Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 18:00

Tout et son contraire
Jean-Louis BIANCO  -  le 19 décembre 2009

Suite au sommet de Copenhague, l’eurodéputé Yannick Jadot le rappelle avec justesse :


- Nicolas Sarkozy a dit que 40% de l’argent irait à l’Afrique : ça n’est pas le cas dans l’accord.

- Il a dit que 20% de l’argent ira dans la forêt : ça n’est pas le cas dans l’accord.

- Il a dit que l’idée française de la taxe Tobin avait été retenue : ça n’est pas le cas dans l’accord.

- Il a dit qu’il y aurait des objectifs contraignants : ça n’est pas le cas dans l’accord.


La trentaine de chefs d’États des pays riches qui ont signé ce texte sont partis par la petite porte sans venir s’expliquer devant les 160 plus "petits" pays…

 

copenhague - on est passé à 2 degrès de la catastrophe

Repost 0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 12:00
climate - shame
Copenhague a accouché d’une souris
et elle n’est même pas verte

par Jean-Louis BIANCO  -  19 décembre 2009

Après 12 jours de sommet, le bilan de la conférence mondiale sur le changement est peu reluisant pour ne pas dire extrêmement décevant et inquiétant.


Le résultat ne va pas plus loin qu’un accord qui n’est pas signé par l’ensemble des États présents, qui n’a aucune force contraignante, qui est très en deçà des volontés affichés, qui n’a été obtenu que par des négociations de couloirs et avec en toile de fond du sommet la répression à l’égard de la société civile et des associations écologistes. 

S’il affirme la nécessité de limiter le réchauffement planétaire à 2°C par rapport à l’ère préindustrielle, le texte ne comporte aucun engagement chiffré de réduction des émissions de gaz à effet de serre, se contentant de prôner la "coopération" pour atteindre un pic des émissions "aussi tôt que possible".

Ce sont la Chine et les États-Unis qui ont fait la négociation, sans que les Européens, incapables de réellement s’unir et de s’assumer comme entité politique forte (alors que cela se passait sur notre sol), ou les pays en développement aient vraiment leur mot à dire. Les tensions entre les Chinois et les Américains ont été très vives, mais, comme le rappelle Le Monde, leurs intérêts contradictoires ont conduit à une alliance objective pour préserver leur souveraineté. Les deux pays échappent ainsi à tout objectif contraignant. La Chine s’est notamment opposée à la mise en place de mesures de vérification de l’application de l’accord. 

La société civile a quant a elle été totalement exclue des négociations, parfois de façon violente. Ces derniers jours, plus aucune personne représentative de la société civile n’était présente pour faire pression sur les négociateurs. Le Bella Center était devenu une sorte de bulle aseptisée, avec des conseillers et des gardes du corps : une sorte de monde éthéré en dehors de la vraie vie. 

Enfin, le cadre très flou des négociations est à mettre en cause. Barack Obama et Nicolas Sarkozy annonçaient un accord dès vendredi soir alors même que de nombreux pays affirmaient ne pas avoir été tenus au courant. Une séance plénière s’est tenue toute la nuit dans une incroyable pagaille animée par un premier ministre danois totalement dépassé et alors que les chefs d’État (notamment le président français) étaient déjà repartis, fuyant sans doute la honte au front. 

L’absence de courage politique des chefs d’États et de gouvernements européens et américain fut manifeste. Ils ont ainsi regagné leur pays sans venir défendre l’accord conclu à 26 devant les délégués des 166 autres pays.

Le représentant de l’archipel de Tuvalu concluait ainsi : "Cet accord est une poignée de petite monnaie pour trahir notre peuple et notre avenir. Nous n’avons nulle part où aller, nous aurons juste à subir quand les énormes cyclones nous frapperont. Nous n’avons aucune montagne sur laquelle nous réfugier". 

Cet échec ne peut qu’éroder profondément la confiance des peuples dans leurs représentants. 

Repost 0
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 08:00
sarko-ma-tre-du-monde.jpg

La prestation de Sarkozy à Copenhague divise
Source : LEMONDE.FR  -  le 20 décembre 2009

Nicolas Sarkozy a beau avoir tapé du poing sur la table à son arrivée jeudi à Copenhague, le sommet sur le réchauffement climatique à "accouché d'une souris", pour reprendre les mots du députés socialiste, Jean-Louis Bianco.
Tout au long du week-end, l'opposition a dénoncé le manque de modestie de Nicolas Sarkozy lors du sommet de Copenhague, lui reprochant d'avoir éclipsé l'Union européenne.

"C'est toujours la même chose avec lui: trop de Sarkozy, trop de moi mis en avant, trop de mise en scène de son moi et pas assez d'Europe", a regretté Pierre Moscovici sur Europe 1. "Au final, on a trop peu d'Europe, alors que ce qui fait la force de l'Europe c'est la gouvernance, c'est le fait que les Européens peuvent parler d'une seule voix et cette voix ne peut pas être sans arrêt celle de Nicolas Sarkozy", a ajouté le député socialiste du Doubs.

Julien Dray a reconnu pour sa part à Nicolas Sarkozy le mérite de "s'être battu" mais a estimé que son "coup de gueule" de jeudi dernier n'avait servi à rien. Selon le député socialiste, le chef de l'Etat a payé l'absence de concertation européenne en amont du sommet.
"A partir du moment où on a reprivilégié l'Europe des Etats-nations, et bien évidemment, dans des sommets comme celui-là, la France est un peu isolée et la colère du président français, c'est une colère, point à la ligne", a-t-il dit sur Radio J.

"SARKOZY A ÉVITÉ LE FISACO TOTAL"
De son côté, le porte-parole du gouvernement a estimé que l'intervention du chef de l'Etat avait permis d'éviter que "le sommet ne s'arrête jeudi soir par un fiasco total". "Quand Nicolas Sarkozy arrive jeudi après-midi, il n'y a aucune décision qui est en passe d'être prise et on se prépare à un fiasco", a déclaré Luc Chatel sur Radio J, jugeant que l'Europe avait "défendu une position ambitieuse et audacieuse".

[ J'ai lu, je ne sais plus où, le parallèle avec un gars qui rentre dans un restaurant;
il exige qu'on lui donne la carte ... non mais ! et il est tout content quand on la lui présente !!! ]

Pour Nicolas Hulot, malgré l'échec du sommet de Copenhague, la France a "accompli sa mission" et "n'a pas à rougir". "Hélas, alors que cette crise nous obligeait à nous retrouver, nous les hommes, nous avons bradé l'avenir de nos enfants et compromis celui de millions de citoyens des pays du Sud", a déclaré le militant écologiste, auteur du film "Le syndrome du Titanic", au Journal du Dimanche.
La secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno, a dit comprendre l'amertume des ONG de défense de l'environnement.
Mais, selon elle, "si Nicolas Sarkozy et Lula, le président brésilien, n'avaient pas exigé un accord politique, nous n'aurions rien eu à l'issue de Copenhague".
Repost 0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 18:00

logo-france2.jpg
Lundi 21 décembre à 7h50 :
Ségolène Royal sera l'invitée
de l'émission "Les 4 vérités"
.
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 20:00

Rexam - 18 dec. 2009

Une assemblé générale du personnel de REXAM-GRAVELINES s'est tenue le vendredi 18 décembre.

Cette assemblée se tenait à l'intérieur de l'usine, et je n'ai donc pu y avoir accès. Je communique ici l'information trouvée sur le site Non à la fermeture de Rexam  :

Le PSE est approuvé à une large majorité :

Sur 132 votants  : 
OUI   123   /   NON   6   /   NULS   3

L'intersyndicale rencontrera la direction le 29 décembre 2009 afin de le valider.
[ des informations sur le contenu du PSE seront probablement disponibles dans les jours à venir ]
Repost 0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 18:00

Copenhague : Après la cruelle déception,

le combat citoyen continue !

 

Le Sommet de Copenhague s’achève sur une cruelle déception, due au manque de courage  et  de volonté politique des Chefs d’Etats .

Mais nous ne pouvons pas en rester là.

Une force citoyenne est née   sur la question environnementale et sur l’aide aux pays pauvres.


Que ce soit dans les régions ou dans les villes, nous , les citoyens, nous  démontrons  que nous sommes  bien souvent à l’avant-garde de la lutte contre le réchauffement climatique et le rééquilibrage des rapports Sud-Nord.

C’est donc  sur ce mouvement populaire et sur cette conscience planétaire  que nous devons nous appuyer pour forcer  les chefs d’Etat à prendre réellement leur responsabilité dans les mois qui viennent et éviter ainsi une catastrophe climatique.

ours sur la banquise

Avec la conscience que nous devons léguer à nos enfants et à nos petits enfants une planète  saine et vivante après l’avoir si longtemps maltraitée.

Ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas. Ne nous arrêtons pas à cette cruelle déception et avançons pour faire aboutir, dans les prochains  mois un accord concret.

Le combat continue.

 

signatute-SR.jpg

Repost 0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 15:00

le réchauffement climatique, c'est pas bien
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 14:00
copenhague - claque de fin
La négociation accouche
d'un texte sans ambition

Source : LEMONDE.FR  -  le 19.12.2009

Il aura fallu deux jours de discussions intenses et directes entre vingt-sept chefs d'Etat ou de gouvernement pour parvenir à un texte au statut juridique flou, dit "Accord de Copenhague". Cette déclaration de trois pages n'était même pas, samedi 19 décembre en début de matinée, formellement adoptée par l'ensemble des participants à la conférence sur le climat de Copenhague.


Son contenu est loin d'être à la hauteur des attentes que la conférence avait soulevées: s'il affirme la nécessité de limiter le réchauffement planétaire à 2°C par rapport à l'ère préindustrielle, le texte ne comporte aucun engagement chiffré de réduction des émissions de gaz à effet de serre, se contentant de prôner la "coopération" pour atteindre un pic des émissions "aussi tôt que possible". L'accord fixe le "but de mobiliser 100 milliards de dollars par an en 2020", ce qui est lointain et ne crée aucune obligation. Quant au protocole de Kyoto, qui engage les pays signataires à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d'au moins 5 % sur la période 2008-2012 par rapport à leur niveau de 1990, il n'est mentionné qu'accessoirement et sans que soit envisagée sa prorogation au-delà de 2012.

Les quelques 120 chefs d'Etat et de gouvernement venus à Copenhague ne sont donc pas rentrés chez eux les mains totalement vides. Un échec complet a été évité et un texte de compromis a été péniblement adopté. Mais c'est un résultat sans gloire, dont personne ne pourra se vanter auprès de son opinion publique, qui épargne toute contrainte forte aux Etats-Unis et aux grands pays émergents, et qui laisse les pays pauvres presque aussi démunis qu'au début de la conférence.


PRESQUE AUCUNE OBLIGATION

Quelques points positifs ressortent cependant. D'abord, l'accord prévoit un financement à brève échéance de 30 milliards de dollars (21milliards d'euros) pour aider les pays pauvres et valide le mécanisme de lutte contre la déforestation REDD-Plus (pour Reducing Emissions from Deforestation and Degradation)

Surtout, il prévoit que les pays communiqueront "tous les deux ans" les actions de réduction des émissions qu'ils entreprennent. On peut considérer que ce point correspond à un premier pas des pays du Sud – notamment des émergents – vers une participation à un régime général de réduction des émissions, mais sur une base uniquement volontaire et sans que ces actions puissent être sujettes à une vérification internationale.

Ce principe de la vérification, souhaité par les Etats-Unis, a été combattu par la Chine, qui considère qu'il porte atteinte à sa souveraineté. Elle a obtenu gain de cause. En échange, le faible niveau des engagements des Etats-Unis n'a pas réellement discuté.

Le texte entérine le fait que chaque pays fera ce qu'il voudra, sans sanction ni presque aucune obligation (sinon une information tous les deux ans). Il abandonne la philosophie du protocole de Kyoto, qui posait une contrainte de réduction des émissions de gaz à effet de serre à ses participants. Négocié dans sa version finale surtout entre la Chine et les Etats-Unis, l'accord consacre la marginalisation de l'Union européenne. Mais le niveau général d'exigence est drastiquement revu à la baisse, et la concertation internationale réduite au minimum.
Cet accord de Copenhague soulève aussi de nombreux problèmes juridiques. Il n'est pas signé et n'a pas caractère de traité. Citant à plusieurs reprises des mécanismes de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), il devrait respecter les règles de celle-ci, notamment une adoption à l'unanimité.

Le premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen, président de la conférence de Copenhague, a communiqué le texte à l'assemblée, à 3 heures du matin, samedi. Mais une vive discussion a suivi : plusieurs pays ont critiqué la faiblesse du texte. En début de matinée, les discussions se poursuivaient encore au Bella Center de Copenhague, et il paraissait peu probable que le texte de l'accord puisse être validé juridiquement par l'assemblée et devenir ainsi une décision de la Conférence des parties de la CCNUCC.

Dès lors, le texte risque de devenir un objet non identifié, compliquant donc une machinerie diplomatique déjà passablement complexe. Les chefs d'Etat et du gouvernement ont peut-être sauvé la face, mais pas le climat.

Repost 0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 11:00

climate - shame
Climat : le sommet de Copenhague
s'achève sur un échec

(DERNIERE MINUTE 10H57 - LEMONDE.FR)
 
Malgré un projet d'accord a minima défendu par Barack Obama et Nicolas Sarkozy, plusieurs pays ont refusé de signer le texte. Le sommet s'est terminé dans la confusion la plus totale : les négociateurs ont formellement pris note de l'accord, sans toutefois l'entériner.

Le document fixe comme objectif de limiter le réchauffement planétaire à 2 degrés par rapport aux niveaux pré industriels. Le texte ne reprend ni l'objectif global de réduction des émissions de CO2 de 50 % d'ici 2050, ni l'idée d'une Organisation mondiale de l'environnement. (AFP, Reuters, AP)
Repost 0
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 10:00

Insupportable double langage de Nicolas Sarkozy
par Jean-Louis BIANCO  -  le 18 décembre 2009


Hier soir, à la tribune du sommet de Copenhague, Nicolas Sarkozy a défendu l’idée d’une taxation de 0,01% des mouvements financiers. 40% de ce montant étant affecté au développement durable de l’Afrique. 
 
Il faudrait sans doute rappeler, comme le fait très bien le site Intox2007, que c’est ici une nouvelle manipulation de l’opinion qui confirme le double langage du chef de l’État. 
 
Le 25 novembre dernier, les députés UMP membres du groupe PPE au Parlement européen, ont voté un amendement pour supprimer la mention suivante d’un texte (résolution ENVI) : taxation on international financial transactions. La GUE, le PSE, les MoDem français et les Verts ont voté contre cet amendement et se sont battus pour le maintien de cette taxation voulue par le PSE.
 
Au final cette mention d’une taxation des transaction financières internationales a donc disparu, à cause du vote des députés UMP français…

Repost 0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande