Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 08:00

 

"Bernadette, elle est très chouette" ... vis-à-vis de Sarkozy.

Le femme de l'ex-président Chirac trouve au candidat-président de for-mi-da-bles qualités, il est "très tenace, très énergique ... il dit bonjour à tout le monde".

Ca n'est pas grandiose, ça ?

Je me souviens que parfois, quand même, il le fait de façon très "énergique", en effet, surtout quand il demande à quelqu'un de se casser, "pov'con" !!!

 

Mais alors, cerise sur la gäââteau, Bernadette croît bon d'ajouter que Sarkozy "a une grande mémoire, il n'oublie rien". Si,si !!!

On lui dit qu'elle a raté quelques épisodes, la pov'dame ???

 

EN 2 MINUTES CETTE VIDÉO POUR SE CONVAINCRE,

S'IL EN ETAIT BESOIN !

DE NE PAS (RE)VOTER SARKOZY :

 

.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 15:00

 

"Vous faisiez quoi à 11h37 hier ?", demande Bourdin à Copé

 

"Vous faisiez quoi hier, à 11h37 ?". Avec cette simple question, Jean-Jacques Bourdin, animateur vedette de la radio RMC et de la chaine BFM TV, a coincé Jean-François Copé.

Alors que le secrétaire général de l'UMP accuse la gauche de ne pas avoir respecter "le deuil" des familles pendant que le Raid menait l'assaut contre l'appartement dans lequel Mohamed Merah était retranché, le journaliste lui fait remarquer qu'il n'est pas en situation de distribuer les bons et les mauvais points.

A 11h37, alors que le Raid n'avait pas fini son action, le patron de l'UMP attaquait en effet frontalement Hollande et Bayrou lors d'une conférence de presse, loin de l'union nationale prônée par Nicolas Sarkozy de tribunes en tribunes. 

 

Quand Jean-Jacques Bourdin se paye Jean-François Copé

 

Belle illustration du serment que Copé avait claironné en 2006, avec son livre au titre évocateur : "Promis, j'arrête la langue de bois" !!!

.

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 09:00

 

Les sales méthodes de l’UMP

Source : zeredac.com  -  le 22 mars 2012

 

Au concours de la mauvaise foi patentée, de la rhétorique mensongère, de la torsion des mots et des idées, l’UMP reporte la palme.

Depuis hier, les petits marquis de la droite, se rengorgeant à la vue des sondages, montent sur leurs ergots et accusent François Hollande de polémique et de récupération. 

C’est d’abord Valerie Rosso-Debord, déléguée générale qui charge hier en communiqué. Mais sur quelle récupération au juste ?

François Hollande précisément s’est abstenu de tout commentaire superflu hier, de toute déclaration pouvant rompre l’unité nationale nécessaire, de toute polémique sur la barbarie et l’arrestation en cours de Mohammed Merah. Il a, au contraire, adopté une attitude très responsable, très républicaine.

Incroyable UMP qui invente des polémiques qui n’existent que dans leur rêve et ça marche puisque la presse, les agences, les télés d’info continue relaient des propos de l’UMP sur une bagarre qui n’existe pas.

sherif

Plus grave Jean-François Copé, ce matin dans Le Figaro attaque avec une virulence rare Marine le Pen, François Bayrou, Les Verts et François Hollande sur le fond.

Accusant la gauche de n’avoir jamais voté une seule loi sur la sécurité. Et pour cause ! Sarkozy a totalement échoué dans ce domaine qui était SON domaine réserve. Baisse des effectifs, recrudescence des atteintes à la personnes.

Le shérif de Neuilly s’est planté, sur toute la ligne ou presque. Et voilà notre Copé, ne reculant devant aucune mauvaise foi, essayant ce matin de ramener la gauche, et particulièrement le PS, à un angélisme qui n’a plus cours depuis fort longtemps, depuis notamment Ségolène Royal qui a profondément modifié les croyances du parti en la matière.

 

Mauvais procès, mauvais vinaigre servi dans Le Figaro qui ne mérite plus le nom de journal mais se rapproche jour après jour du statut de torchon.

On a bien compris la manœuvre. Abîmer, abîmer, abîmer il en restera toujours quelque chose. En martelant urbi et orbi que le candidat PS polémique et prône le laxisme, on enfonce chaque jour un clou qui finit par faire des dégâts.

Il est grand temps que le camp socialiste riposte sévèrement et ramène l’UMP à sa réalité.

Un bilan sécuritaire nul et surtout, surtout, un cafouillage extrême dans l’identification de Mohammed Merah qui,  à probablement en partie cause la tuerie de Toulouse.

Les leçons données par l’UMP vont se heurter au mur du réel.

Un jour un élevé demandait à Jacques Lacan ” Maître, qu’est ce que le réel ? ” et Lacan répondit ” le réel, c’est quand on se cogne “. Nous y sommes presque pour l’UMP et le président redevenu candidat.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 08:00

 

la-campagne-reprend.jpg.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 07:00

chaise-metteur-en-scene.jpg 

 

Tueur de Toulouse : Sarkozy, président protecteur

ou président metteur en scène ?

Source : NOUVELOBS.COM  -  Bruno-Roger Petit, le 21.03.2012

 

Après les événements de Toulouse et de Montauban, où sept personnes ont été tuées, Nicolas Sarkozy avait promis de suspendre sa campagne présidentielle. Résultat : depuis cette annonce, le président-candidat est omniprésent dans l'ensemble des médias audiovisuels. Dans quel but ? 

"Du côté de Nicolas Sarkozy, on pense que la gestion politique du drame de Toulouse renforce le président protecteur". Cette information a été publiée ce mercredi matin, sur le réseau social Twitter, par Michaël Darmon, journaliste à I>Télé, l'un des mieux informés sur ce qui se dit, se pense, se trame dans les coulisses du petit monde de Nicolas Sarkozy. Il y a donc tout lieu de croire que cet écho est le reflet d'une certaine réalité. Hélas. 

Lundi dernier, au soir du dernier acte meurtrier du tueur présumé, Mohammed Merah, à savoir l'assassinat de quatre personnes dans une école juive à Toulouse, le président de la République avait annoncé qu'il suspendait sa campagne présidentielle. Naïvement, il était permis de penser que le chef de l’État se montrerait discret, qu'on ne le verrait pas, ou peu, dans l'attente du dénouement. Las, ce fut tout le contraire. 

Dès le lendemain, Nicolas Sarkozy se ruait dans une école à l'occasion de la minute de silence décrétée sans concertation ni réflexion dans tous les établissements scolaires de France, initiative qui a placé, contre leur gré, de nombreux parents face au stress engendré par cette affaire chez les enfants les plus petits, et pour qui la mort est une notion indicible. Peu semblait lui importer en vérité. Images et déclarations étaient dans la boîte des chaînes d'info et des JT de 20 heures.

 

Omniprésent dans les médias 

Dans la foulée, Nicolas Sarkozy se précipitait à Roissy pour y rendre hommage aux corps des victimes de l'école de Toulouse, en partance pour Israël. Encore une déclaration, encore des images. Ce mercredi, tandis que la France se réveillait en découvrant que le tueur était identifié et en passe d'être stoppé, Nicolas Sarkozy a fait une nouvelle déclaration depuis l’Élysée, dès la fin du Conseil des ministres. Images, déclarations, puis il est parti pour Toulouse et Montauban.Encore des déclarations, encore des images (toutes en ligne sur le site Elysée.fr). 

Rien de plus logique, normal et naturel diront certains. Nicolas Sarkozy est dans le rôle que lui confère la Constitution de la Vème République. Certes. Dont acte. Mais voilà que surgit l'information apportée par Michaël Darmon : "du côté de Nicolas Sarkozy on pense (à l'indicatif, notez le bien) que la gestion politique du drame renforcerait l'image du président protecteur". 

La découverte de cette information change quelque peu la perception de la "séquence" sarkozyste qui se joue sous nos yeux depuis quarante-huit heures, surtout lorsque des spécialistes en communication politique analysent les actes et propos de Nicolas Sarkozy en fonction d'un seul objectif : imposer son agenda et une unité nationale de circonstance aux autres candidats, réduits au rôle de figurants impuissants. 

Quant à la notion de "président protecteur", c'est l'un des grands chevaux de bataille de la communication sarkozyste depuis près d'un an, et force est de constater que jusqu'aux événements de cette dernière semaine, cela n'avait pas pris.

 

Une visée électorale 

Qui sera assez naïf, au vu du film des événements, de la conduite du personnage principal et de l'information donnée par Michaël Darmon pour croire que Nicolas Sarkozy a suspendu sa campagne depuis lundi ? Qui pourrait croire que depuis deux jours, les propos et les actes de Nicolas Sarkozy sont détachés des affaires électorales ? 

Pour tout dire, apprendre que "du côté de Nicolas Sarkozy", on envisage les choses du point de vue du gain d'image que les événements pourraient apporter au président-candidat est une information de nature à ouvrir le débat sur les propos et actes de ce dernier depuis deux jours.

 

En clair, dans le but d'être un président protecteur, Nicolas Sarkozy ne s'est-il pas conduit d'abord et avant tout comme le metteur en scène d'un acteur nommé Sarkozy Nicolas, et désireux de jouer ce rôle convoité de protecteur ? 

Chacun répondra comme il lui convient à cette interrogation, selon les vues qui sont les siennes, tout en gardant présent à l'esprit l'élément suivant, pierre angulaire de toute communication politique : on ne peut pas feindre l'authenticité longtemps sans être démasqué, ce qu'Abraham Lincoln avait résumé d'une formule célèbre : "On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps.".

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 10:00

 

Ségolène ROYAL : "C'est la France qui est frappée au cœur " (itélé)

 

.

Repost 0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 09:00

 

François Hollande, ne viendra pas mardi, à Rennes, pour assurer son meeting.

"François Hollande a annoncé  à Jean-Yves Le Drian (président du Conseil régional) qu’il ne viendra pas à Rennes. Le meeting est annulé et reporté par respect pour les familles."

 

Le meeting devrait avoir lieu à une date ultérieure en Bretagne, et pas forcément à Rennes.

 

manifestation-apres-la-tuerie-de-Toulouse.jpg

Marche silencieuse à Paris le 19 mars 2012

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 08:00

 

François Hollande s'est rendu à Toulouse lundi 19 mars afin de témoigner de sa solidarité aux familles meurtries par l'atroce tuerie s'étant produite devant le collège-lycée Ozar Hatorah.

 

François Hollande réagit à la tuerie de Toulouse :

 

"Ici s’est produit un terrible drame, horrible – quatre morts, trois enfants, un blessé grave. C’est une ignominie, et je devais être là pour exprimer à ces familles meurtries, mais aussi à cette école juive – car c’est une école juive qui a été visée, l’antisémitisme s’ajoutant à l’abjection –, je devais être là aussi pour exprimer ma solidarité à l’égard de la ville de Toulouse. Et dire que ce n’est pas une école, des Juifs, une ville qui ont été touchés. C’est la France tout entière.
"Et c’est donc la République, dans ce qu’elle a de plus grand, de plus fort, son unité, qui doit répondre face à cette barbarie. L’assassin devra être retrouvé. Le plus tôt sera le mieux, car c’est un danger majeur. Et puis, il y a la demande de protection et de sécurité qu’expriment des familles, qu’expriment aussi des communautés religieuses qui sont touchées parce qu’elles sont, justement, objet de haine.


"La République, c’est la laïcité – et donc c’est la liberté de la religion. Et c’est la protection de tous ceux qui croient, comme d’ailleurs de ceux qui ne croient pas.
"Je suis ici, dans cette école, auprès des familles, auprès des enseignants, pour dire aussi que nous n’oublierons rien : rien de ces enfants tombés dans des conditions atroces, rien de ce directeur d’école qui a vu sa fille assassinée lâchement. Nous n’oublierons rien, pour que la République à chaque fois soit plus grande et plus forte. Parce que la démocratie et la République seront toujours capables défaire la barbarie.
"Voilà les mots que je voulais dire ici même, à l’endroit exact où s’est produit le drame. Il y a des moments où nous devons être tous rassemblés, tous unis autour d’une cause qui nous dépasse chacun d’entre nous, chacune d’entre nous, parce que c’est la cause de l’unité nationale, parce que c’est la cause de la République.


"Voilà le message que j’ai adressé aux familles, aux parents et aussi aux enseignants.
"Voilà le message qui doit être porté partout en France : celui de l’unité et celui de la force de la République face à l’ignominie."

.

Repost 0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 14:00

Assassines-a-Toulouse-et-Montauban.jpg

.

Repost 0
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 12:00

 

La campagne entre parenthèses après la tuerie de Toulouse

Source : LePoint.fr  -  le 19 mars 2012 

 

La campagne présidentielle a été brutalement mise entre parenthèses lundi par la tuerie survenue devant une école juive de Toulouse, la classe politique condamnant unanimement cet acte tandis que Nicolas Sarkozy, François Hollande et François Bayrou se rendaient sur place. Moins de deux heures après le drame, qui a fait quatre morts, dont trois enfants, le président et candidat de l'UMP a bouleversé son emploi du temps et a aussitôt pris l'avion pour se rendre à Toulouse sur les lieux du drame : il est arrivé au collège juif Ozar-Hatora peu après 11 h 30 en compagnie du ministre de l'Éducation, Luc Chatel, et des responsables de la communauté juive de France. "Je me rends dans quelques instants à Toulouse. C'est une tragédie épouvantable. (...) C'est l'ensemble de la République française qui est touchée par ce drame abominable", a affirmé le chef de l'État, informé des événements alors qu'il accordait un entretien enregistré à Outremer Première.

Nicolas Sarkozy a annulé une rencontre de campagne avec des cafetiers, restaurateurs et hôteliers prévue dans la mi-journée à Saint-Mandé (Val-de-Marne), sa porte-parole, Nathalie Kosciusko-Morizet, devant le remplacer au pied levé. Son principal rival, le socialiste François Hollande, a lui aussi confié son "horreur" après la tuerie. Il s'est rendu sur place pour marquer "toute (son) émotion et toute (sa) solidarité à leurs familles et à la communauté juive de France", dénonçant un acte "antisémite". Dans la foulée, le porte-parole du PS, Benoît Hamon, a annoncé que la campagne de son champion était "suspendue", la patronne du PS, Martine Aubry, exprimant son "effroi face à l'abominable tuerie de Toulouse qui bouleverse la France entière". Comme son adversaire, François Hollande a chamboulé son programme de campagne et devait se faire représenter par sa porte-parole Najat Vallaud-Belkacem lundi midi lors d'un déplacement parisien consacré à l'entrepreneuriat innovant. Lundi soir, le candidat PS sera bien présent au Grand Journal sur Canal+, mais il a annulé sa participation au Petit Journal de Yann Barthès.

La classe politique indignée

François Bayrou, candidat MoDem à l'Élysée, a décidé également de se rendre à Toulouse dans l'après-midi où il assistera à une cérémonie de recueillement à la Grande Synagogue de cette ville. Il a dénoncé "une horreur préméditée dont on voit les intentions perverses et haïssables" et le "caractère insupportable de cette tuerie antisémite", avant de demander les "gestes les plus forts d'unité nationale". Quant à la candidate du FN, Marine Le Pen, elle a réclamé et obtenu le report de l'émission Mots croisés sur France 2 prévue lundi soir. "Suspendre le temps politique aujourd'hui est un signe de compassion et de solidarité", a-t-elle commenté. Elle a "condamné la fusillade criminelle" visant l'école Ozar-Hatora, présenté ses "sincères condoléances aux familles" des victimes et demandé "aux pouvoirs publics de tout mettre en oeuvre pour empêcher un nouveau drame".

Toute la classe politique a manifesté son émotion. Le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a lui aussi exprimé sa "plus vive émotion", estimant que "cela ajouterait l'ignominie au crime" si "la démence raciste des criminels" était démontrée. Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a dénoncé "un crime monstrueux", alors que le président du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet, s'est déclaré "épouvanté" par "ces actes sanglants".

Même tueur ?

Le procureur de la République de Toulouse, Michel Valet, a évoqué l'hypothèse d'un lien possible entre cette fusillade et les meurtres récents de trois parachutistes à Toulouse et à Montauban. Avant que ce drame ne vienne bouleverser son déroulement, la sécurité et la lutte contre la délinquance ne constituaient pas un thème central de la campagne présidentielle, largement reléguées derrière le chômage, la situation économique, la fiscalité ou l'éducation.

La campagne présidentielle de 2002 avait été perturbée par un fait divers, nettement moins grave, l'agression d'un retraité à Orléans. Les images de son visage tuméfié à la télévision avaient bouleversé l'opinion et provoqué une vague d'indignation face à la délinquance. Certains journalistes et responsables politiques avaient alors jugé que cette affaire, à trois jours du premier tour, avait contribué à l'élimination-surprise du candidat socialiste et Premier ministre, Lionel Jospin, devancé par le candidat du FN, Jean-Marie Le Pen.

.

Repost 0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande