions pour les collectes de fonds à l’Hôtel Bristol avec Woerth ?"

  • Réponse de Nicolas Sarkozy : "Non"

Les articles de presse ont pourtant plu sur les réunions du "premier cercle", ce groupe de donateurs les plus généreux de l'UMP, et sur la présence du chef de l'Etat lors de ces rendez-vous dans de prestigieux hôtels parisiens. Et notamment celui-ci de 20 Minutes concernant une soirée au Bristol en 2009, mais aussi celui-ci du Nouvel Observateur en 2011, dans lequel c'est bien le chef de l'UMP Jean-François Copé en personne qui confirme la rencontre du chef de l'Etat avec ces donateurs.

  • "M. Berlusconi n'est pas dans mon parti"

Faux. La formation politique de l'ancien président du Conseil italien est bien membre du PPE, le Parti populaire européen. Le PPE est également la prolongation de l'UMP, le parti de Nicolas Sarkozy. Le chef de l'Etat ne peut considèrer que son parti s'arrête à la France. Car c'est en affirmant qu'elle faisait partie de la même formation politique européenne qu'il avait justifié le soutien officiel de la chancelière allemande d'Angela Merkel. C'est aussi en plaidant pour le droit à la politique interne en Europe que la majorité a défendu cette intervention allemande dans le débat de l'élection présidentielle française. Bien entendu, Nicolas Sarkozy a le droit de prendre ses distances avec l'ancien chef du gouvernement italien, mais de là à dire qu'il n'est pas du même parti, non.

  • "Votre état-major n'est composé que de socialistes"

Faux. Dans son équipe de campagne, François Hollande compte notamment Jean-Michel Baylet et Christiane Taubira, élus du Parti radical de gauche. 

  • "La frontière entre la Turquie et la Grèce est complètement ouverte"

Evidemment, Nicolas Sarkozy s'est laissé quelque peu emporter par sa défense d'une renégociation des accords Schengen – par ailleurs déjà en cours - qui garantissent la libre circulation au sein des pays qui en sont signataires. En dehors des efforts grecs pour maîtriser les 206 km de frontières dont le président sortant parle (dont seulement 12,5 km de frontière terrestre), plusieurs opérations sont en cours notamment sous l'égide de Frontex (l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’UE). Frontex a ainsi, par exemple, déployé de novembre 2010 à février 2011 près de 175 policiers des 27 pays de l’UE (opération RABIT - Rapid Intervention Border Teams). Et, en 2012, l’opération Poséidon Terre a continué la mise en place d’équipes d’intervention rapide aux frontières afin d'accroître le niveau de surveillance. Le gouvernement grec a par ailleurs entrepris de construire une clôture de sécurité le long de la frontière avec la Turquie.

 

Nicolas Sarkozy a tenté de prendre au piège son interlocuteur sur le thème de l'immigration, d'abord en lui faisant confirmer qu'il était pour le maintien des centres de rétention. Ensuite en citant une lettre que le candidat socialiste avait adressé à l'association France Terre d'asile dans lequel il disait souhaiter que les centres de rétention soient "l'exception". Et le candidat-président de conclure :

  • "Vous venez de vous contredire."

C'est évidemment faux. Dans la lettre adressée à l'association France Terre d'asile, François Hollande a écrit qu'il souhaitait que les centres de rétention soient l'exception. Il ne se prononce donc pas contre leur existence. Il n'y a tout simplement pas de contradiction.

  • Nicolas Sarkozy affirme que sa politique a permis d'exonérer d'impôts "80% des successions". 

Ce chiffre n'est pas forcément faux, mais la formulation induit en erreur. Il faut en effet préciser que plus de 75% des successions étaient déjà exonérées avant les différentes réformes du gouvernement. 

  • "La dette a augmenté de 500 milliards d'euros. (…) La cour des comptes dit que sur ces 500 milliards, 450 sont imputables au déficit structurel. Et 200 milliards, c'est la crise."

Bien évidemment, le chef de l'Etat se trompe dans son addition. La dette (au sens de Maastricht) était de 1.717 milliards fin 2011, selon l'Insee, et de 1.209 milliards fin 2007, soit une augmentation de 508 milliards d'euros. Que dit le dernier rapport des magistrats de la Cour des comptes sur la question ? Le déficit, qui chaque année creuse la dette, a atteint 7,1% du Produit intérieur brut (PIB) en 2010. Sur ces 7,1%, 2,7 points sont dus à la crise, 3,7 points sont des déficits structurels, résultats des politiques de gauche et de droite depuis des décennies… et 0,7 point des déficits structurels provoqués par la politique de Nicolas Sarkozy. On peut donc attribuer un peu moins de 10% du déficit à sa politique. 

  •  "Quel est le seul pays qui n'a pas eu un trimestre de récession depuis 2009? La France."

Faux. La France a connu un trimestre de croissance négative : le deuxième trimestre 2011. En fait, le chef de l'Etat joue sur la définition de la récession - qui commence à partir de deux trimestres - et il serait plus exact de préciser que la France n'a pas connu de récession depuis le deuxième trimestre 2009. Ce qui est absolument faux, c'est de dire qu'elle est la seule dans ce cas.

En effet, l'Allemagne et les Etats-Unis n'ont connu qu'un semestre de croissance négative depuis le deuxième trimestre 2009, tout comme la France. Mais la Pologne et la Suisse, elles, n'en ont connu aucun. 

  • "Il n'y a jamais eu de violence pendant les 5 ans de mon quinquennat."

 Faux. Nicolas Sarkozy semble avoir oublié un épisode de son tout début de mandat : les émeutes de Villiers-le-Bel. Durant trois jours, du 25 au 27 novembre, de violentes échauffourées ont opposé plusieurs centaines de personnes aux forces de l'ordre après la mort de deux adolescents de 15 et 16 ans, tués lorsque leur mini-moto a été heurtée par une voiture de police. 

Lors de ces affrontements, des armes à feu ont été utilisés, 81 tirs étant recensés et 150 policiers blessés. Plusieurs villes voisines avaient été touchées, notamment Sarcelles, Gonesse ou Goussainville, où notamment des entrepôts ont été incendiés. Des violences tellement fortes qu'elles ont été couvertes par la presse internationale, et notamment par la chaine américaine CNN.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 11:00

 

Communiqué à la presse de Najat BELKACEM,

porte-parole de François HOLLANDE  -  le 26 avril 2012

Emploi, Nicolas Sarkozy consacré spécialiste du vrai chômage

 

sarko boutant le faux travail

L’ultime publication des chiffres du chômage sous l’ère Sarkozy confirme l’échec de la politique conduite durant cinq ans dans le domaine de l’emploi par le président sortant.

Avec une hausse de 16.600 personnes du nombre de demandeurs d’emploi et de 30.700 des Français en situation de sous-emploi, notre pays atteint des sommets historiques, soit 2,8 millions de Français pour cette première catégorie et 4,3 millions pour la seconde.

 

Alors que Nicolas Sarkozy a souhaité vouloir fêter le "vrai travail", ces chiffres consacrent davantage le candidat sortant comme le spécialiste incontesté du "vrai chômage".

 

Cet héritage préoccupant de l’ère Sarkozy, qui abîme encore davantage la situation sociale dans notre pays, n’est pas le seul fait de la crise. La dégradation sur le front de l’emploi résulte en premier lieu de décisions politiques inefficaces et inconséquentes : défiscalisation des heures supplémentaires, absence d’une véritable stratégie productive sanctionnée par un déficit commercial de 70 milliards d’euros en 2011 et la perte de 400.000 emplois industriels dans le quinquennat, mais également des décisions incompréhensibles et des changements de pied insupportables dans les moyens alloués à la politique de l’emploi.

 C’est ainsi que la majorité de Nicolas Sarkozy a décidé de réduire de 10,5% le budget de l’emploi en 2011 et même de 11,3% pour l’exercice 2012, alors que le chômage n’a cessé d’augmenter durant cette période. Et que dire de la décision d’introduire dans la précipitation 1.000 postes en CDD pour Pôle emploi en février dernier après avoir supprimé 1.600 postes l’année précédente ?

 

La réalité c’est que Nicolas Sarkozy, qui a brusquement découvert que les grandes entreprises payaient moins d’impôts que les PME génératrices d’emploi, était davantage concentré sur la distribution de privilèges fiscaux aux plus favorisés des Français que sur la lutte contre le chômage.


Avec plus d’un million de chômeurs de plus durant le dernier quinquennat, l’emploi aura été le grand échec du mandat de Nicolas Sarkozy.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 09:00

 

Sarkozy et ses amis du "Bristol", le cocktail "Premier Cercle"

Une vidéo de décembre 2009 :

 

..

 

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 20:00

un pinocchio 

Noté lors du débat de ce 2 mai :

Accusé à juste titre par François HOLLANDE de s'être comporté en plusieurs occasions en chef de parti lors de sa présidence, Sarko nie effrontément ses réunions avec le clan UMP.

Heureusement, on a des archives !!!


 

Nicolas Sarkozy invite les donateurs de l'UMP au Bristol

Source : 20minutes.fr  -  le 9 décembre 2009

 

Ils donnent entre 3.000 et 7.500 euros (le maximum légal) par an à l’UMP. Ces généreux donateurs appartiennent au "premier cercle" des soutiens du parti politique de Nicolas Sarkozy. Tous les six mois, ils sont conviés à un cocktail ou un dîner de remerciement, en présence du président, relate Le Parisien.
Lundi soir, la petite sauterie a eu lieu au Bristol, raconte le quotidien. "Costume de soirée", "tailleur à paillettes" : l’ambiance est festive et c’est l’UMP qui régale, avec Eric Woerth aux manettes. Nicolas Sarkozy, lui, intervient pour son "one-man-show", explique le ministre du Budget.


Objectif 2012 ?
"Sarkozy fait rire son auditoire en se moquant (sans le nommer) de Jacques Chirac, puis en mimant l’embonpoint des sénateurs", décrit le journal. Au passage il rassure ses hôtes, notamment sur le bouclier fiscal.
C’est aussi l’occasion pour Nicolas Sarkozy d’encourager les donateurs à faire plus, entre autres, recruter autour d’eux. "Le moment venu, j’aurai peut-être besoin de vous ...", précise-t-il aussi, selon le quotidien. En 2012 par exemple?

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 16:00

 

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 14:00

 

on-6-mai-tous.jpg

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande