Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 13:00

Lettre du Collectif de familles de victimes
décédées dans l’attentat du 8 Mai 2002 à Karachi

"Les dernières révélations de Libération et de Mediapart (cf. articles du 17 Octobre 2009) vont dans le sens de l’intérêt du juge d’instruction concernant la piste d’un attentat en lien avec le contrat Agosta, contrat sur lequel nos proches étaient missionnés.

Bien que ne possédant pas (encore ?) de preuve matérielle liant l’attentat à l’arrêt du versement de commissions, un certain nombre de vérités s’imposent dans ce dossier :

1. La Haute Cour du Sindh (province pakistanaise) a ordonné la relaxe de Rizwann et Zaheer, condamnés à mort en 2003, pour manque de preuve voire aveux contraints et forcés …
La piste islamiste s’éloigne donc de plus en plus !

2. Selon un ancien dirigeant de la DCN, M. Menayas, auditionné en mai par le juge Trévidic, une part des commissions (celle destinée au "political level") a été stoppée par Jacques Chirac en 1996 en raison de soupçons de rétrocommissions – illégales même avant 2000. Ces révélations de M. Menayas ont été accréditées par l’ancien ministre de la Défense de J. Chirac, Charles Millon, et des documents internes de DCNS…
Donc l’arrêt du versement des commissions ne semble pas être une légende ! 

3. Deux documents ont été perquisitionné au siège de la DCN ces derniers mois : l’un évoque les moyens pour la DCN et sa filiale DCNI de récupérer les sommes qui n’ont pas été versées aux intermédiaires du contrat Agosta (4% de 825 millions d’euros tout de même !) ; l’autre indique que l’intermédiaire missionné par la DCN a agi en "violation de la clause prohibant les retours des commissions en France" …
La DCN aurait donc été "au parfum" des rétrocommissions illégales.
 
Pendant ce temps, Monsieur Sarkozy refuse toujours de nous recevoir, faisant de nous des parias … des indésirables au pays des non dits et des tabous !! Il n’est apparemment pas de bon ton, en France, de chercher la vérité à tout prix …

    

Pour nous soutenir, signez la pétition
"NON AU MEPRIS DU CHEF DE L’ETAT A L’EGARD DES FAMILLES
DES VICTIMES DE L’ATTENTAT DE KARACHI !"
Repost 0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 12:00

Une enquête sur des pots-de-vin
pourrait menacer Sarkozy
Source : letemps.ch  -  le 23.10.2009
 

La livraison de sous-marins français au Pakistan a donné lieu à des versements suspects, orchestrés depuis Genève. Les protagonistes de l’affaire gardent le silence

"Ce qui se dit, c’est que Sarkozy a toutes les chances d’être réélu en 2012, sauf si ce dossier explose." Cette petite phrase d’un connaisseur de l’affaire donne une idée de l’intérêt que suscite, en France, un volet oublié de l’enquête genevoise sur les pots-de-vin destinés aux dirigeants du Pakistan.

Cette procédure a été classée l’an dernier à la demande du principal mis en cause, Asif Ali Zardari, le veuf de Benazir Bhutto, devenu président pakistanais. Mais elle a permis de découvrir un ensemble de versements suspects, partant de comptes suisses et de sociétés liechtensteinoises vers des bénéficiaires finaux en France et en Espagne. L’ordre de grandeur de ces flux serait d’une douzaine de millions de francs.

Contrats d’armement

A qui était destiné cet argent? Selon un enquêteur, les fonds ont été "vraisemblablement" versés en liaison avec des contrats d’armement, notamment la livraison de sous-marins français au Pakistan au début des années 1990. Cet aspect a fait l’objet d’une "analyse assez poussée" et de perquisitions bancaires en Suisse, mais la France n’aurait "pas montré beaucoup d’enthousiasme" pour clarifier, à l’époque, cette partie du dossier.

A Genève, un homme devrait en savoir plus : l’avocat Hans-Ulrich Ming qui, selon un connaisseur de l’affaire, est "apparu comme signataire de comptes". L’avocat dit tout ignorer du versement de commissions vers la France et, arguant du secret professionnel, se refuse à d’autres commentaires.

Autre nom, apparu sur un contrat de "consultant" publié par le site bakchich.info, celui de Ziad Takieddine, un Libanais parfois présenté comme très riche et bien introduit dans les milieux politiques français. "Je ne suis ni important ni riche, rétorque-t-il. Me Ming, je le connais un peu, je l’ai rencontré une fois. Mais je n’ai fait l’objet d’aucune investigation en Suisse, je n’ai rien à faire dans cette affaire."

Il dénonce les "affabulations" et les "fabrications" des médias qui l’ont présenté comme l’intermédiaire décisif dans la vente des sous-marins. Avant de préciser – curieusement pour quelqu’un qui dit tout en ignorer – que cette transaction a dû se faire "dans l’intérêt des Etats".

Il est vrai que les rumeurs qui entourent le dossier incitent à la prudence. Il est notamment question d’un coffre renfermant des documents explosifs, au Luxembourg ou en Suisse, où figurerait le nom de Nicolas Sarkozy. Il était ministre du Budget à l’époque du contrat et chargé, à ce titre, d’approuver les commissions versées en marge des contrats d’armement. Après sa victoire à la présidentielle de 1995, Jacques Chirac avait interrompu les versements liés aux sous-marins, qu’il soupçonnait d’alimenter les réseaux de son rival Edouard Balladur, mentor de Nicolas Sarkozy.

Attentat de Karachi

Cette dimension politique – qui reste mal documentée – explique l’excitation des médias français pour le sujet. Deux livres et une émission de Canal + sont en préparation, pour explorer d’hypothétiques connexions entre la vente des sous-marins et l’attentat qui a coûté la vie à 11 ingénieurs venus les assembler, en 2002 à Karachi. Mercredi, la ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, a annoncé que les documents confidentiels réclamés par les juges chargé du dossier avaient été déclassifiés, une promesse faite par Nicolas Sarkozy l’été dernier.

L’enquête ouverte en France s’intéresse aussi à l’aspect financier du contrat. Et sur ce point, les enquêteurs suisses sont formels: "l y a, dans notre dossier, beaucoup de réponses aux questions que se posent les Français."

Repost 0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 10:00

La presse internationale :
"Sarkozy humilié"

par La Rédaction du Post.fr  -  le 23.10.2009

Après s'être moqué des ambitions du fils du président, les médias du monde entier constatent ce vendredi que la "Prince Jean" a renoncé.
Les critiques de la candidature de Jean Sarkozy pour le poste de président de l'EPAd ont fusé, et ont largement été relayées et agrémentées par la presse étrangère. L'annonce de sa renonciation est donc bien commentée aussi.

Le journal qui en fait le plus est clairement The Independant, qui consacre une double page avec moultes photos à M.Sarkozy (père). Le journal britannique titre "L'état c'est moi: Le Culte Sarkozy".

Le TimesOnline est assez incisif aussi en titrant "Nicolas Sarkozy en retrait face au accusations de népotisme qui forcent "Prince Jean" à renoncer à un poste clé". La première phrase de l'article donne la température: "Le président Sarkozy humilié hier soir quand son fils de 23 ans a annoncé qu'il se retirait de la course pour devenir le chef d'une agence publique au budget de 100 millions de livres sterling par an, sous les allégations de népotisme."

Nettement plus soft, le Guardian annonce sobrement la nouvelle, mais on remarque quand même que ce qui intéresse les Anglo-saxons, c'est plutôt l'effet produit sur Sarkozy Sr. Ainsi, l'article raconte que "Jean Sarkozy a dit qu'il voulait mettre un terme à cette querelle politique au vitriol qui risquait de porter préjudice de manière significative à son père".

Côté blog, on peut retenir celui de Iain Martin sur le Wall Street Journal. Il signe un court billet intitulé "Le fils Sarkozy renonce à la course électorale. Il devrait finir ses études et penser à prendre une année sabatique". Il s'exclame "Eh bien, ça n'aura pas duré longtemps." Tout en traitant Jean Sarkozy de "grande progéniture du petit président français"... savoureux ! 
Conclusion pour le blogueur: "Dix ans après ça, quand son père ne sera plus président, alors, et seulement alors, peut-être pourrait-il se présenter pour un poste haut placé. Mais chaque chose en son temps."

En Autriche, la télévision publique parle aussi de Jean Sarkozy sur son site internet. C'est plutôt la joie des opposants qui a été retenue par ORT.at qui titre "France: l'opposition fête le retrait de Sarkozy Junior" et cite même Benoit Hamon, qui explique que le retrait est dû à "la pression de l'opinion catastrophée et de l'écrasante majorité des Français."

Même constat en Allemagne, le site Zeit Online annonce: "L'opposition se réjouit du retrait de Sarkozy junior".
Le quotidien Tagesschau titre "Sarkozy junior ne sera pas chef" , reprend toutes les expressions de la presse française comme "Prince Jean", et constate "la pression devait être trop grande".

Le journal régional Suddeutsche Zeitung reprend le même angle en revenant sur toute la polémique en France. A ne pas manquer, cette petite phrase analytique: "Des psychologues amateurs attestent que le président est frappé par le complexe du père divorcé: il ne pourrait rien refuser à son fils."

En Italie, le journal de gauche Libero titre "Un coup pour la grandeur de Sarko, le fils renonce à la défense." Le Corriere della Sera lance une petite pique: "Jean Sarkozy renonce à diriger la Défense, le fils de Nicolas (23 ans): j'ai pris la décision avec papa."

Dans la presse hispanique, c'est La Republica qui est la plus virulente avec ce titre: "Le clan Sarkozy, maître de la ville de Paris"

Chez nos voisins belges, le site Camer.be s'en donne aussi à coeur joie. Le titre parle de lui même: "France, suicide politique: Jean Sarkozy s'est pendu à un croc de boucher". Dans la presse suisse, des propos beaucoup plus mesurés... comme le montre cet article de TSRinfo.ch intitulé: "Polémique en France: Jean Sarkozy plie sous la pression et renonce à la présidence de la Défense"
Repost 0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 09:00


La porte-parole de Ségolène Royal :
"Le recul de Jean Sarkozy ?
Le minimum syndical !"
par La rédaction du Post.fr  -  le 23 octobre 2009


Qui ? Najat Belkacem, porte-parole de Ségolène Royal.

Où ? Ce vendredi après-midi, dans une déclaration au Post.fr.

Contexte : Après deux semaines de polémique, Jean Sarkozy a annoncé jeudi soir qu'il renonçait à briguer la présidence de l'Etablissement public d'aménagement de la Défense (Epad).

Ce vendredi matin, le fils du chef de l'Etat a été élu au conseil d'administration de l'établissement par le conseil général des Hauts-de-Seine.

Najat BELKACEM :
"Le clan présidentiel est en train de réussir un chef d'œuvre de manipulation médiatico-politique en faisant passer leur scénario de sortie de crise pour un acte personnel de bravoure, de courage, de maturité et de sens des responsabilités de la part d'un jeune homme qui, de toute évidence, découvre ahuri ce qu'est la démocratie."

"C'est tout juste si les hommes du Président ne demandent pas ce matin aux Français de présenter des excuses à l'UMP pour la brutalité de leur réaction à l'égard d'un si bon garçon, si bien élevé, si bien intentionné."

"Ça ne prend pas avec moi. Jean Sarkozy a fait le minimum syndical en renonçant, et je ne vois aucune raison de culpabiliser celles et ceux qui ont dénoncé l'énormité du scandale."
Repost 0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 08:00
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 10:00

Sur le site   deux copains d'abord


T'AS RAISON, PAUVRE SEGOLENE             Paroles   : Camille      Interprétation : Jean-Marie


T'as raison, pauvre Ségolène
A bas les éléphants et les toiles d'araignée
Plus de déconfiture et de PS court-circuité
Etonne
La France
Fraternité...

Niveau des idées, le silence
Ambiance, des cris, des noms d' oiseaux
On allait à la pêche aux voix par vice
Avec urnes bourrées
On n'parlait d'nous dans les canards
Qu'dans les chiens écrasés et les bobards...
    
T'as raison, faut enfin qu'on sème
Le bon grain séparé pour toujours de l'ivraie
Et pour cela, il n'y a rien de mieux que le parler vrai
La France
Qui gère
Sa société...

C'n'serait pas mal
Et c'est Royal
C'est le progrès.

Chanson originale   : "La maison près de la fontaine" (1972)
Paroles et musique : Nino Ferrer
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 08:00

"Un jour, un destin" :
les chiffres, eux, ne mentent pas
par l'équipe de Ségolène ROYAL  -  le 22 octobre 2009

 

A la suite de la diffusion par France 2, le 20 octobre, de l'émission "Une vie, un destin" consacrée à Ségolène Royal, voici quelques précisions : sur les conditions dans lesquelles a été réalisé le film de Dominique Fargues.

Et sur la signification réelle des chiffres d'audience brocardés par certains dont l'impénitente mauvaise foi n'est pas un scoop.

Commençons par le commencement : le choix des images, des thèmes et des témoignages ainsi que l'ensemble du scénario du film projeté sur France 2 relèvent de l'entière liberté de la réalisatrice. Et c'est très bien comme cela. A aucun moment, Ségolène Royal n'a été associée à ses choix (elle ne l'a d'ailleurs pas demandé) ni aucun membre de son équipe.

Nous avons tous découvert ce film sensible, honnête et souvent fort judicieux lors de sa diffusion télévisée.

Il n'a échappé à personne que l'angle privilégié par cette émission de Laurent Delahousse n'est pas l'exposition de propositions pour la France et que son sujet n'était pas le bilan des actions politiques de Ségolène Royal mais le récit de son trajet et l'évocation de cette part d'histoire personnelle dont tout engagement politique authentique est tissé. Les responsables du magazine de France 2 avaient annoncé un portrait, genre forcément personnel et subjectif. Ce fut le cas et cela nous va très bien. "Peopolisation !" s'écrient comme un seul homme ceux qui sont les premiers à tirer la politique vers le bas, comme ils nous l'ont amplement démontré au cours de ces dernières semaines. Non. Juste une histoire humaine et éminemment politique, avec son lot de plaies et de bosses, de peines dépassées, de joies partagées et de volonté d'imaginer l'avenir. Nous avons, pour notre part, revu avec émotion les images de grands moments que nous avons vécus ensemble. D'autres viendront, nous le savons.


Venons-en maintenant à l'aplomb avec lequel quelques uns, paresseusement repris par beaucoup d'autres, s'efforcent de faire mentir les chiffres en présentant l'audience de cette émission comme "un flop", "un naufrage", "un enterrement" et autres bérézinas. France 2 reléguée ce soir-là à la 4ème place, voilà qui témoignerait de rien moins que la mort cathodique et politique de Ségolène Royal. Bigre !

Peu importe qu'à y regarder de plus près, rien ne vienne corroborer cette prophétie tant de fois ressassée. C'est le clou du fiasco qu'il s'agit d'enfoncer. Il faut les comprendre : cela fait si longtemps qu'ils en ont envie et que cela ne vient pas, si longtemps qu'ils s'échinent sans toucher au but, copiant-collant leurs fielleux arguments, faisant feu de tout bois, extrapolant sur les dîners en ville, tordant les faits à tel point que c'est devenu, chez certains, comme un réflexe pavlovien.

Alors il faut bien, au risque de lasser, rétablir la vérité des choses.

Oui, en diffusant "Les Experts" à la même heure, TF1 a fait cartons pleins (31,5%), comme d'habitude avec cette série-culte.

Oui, "Le Village français" sur France 3 a, une fois encore, suscité l'intérêt d'un public nombreux (15,3%).

Oui, l'excellent "Desperate Housewives" sur M6 a, sans surprise, attiré beaucoup de téléspectateurs (15%).

Oui, le match de Ligue des champions a, sur Canal Plus, mobilisé nombre de ceux qui vibrent pour le foot (7,5%).

Mais non, 2,27 millions de téléspectateurs fidélisés d'un bout à l'autre de l'émission et une part d'audience de 9,2%, ce n'est pas "un mauvais score", comme ils disent, c'est même – au regard des publics réunis par les émissions politiques, toutes catégories confondues – une performance !

Tous les observateurs le reconnaissent : les invités politiques les plus notoires, de gauche comme de droite, n'ont, ces derniers mois et pour les plus regardés d'entre eux, pas dépassé le plafond, d'ailleurs nullement déshonorant, de 7,1% de part d'audience. La moyenne des émissions politiques se situe en dessous de 5%.

Les meilleurs scores concernant des personnalités politiques ? Ce sont (si l'on excepte les prestations officielles du Président de la République quand il s'invite sur les chaînes de télévision) deux portraits diffusés dans l'émission de Laurent Delahousse : en premier, "Chirac intime" et en second, celui dont Ségolène Royal a fait l'objet, classement dont, vous en conviendrez, il n'y a pas lieu de rougir !

Nous ne sacralisons pas la mesure obsessionnelle de l'audience. Mais puisqu'on lui cherche querelle sur les chiffres, eh bien regardons-les en face et réjouissons-nous qu'ils témoignent, loin de la défection claironnée, du grand nombre de Français qui ont ce soir-là, en dépit de programmes très attractifs sur les chaînes concurrentes, choisi de regarder le film de Dominique Fargues sur Ségolène Royal et l'interview de Laurent Delahousse. Et cela, comme l'ont admis certains commentateurs, bien que la période, sans échéances électorales nationales à court terme, soit traditionnellement peu favorable aux émissions traitant de sujets politiques.

On peut, comme vous le voyez, donner des mêmes chiffres deux lectures opposées selon qu'on est a priori de parti-pris ou qu'on s'efforce à davantage d'objectivité. Alors merci à ces 2,27 millions de téléspectateurs que certains tiennent pour quantité négligeable !

Merci à toutes celles et à tous ceux qui nous ont dit avoir, comme nous, éprouvé devant leur écran la fierté d'un combat partagé.

N'écoutons pas ceux qui prétendent qu'il n'est de politique respectable que désincarnée et sèche.

Ceux qui opposent l'émotion et la raison, les sentiments et les convictions, les trajectoires personnelles et l'histoire collective.

Ceux qui nous voudraient plus conformistes, plus faciles à ranger dans leurs petites cases.

Continuons sereinement sur le chemin que nous avons choisi.

Fidèles aux idées et à l'espérance que porte Ségolène Royal.

Repost 0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 07:00

Nicole Kidman dénonce les violences
faites aux femmes
Source : AFP  -  le 22 octobre 2009

La célèbre actrice australienne a pris la parole devant le Congrès américain pour dénoncer les violences faites aux femmes dans le monde.

.

Tailleur noir, maquillage de star et cheveux défaits, l'actrice australienne Nicole Kidman a fait sensation au Congrès américain mercredi où elle est venue pousser un cri d'alarme contre les violences faites aux femmes dans le monde. "La violence contre les femmes et les filles est peut-être l'une des violations des droits de l'homme les plus répandues dans le monde. Elle ne connaît ni frontière, ni race, ni classe", a lancé Nicole Kidman, ambassadrice de bonne volonté pour le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (Unifem), qui témoignait devant une sous-commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants. "Je suis loin d'être une experte mais je me fie aux gens que j'ai rencontrés pour faire avancer cette cause", a continué l'actrice.

Les élus américains ont entendu plusieurs responsables d'ONG sur la nécessité de faire adopter l'International Violence Against Women Act (IVAWA), un projet de loi qui influencerait la politique étrangère des Etats-Unis vis-à-vis des pays où les droits des femmes ne sont pas respectés. Evoquant les viols systématiques dans les conflits ethniques, les mariages forcés à un très jeune âge et la violence au foyer, Nicole Kidman a plaidé pour que ces femmes "soient soutenues. Non pas avec une boîte de sparadrap mais à travers une approche globale et bien financée qui reconnaisse que les droits des femmes sont des droits de l'homme".

Interrogée par un représentant sur le fait de savoir si Hollywood pouvait parfois être accusé de légitimer la violence contre les femmes, l'actrice a répondu: "cela se peut mais Hollywood contribue aussi à trouver des solutions". Elle a qualifié sa collaboration en tant qu'ambassadrice à l'UNIFEM d'"incroyablement exaltante". "J'ai l'intention de le faire pour le restant de mes jours", a-t-elle ajouté. "Votre célébrité fait la différence. Sans vous, cette pièce serait très vide", l'a remerciée le président de la sous-commission, le repésentant Bill Delahunt.

Au cours de l'audience, les responsables d'associations ont dénoncé par les chiffres les violences contre les femmes. Une femme sur trois dans le monde est battue ou violée au cours de sa vie. Plus de la moitié des agressions sexuelles dans le monde interviennent sur des jeunes filles de moins de 15 ans. Aux Etats-Unis, 89.000 viols ont été rapportés en 2008.

Repost 0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 20:00

Depuis quelques jours, ils sont de retour.
On ne les entend pas beaucoup ... mais ils sont là !

Connaissez-vous le film "2012", version PS?

Petit clin d'oeil à Martine Aubry à l'occasion de la sortie prochaine (le 11 novembre) du film catastrophe "2012".

Voici la parodie du film :

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 13:00

"Ségolène Royal voit plus loin
et va plus vite que les autres"
par Jean-Louis BIANCO

Source : site Désirs d'Avenir  -  le 21.10.2009

Dans le Journal La Provence du mardi 20 octobre, J-L  BIANCO revient sur les raisons de son soutien à Ségolène ROYAL. 


Pourquoi restez-vous un soutien indéfectible à Ségolène Royal ?
Pour trois raisons. D'abord je pense que la fidélité est importante en politique. Je l'ai été envers François Mitterrand et je n'ai jamais changé d'attitude. Je le suis avec Ségolène Royal et je ne changerai pas. Ensuite, elle montre, à travers toutes les attaques qu'elle subit, une force hors du commun.

C'est une "femme debout" comme on lui a dit aux Antilles, une qualité importante pour importante pour prétendre aux plus hautes fonctions. Enfin, comme on l'a vu sur la taxe carbone, j'estime qu'elle voit un peu plus loin et va plus vite que les autres.


Pourquoi a-t-elle rejeté l'offre de rejoindre le bureau national ?
Au bureau national, elle n'aurait pris la parole que de temps en temps. Elle a préféré proposer la candidature de Kamel Chibli, jeune élu de l'Ariège. C'était un signal fort de renouvellement si Martine Aubry l'avait accepté.


Vous avez dit récemment que "le PS va conquérir toutes les régions y compris la Corse" aux élections régionales...
Je sais que ça a surpris plus d'une personne. Les sondages donnent les présidents socialistes gagnants, parfois largement. Je constate qu'ils ont une vraie popularité. Elle va au-delà du PS et de la gauche. Cela se vérifie dans la région, où Michel Vauzelle est connu et apprécié des habitants. Les perspectives ne sont pas sombres pour nous, même si rien n'est joué.

Le rassemblement prôné par le PS semble mal parti ?
Partout en France, la position du PS est la même : rassembler au 1er tour.

Repost 0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande