Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 20:00

François REBSAMEN  -  le 20 octobre 2009
La réforme territoriale annoncée
par le Président de la République
est un signe supplémentaire de la dérive du quinquennat


Le Président de la République a dévoilé "le grand chantier" de la réforme territoriale qui s’inscrit dans une démarche globale contre les collectivités (réforme de la carte territoriale, réforme de la fiscalité).


Une fois de plus, par dogmatisme, le Président de la République stigmatise les collectivités locales et remet en cause les principes de la décentralisation.


Hier elles étaient sommées de s’investir dans le plan de relance par leurs politiques publiques et de jouer le rôle d’amortisseur social de la crise.
Aujourd’hui le Président de la République les brocarde comme de mauvaises gestionnaires de l’argent public. Ainsi selon lui, il y aurait d’un côté les collectivités cigales et de l’autre l’Etat fourmi. Personne ne peut le croire !


Le Président de la République supprime la Taxe Professionnelle des entreprises, sans contrepartie en terme d’emploi. C’est une atteinte sans précédent à l’autonomie financière des collectivités et la perte d’une de leurs principales ressources.


Mais les grands perdants de cette suppression seront les ménages dont les impôts vont augmenter.


Ce n’est pas la première fois que ce gouvernement use de l’argument budgétaire contre les collectivités.
Cette tendance s’est accélérée depuis que la gauche n’a cessé de remporter des territoires et d’être majoritaire dans les régions, les départements et les grandes villes de France. Ce projet de loi vise véritablement à réduire le nombre de collectivités… gérées majoritairement par la Gauche.

De plus, il caractérise un recentrage évident de la pratique démocratique, réduisant davantage les politiques de proximité menées par les élus locaux, au plus près des besoins des Français touchés par la crise.


Le projet du Président de la République est un signe supplémentaire de la dérive du quinquennat. Nicolas Sarkozy ne supporte pas l’existence de contre pouvoirs locaux et veut donc démanteler la décentralisation pour tenter de mettre la main sur les collectivités territoriales.


Il nous faut donc combattre ce projet de loi.
Ce combat pour la démocratie locale dépasse largement les clivages traditionnels et le fonctionnement administratif de nos collectivités.
Il aura lieu au Parlement, mais doit s’appuyer plus largement sur la mobilisation de tous les élus locaux et sur celles des citoyens qu’ils représentent.

Repost 0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 19:00

Epad : les vraies raison du retrait de Jean Sarkozy
Source : Agoravox  -  le 26 octobre 2009

La défaite aurait été humiliante. Si Jean Sarkozy a renoncé à briguer la présidence de l’EPAD, c’est en vérité parce qu’il allait perdre. En effet, depuis la gaffe de Luc Chatel, reconnaissant qu’il était possible - pour éviter un conflit d’intérêt - que les représentants de l’Etat ne prennent pas part au vote, la victoire de Jean Sarkozy était fort compromise.
Jean Sarkozy a déclaré sur France 2 qu’il ne briguerait pas la présidence de l’établissement public pour l’aménagement de la région de la défense (EPAD) afin "d’éviter une victoire entachée de soupçon". C’est faux ! Il semblerait que Jean Sarkozy ait renoncé à la présidence de l’EPAD afin d’éviter une défaite teintée d’humiliation ; une défaite qui aurait miné son avenir politique.

Explication :  
1- Dimanche 18 octobre
Après que Gaëtan Gorce (député socialiste - voir le blog) lui a fait remarquer qu’on ne pouvait pas parler d’une élection à la tête de l’EPAD, puisque 9 des 18 membres du conseil d’administration étaient des représentants de l’Etat, Luc Chatel, invité d’Europe 1, poussé dans ses retranchements par Jean-Pierre Elkabbach (le fait mérite d’être souligné), admet que les dits représentants de l’Etat pourraient ne pas prendre part au vote.
2- Lundi 19 octobre
Frédéric Lefebvre, Christine Lagarde, Bernard Accoyer, saluent de manière hypocrite la proposition de Gaëtan Gorce. Ils pensent que Jean Sarkozy sera toujours élu par 5 voix contre 4. 4 voix UMP + le représentant de la Chambre de commerce et d’Industrie de Paris (un ancien conseiller municipal de Sarkozy).
3- Mardi 20 octobre
Coup de théâtre, le représentant de la CCI de Paris (qui dans un premier temps avait manifesté un certain soutien pour Jean Sarkozy) déclare sur RTL qu’il pourrait ne pas prendre part au vote.

Sans lui, le rapport de force changeait du tout au tout. On retrouvait un équilibre, avec 4 voix en faveur de Jean Sarkozy et 4 voix en faveur de Patrick Jarry (maire communiste de Nanterre). Une égalité pure et simple qui n’aurait pas arrangé les affaires de Jean Sarkozy, puisque dans ce cas, la loi donne la victoire au plus âgé des deux.

Ainsi, la décision de Jean Sarkozy de se retirer est non seulement le fruit de la mobilisation sans précédent des citoyens au travers des nouveaux médias (une victoire de l’e-democratie - voir l’article), mais aussi et surtout le résultat d’un constat simple : la victoire était de plus en plus compromise. L’élection risquait de s’avérer humiliante et de peser sur l’avenir politique du jeune dauphin.

On a parlé de "maturité politique" pour qualifier cette décision, il ne s’agissait que d’un retrait stratégique. Jean Sarkozy n’avait pas le choix. Sa décision s’imposait, simplement.
Repost 0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 18:00

Démesure, folie des grandeurs, gaspillage. C'est fou ce que nous coûte les élus ...
je veux dire, surtout un !

Décidément, Sarko ne connaît pas la crise !

Sarkozy, très cher président de l'Union européenne
Source : Liberation.fr  -  le 26 octobre 2009

 

La Cour des comptes épingle le coût très élevé de la présidence française de l'Union entre juillet et décembre 2008, selon un rapport révélé par Mediapart.

Les six mois de présidence française de l'Union européenne - du 1er juillet au 31 décembre 2008 - ont coûté 171 millions d'euros à l'Etat, selon les calculs de la Cour des Comptes, dans un rapport révélé samedi par le site d'informations Médiapart. Une somme supérieure de 114 millions à celle dépensée par Jacques Chirac en 2000, lors de la dernière présidence tournante française. Selon la Cour des comptes, la moyenne des dépenses engagées par les différents pays est autour de 60 à 80 millions. Seule l'Allemagne a approché cette somme.

La Cour pointe une "programmation excessivement touffue" (489 manifestations, dont 9 sommets internationaux, 25 réunions interministérielles, 328 séminaires, des symposiums, etc.) et "l'utilité publique variable" de ces événements. L'institution présidée par Phillipe Séguin dénonce aussi de petits arrangements avec les procédures. "Trop d'événements ont été organisés dans l'urgence, est-il écrit dans le rapport. Il en est résulté des accommodements avec les règles de mise en concurrence."

Parmi les opérations les plus emblématiques de cette période, Mediapart pointe l'organisation le 13 juillet 2008 du dîner offert à 43 chefs d'Etat pour le sommet de lancement de l'Union pour la Méditerranée. Une sauterie qui a coûté 1.010.256 euros.

Ce rapport vient d'être remis à la Commission des Finances du Sénat, qui l'avait commandé en octobre 2008.

Repost 0
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 09:00


Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
27 octobre 2009 2 27 /10 /octobre /2009 08:00

Une majorité de Français est déçue par
le bilan de Nicolas Sarkozy
Source : NOUVELOBS.COM  -  26 octobre 2009

Sondage LH2-Nouvelobs.com  58% des personnes interrogées jugent que le bilan de la présidence est "négatif" et 22% le qualifient même de "très négatif". 19% des électeurs qui avaient voté pour Nicolas Sarkozy au 1er tour en 2007 déclarent par ailleurs qu’ils ne lui redonneront pas leur voix s’il se présente à nouveau en 2012.

Alors que Nicolas Sarkozy arrivera à mi-mandat le 6 novembre prochain, le tableau s’avère assez critique puisque seuls 38% des Français jugent "positif" le bilan de la première partie de la présidence, 6% le jugeant "très positif ", selon un sondage LH2-Nouvelobs.com publié lundi 26 octobre. A l’inverse, 58% le jugent "négatif", et 22%, soit plus d’un Français sur cinq le juge même "très négatif".
C’est au sein du socle électoral traditionnel de Nicolas Sarkozy que l’on retrouve les personnes les plus satisfaites des actions entreprises pendant la première moitié de son mandat : retraités (50%) et personnes au revenu supérieur à 5000€ (44%). Les personnes aux revenus inférieurs à 1200 € ont également une opinion plus favorable sur les actions menées depuis l’élection de Nicolas Sarkozy (48%).
Si logiquement les sympathisants de l’UMP et électeurs de Nicolas Sarkozy dressent un bilan nettement plus favorable que la moyenne des Français, celui ci apparaît néanmoins en demi-teinte : 15% des sympathisants UMP et 23% des personnes ayant voté pour Nicolas Sarkozy au 1er tour de l’élection présidentielle de 2007 soit près d’un électeur sur 4 jugent le bilan "négatif", signe d’une certaine déception que Nicolas Sarkozy devra prendre en compte dans la seconde partie de son mandat. Au final, ce sont les cadres (32%), professions intermédiaires (29%) et employés (32%) qui s’avèrent le moins satisfaits du bilan de Nicolas Sarkozy, ainsi que les sympathisants du Modem (32%) et de la gauche dans son ensemble (17%).


Des électeurs à convaincre pour 2012

Si Nicolas Sarkozy se présentait aux élections de 2012 pour un second mandat, 30% des Français déclarent qu’ils voteraient pour lui, un résultat similaire à la part des voix qui se sont portées sur sa candidature lors du 1er tour de l’élection de 2007.
[ FA-BU-LEUX ! Vive Sarkoland ! ]

A ce stade, Nicolas Sarkozy peut bénéficier du soutien de son vivier traditionnel d’électeurs : 40% des personnes de plus de 65 ans voteraient pour lui, 37% des catégories socioprofessionnelles dites supérieures et par ailleurs 38% des Français aux revenus inférieurs à 1200€.
Néanmoins, preuve d’une certaine déception dans les rangs du président à l’égard des actions menées sous son début de mandat, 14% des sympathisants de l’UMP et 19% des personnes qui avaient voté pour Nicolas Sarkozy au 1er tour en 2007 soit près d’une personne sur cinq déclarent qu’elles ne lui redonneront pas leur voix s’il se présente à nouveau en 2012. Par ailleurs, parmi les personnes jugeant le bilan de Nicolas Sarkozy positif à mi-mandat, la même proportion déclare qu’elle ne votera pas pour lui. Pour Nicolas Sarkozy, la seconde partie du quinquennat sera donc déterminante d’une part pour répondre aux aspirations des électeurs déçus et d’autre part, pour transformer la satisfaction à l’égard de l’action présidentielle en intention de vote.

Sondage réalisé par l’institut LH2 pour Nouvelobs.com les 23 et 24 octobre 2009, par téléphone.
Échantillon de 1006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille, après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Repost 0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 18:00

Ségolène ROYAL se concentre sur l'échéance des élections régionales. Après une valse-hésitation, Sarko a finalement choisi - c'est sa méthode démocratique ! -  Dominique Bussereau pour se lancer dans la bataille avec l'étendard UMP.
Candidate choisie par les socialistes, Ségolène sera évidemment soutenue par l'ensemble du PS, comme toujours en pareil cas. Euuuhhh ... toute ressemblance avec des événements ayant existé serait purement fortuite ...



Le duel s'annonce sévère entre Royal et Bussereau
Source : SUDOUEST.com  -  le 26 octobre 2009

En Poitou-Charentes, voilà une dizaine de jours, tout le monde aurait misé sur une réélection facile de Ségolène Royal lors des régionales de mars prochain. La preuve qu'en politique tout peut changer très vite : désormais, avec l'entrée en lice de Dominique Bussereau et la décision des écologistes de faire cavalier seul au premier tour, les pronostics sont beaucoup plus hasardeux. Le point à cinq mois de ce scrutin.

Ce qui est sûr

Ségolène Royal sera donc à la tête des troupes socialistes après avoir été désignée haut la main par les militants des quatre départements. Elle sera face à Dominique Bussereau, secrétaire d'État aux Transports et président du Conseil général de Charente-Maritime, qui, lui, a été désigné... par le président de la République. Au début de l'année, l'actuel leader de l'opposition au Conseil régional, Henri de Richemont, avait été élu "chef de file" par les adhérents de l'UMP. Il en restera là et c'est M. Bussereau qui partira à l'assaut de la forteresse Royal. Même si (coquetterie de langage ?) l'élu maritime ne cesse de rappeler que les investitures officielles tomberont le 28 novembre.

Au centre, le Modem concocte ses listes, et il se confirme qu'il partira seul. La tête de liste n'a pas encore été désignée.

Également seuls, les écologistes, qui ont voté en ce sens à une écrasante majorité voici dix jours à Niort. Ce qui a eu le don de mettre Ségolène Royal fort en colère. Elle pensait que son credo de l'«excellence environnementale» et sa proximité avec les élus verts de sa majorité la mettraient à l'abri d'une telle mauvaise surprise, qu'elle n'est pas loin de considérer comme une mauvaise manière. Dernière certitude, la tête de liste du Front national sera confiée au secrétaire départemental de Charente-Maritime, Jean-Marc de Lacoste-Lareymondie.

Ce qui est probable

Ségolène Royal va tout faire pour ouvrir ses listes à des écologistes, reconnus comme tels, en désaccord avec la position prise par des militants que le résultat des européennes a grisés. Elle pourrait également accueillir des personnalités centristes.

À l'UMP, aux côtés des leaders d'expérience (Richemont en Charente, Argenton dans les Deux-Sèvres et bien sûr Raffarin dans la Vienne, qui poussera la liste mais ne la tirera pas), beaucoup de nouvelles têtes devraient faire leur apparition. En particulier, nombre de maires nouvellement élus l'an passé. Comme Véronique Marendat et Jean-Marc de Lustrac en Charente, Sylvie Marcilly en Charente-Maritime.

Ce qui reste à régler

La principale interrogation qui demeure concerne la gauche de la gauche. En particulier les communistes. Après la recommandation mi-chèvre mi-chou de leurs instances nationales ce week-end, des délégués vont voter dans chaque région... avant que les militants ne votent pour dire s'ils sont d'accord avec les délégués. Pourquoi faire simple ?

Au niveau des élus, il est clair qu'ils repartiraient bien avec les socialistes, sauf dans les Deux-Sèvres, où certaines figures du PC ont de vieux comptes à régler avec Ségolène Royal. Il n'est d'ailleurs pas à écarter que cette question des régionales cause de sérieux dégâts internes dans le parti. La diplomatie tout orientale de son presque octogénaire timonier régional, Paul Fromonteil, n'est pas certaine de pouvoir empêcher la tempête.

Reste que Ségolène Royal a dit qu'elle attendrait leur décision jusqu'à la fin de novembre. Ensuite, de l'attitude du PC dépendra celle des amis de Jean-Luc Mélenchon, du Parti de gauche.

Quid, enfin, des représentants picto-charentais du NPA d'Olivier Besancenot ?

Ils vont sans doute entonner le refrain qu'il convient de battre la droite. Et partir seuls...

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Régionales 2010
commenter cet article
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 10:00

Ségolène ROYAL vous invite
à l'Université Populaire Participative

"Souffrance au travail, salariés bridés, chômage explosif :
les salariés peuvent-ils encore croire en la valeur travail ?"


le mercredi 28 octobre 2009  -  18h 30

à la mairie du 4ème arrondissement
2 place Baudoyer  -  75004 Paris


Chères amies, chers amis,

Drame des suicides à France Telecom, au Technocentre Renault de Guyancourt ou chez les éleveurs de la filière lait ; records d'accidents du travail (2000 chaque jour en France) ; intensification des tâches ; extension sans limite de l'intérim contraint et des contrats à durée déterminée ; précarisation des jeunes, des femmes, des salariés de plus de 50 ans et maintenant de tous ceux qui pensaient bénéficier d'une salutaire stabilité ; angoisse du chômage de longue durée ; stagnation des salaires pour 90% des salariés (+4% entre 1998 et 2006) et hausses parfois vertigineuses pour une minorité d'hyper-privilégiés.

La question est plus que jamais à l'ordre du jour : les salariés peuvent-ils encore croire à la valeur travail ?

Soyons-en sûr : au-delà de l'amnésie volontairement entretenue par ceux qui y ont intérêt, la crise financière, économique, sociale que nous endurons est peut-être d'abord une crise du travail. Lorsque la pression des actionnaires impose aux entreprises des contraintes de rentabilité toujours plus fortes, lorsque des millions de familles n'arrivent plus à vivre des efforts qu'elles consentent au travail, lorsque les marchés domestiques ne sont plus alimentés que par le surendettement de salariés mal-payés, l'explosion est une question de temps.

Notre université sera l'occasion de sonder les raisons profondes du mal-être et de la souffrance que les travailleurs vivent aujourd'hui au quotidien. Mais aussi de réfléchir aux moyens de faire mieux et autrement. Des chefs d'entreprise seront présents et réaffirmeront la profonde proximité qui existe entre performance durable de l'entreprise, bonne rémunération des salariés et développement de conditions de travail harmonieuses.

Elle sera précédée par la projection d'un extrait du film "J'ai très mal au travail",de Jean-Michel Carré.

Vous êtes toujours plus nombreux à participer à nos universités populaires participatives et je tiens à vous en remercier chaleureusement.

Ce succès, c'est d'abord le vôtre.

Amitiés sincères,

http://a31.idata.over-blog.com/0/19/15/20/signature3.gif

PROGRAMME


Ouverture par Ségolène Royal, puis interventions de :

Michel Gollac, sociologue du travail, Centre de recherche en économie et statistique (CREST)

Ivan du Roy, journaliste, auteur de "Orange stressé"

Paul Moreira, journaliste, auteur de "Travailler à en mourir"

Yves Perrot, chef d'entreprise, Président du Centre des jeunes dirigeants Paris

Et de responsables syndicaux

Clôture par Gaétan Gorce, Député de la Nièvre, Maire de la Charité-sur-Loire

Repost 0
26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 08:00


Invitation à l'Assemblée Générale de DA Flandre-Littoral

le mardi 27 octobre 2009


Cher(e)s Camarades,

Les dernières réunions de l’été (Marseille, La Rochelle, Fête de la Fraternité à Montpellier, et UPP), si elles montrent une certaine vitalité de notre mouvement, font toutefois apparaitre la nécessité d’une meilleure structuration et d’une coordination des comités locaux partout en France, et notamment dans le Nord.

Notre comité local Flandre-Littoral est directement concerné.


Au niveau du département, ces derniers mois un groupe d’animateurs et animatrices DA a échangé régulièrement pour définir une proposition d’organisation départementale, en liaison avec le fonctionnement des comités locaux.

Cette proposition sera présentée, et validée collectivement, lors d’une AG des adhérents DA dans le Nord, organisée le vendredi 6 novembre.

 

En vue de préparer cette AG, nous vous invitons à une réunion :


le MARDI 27 OCTOBRE  -  18h30

à  "L’estaminet Flamand"

6 rue des Fusiliers Marins  -  DUNKERQUE

 

ORDRE DU JOUR :

 

1) présentation de la proposition d’organisation départementale – débat

2) présentation et débat sur la "feuille de route" de Ségolène ROYAL, donnée aux  animateurs

     des comités locaux

3) rendez-vous nationaux, régionaux et locaux à venir

4) questions diverses

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans da59-flandre-littoral
commenter cet article
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 20:00

Dominique de Villepin :
"Je garde la main ouverte vis-à-vis de Nicolas Sarkozy "
Repost 0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 16:00

Le cap des mille jours
par Jacques JULLIARD
 Source NOUVELOBS.COM  -  le 23.10.2009

Tout indique qu'un point d'exaspération a été atteint au sein même de la majorité.

On ne saurait dire que la proposition de Jean-Pierre Raffarin de faire passer la France au régime présidentiel (RTL, 14 octobre) ait fait un tabac dans la majorité. Et pour cause : Nicolas Sarkozy est contre ! Mais, direz- vous, en régime présidentiel nous y sommes déjà, et même au-delà, puisque l'on parle, à propos de l'actuel président de la République, d'«hyperprésidence». Et lorsqu'on propose d'adopter le régime présidentiel en France, la plupart des gens imaginent qu'il s'agit d'accroître encore les pouvoirs de celui-ci !
Or c'est exactement le contraire. Un véritable régime présidentiel, à l'américaine, se rapproche certes du nôtre - le président y est élu au suffrage universel -, mais il comporte trois différences essentielles :
1) Il n'y a pas de Premier ministre; c'est le président qui est à lui seul chef de l'Etat, chef de l'exécutif et leader de la majorité. Il est responsable, tandis que le président à la française ne l'est point.
2) Le Parlement n'a pas le pouvoir de le renverser.
3) En retour, il n'a pas le pouvoir de dissoudre l'Assemblée nationale.
C'est ce dernier point qui change tout. Le pouvoir quasi discrétionnaire dont jouit aujourd'hui le président sur l'Assemblée repose en effet sur la menace tacite qu'il fait planer en permanence, en cas de résistance des députés, de les renvoyer devant leurs électeurs. Et comme il contrôle le parti majoritaire, en l'occurrence l'UMP, il peut punir les députés récalcitrants en leur refusant l'investiture. Privez-le au contraire de cette arme de dissuasion nucléaire qu'est le droit de dissolution, et vous verrez progressivement les élus s'émanciper et reprendre leur rôle normal, qui est de contrôler l'exécutif. Par rapport à notre régime actuel, qui n'a de nom dans aucune langue politique reconnue, le régime présidentiel est un régime où la représentation nationale peut tenir tête au président sans risquer d'être réduite en cendres.
Pourquoi Jean-Pierre Raffarin a-t-il fait cette proposition ? Parce que, décidément, Nicolas Sarkozy se mêle de tout, tranche de tout, transformant des institutions démocratiques en régime du «bon plaisir», comme je l'ai noté la semaine dernière. C'est dans la majorité que la fronde est la plus forte. Le mécontentement - pis que cela : la colère suscitée par la volonté du président de promouvoir son fils à des fonctions exorbitantes de son âge et de sa compétence - vaut pour toutes les frustrations endurées antérieurement. Tout indique qu'un point d'exaspération a été atteint au sein même de la majorité. Il n'est pas jusqu'aux charges sabre au clair de Dominique de Villepin au cours du procès Clearstream qui ne jouent leur rôle dans cette partition querelleuse et discordante. Quoi qu'il arrive, nous sommes allés trop loin depuis cinquante ans dans la personnalisation du pouvoir pour que le passage au régime présidentiel ne s'impose pas très vite comme la seule solution viable.
Pour donner le change, les porte-voix de l'Elysée vont à l'envi répétant qu'en tout état de cause le cap de la troisième année d'un mandat présidentiel est une étape difficile, voire cruciale, et qu'il n'y a là rien que de très normal. Sans doute. A condition d'ajouter que c'est à cette échéance des mille jours (un peu plus, un peu moins) qu'une présidence décide par elle-même de son orientation définitive. On a vu successivement de Gaulle opter pour l'élection du président de la République au suffrage universel, Pompidou se prononcer pour l'entrée de la Grande-Bretagne dans l'Europe, Giscard mettre en veilleuse le libéralisme moral du début de son septennat, Mitterrand décider de rester dans le Système monétaire européen, Chirac faire le choix désastreux de la dissolution...
Et Sarkozy ? Sa première année fut libérale, la seconde dirigiste, et toutes deux fort dépensières. La France est rattrapée par la crise, le chômage, la dette. Personne ne sait ce que seront les choix définitifs. En matière politique, l'alternative véritable n'est pas entre l'ouverture à gauche et la fermeture à droite. Elle est entre l'ouverture sur la société et la fermeture sur l'Elysée. Entre le dialogue social et le fatal sentiment de l'infaillibilité.
Le danger qui guette Nicolas Sarkozy s'appelle la bunkérisation.
Repost 0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande