Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 12:00

Ségolène Royal galvanise

les troupes de "Désirs d'avenir"

Source : LEXPRESS.FR  - 28 mars 2009

PARIS - Ségolène Royal a galvanisé samedi les troupes de son association Désirs d'avenir, les exhortant à se "faire respecter" au sein du PS, fustigeant les "oiseaux de proie" de l'économie française et exaltant les valeurs de fraternité, en présence d'un Régis Debray conquis.


Dans un théâtre Dejazet plein, quelque 800 "fans" [ouf ! ça n'est pas écrit "membres de la secte"] ont accueilli avec enthousiasme l'ex-candidate à la présidentielle, vedette de l'assemblée générale de l'association, relancée à cette occasion.

Applaudissements, salle debout scandant "Ségolène présidente", la présidente de Poitou-Charentes, long pull-tunique blanc, a souri du "grand nombre" de ses "chers amis" qui ont ri, songeant au récent flop de Martine Aubry, patronne du PS au Zénith sur les libertés. Sur scène, l'entouraient une vingtaine d'adhérents et ses fidèles lieutenants Jean-Louis Bianco et Dominique Bertinotti.
Tête de pont de l'ambition présidentielle de Mme Royal pour 2012, D.A. revendique quelque 9.000 adhérents. Mais vis-à-vis du PS, "pas de compétition entre nous! c'est la même maison", a recommandé son président l'avocat Jean-Pierre Mignard.
Et la présidente de Poitou-Charentes d'exhorter: "Soyez ouverts, soyez exemplaires, faites vous respecter vous et vos idées sans état d'âme mais sans vous perdre dans les jeux d'appareil stériles".

Pour elle, D.A n'est "pas un courant, encore moins un sous-courant", mais "un mouvement ouvert", "espace de réflexion et d'éducation populaire", "catalyseur d'idées", "vecteur de la démocratie qui s'enracine dans l'histoire de la gauche, sans tabou".


D.A. tiendra sa première "université populaire" sur la "fraternité", le 29 avril. Est prévu également un "Forum social" de la fraternité à Montpellier fin septembre.

 

Rappelant le "contexte social extrêmement tendu", Mme Royal a fustigé bonus et parachutes dorés de ces "délinquants très riches, ces oiseaux de proie" pouvant "compter sur la mollesse d'un pouvoir complice qui se la joue ferme dans ses discours mais tellement sans courage dans les actes".

Pour elle, "tout un pays (est) tendu vers une soif de justice sociale, révulsé par des comportements prédateurs, une sorte de délinquance des plus riches", alors que la "fraternité devrait être un principe de tout gouvernement".

Hommage également au leader guadeloupéen du LKP, Elie Domota: "sans lui, ce mouvement social aurait pu basculer dans le sang".


Et parce qu'elle a entendu que "le people et le glamour, ça ne suffit pas et -- que malgré les apparences, c'est également ma conviction -- nous avons invité Régis pour réfléchir", a-t-elle malicieusement glissé.

Le philosophe Régis Debray, auteur d'un récent essai "Fraternité!", a salué celle qui "a su donner une nouvelle jeunesse à un mot oublié, un mot refoulé", "presque incongru". "Tu l'as remis à la mode", "redonné de la chair et du sang", a-t-il lancé, en allusion à sa fête controversée de la fraternité au Zénith en septembre 2008.


L'ancien conseiller de François Mitterrand s'est taillé un beau succès, jugeant que fraternité "ne fait pas partie du vocabulaire du chef de l'Etat", car "il n'appartient pas à la mode libérale anglo-saxonne" ou lançant "Tout est fait pour l'egosystème ou le tout à l'ego".


"Le refus, donc le combat, le projet, donc le programme, l'organisation, donc la discipline, le réseau, l'agir ensemble. Cette chaîne-là, elle a de l'avenir. Vous avez pris de l'avance et vous avez bien fait!", a-t-il conclu, ovationné.

Repost 0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 23:00

Je n'étais pas seul, l'autre soir, au théâtre Déjazet ...
Même si j'aime la poésie, j'arrête là l'allusion à Musset, je ne suis pas poète.

Plus prosaïquement, ce samedi après-midi le théâtre Déjazet ... était bourré !!!

Arrivée de la plupart des participants à l'AG de Désirs d'Avenir vers 13 heures ... la réunion ne commence pas avant 13 h 30, classique !


On annonce : "Nous sommes 800, bravo !"

Etonnement ... d'accord, il y a du monde debout, mais 800 ?

Mais un éclair jaillit, ça m'arrive de réfléchir de temps en temps : de ma place, où je me suis installé avec des camarades du Nord,  on n'aperçoit pas toute la partie au dessus de nos têtes ... déplacement stratégique à l'avant de la salle, direction la scène.





Et là, en effet,  je découvre les balcons remplis à ras-bord, le paradis ... avec ses grands enfants ! (merci à Wikipédia, qui m'indique que c'est bien là que Marcel Carné avait tourné !)


Pas de doute, nous sommes venus très nombreux.
Ambiance détendue ... mines réjouies ...
bonheur de se retrouver ...


Alors Pierre, comment ça va dans le 28 ? ... hello Ghis, ton blog toujours en sur-régime ? et toi, Michèle, cet anniversaire ça s'est bien passé? (merci à Facebook, sans toi j'aurais pu laisser passer la date)


Voilà, ça suffit pour ce soir.

Pour le contenu de l'AG, les interventions de Ségolène ROYAL et de Régis DEBRAY, on verra demain, après une bonne nuit de repos !
Repost 0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 21:00

3000 signatures de plus depuis mon récent message, il y a 3 jours
Près de 29500 signataires à cet instant.
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans da59-flandre-littoral
commenter cet article
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 16:00

A propos de Jacques Chirac, Martine Aubry a déclaré lors de l'enregistrement de l'émission "Vivement dimanche" dont elle est la prochaine invitée :

"Je me dis que finalement, on le regrette"
"On a eu beaucoup de désaccords, mais on avait de bons moments"

... Comme avec Roselyne Bachelot, en mangeant des macarons, en évoquant leurs problèmes de ligne (de ligne politique aussi, probablement !)

(Bachelot – Aubry: l’opposition n’est pas marron mais... macaron !)

Imaginez un instant que ce soit Ségolène ROYAL qui ait sorti cette "bourditude" !!!
Déferlement de critiques au vitriol dans la presse !
Alimentées complaisamment par quelques-uns de nos "camarades", évidemment.
Quant aux commentaires méprisants et haineux sur les journaux en ligne, des tonnes !!!


Cela dit il y a le fond, c'est-à-dire la réalité de l'action de Chirac.
Car il a agi tout de même, certes pas dans des directions qui méritent qu'on puisse déclarer le "regretter", et je vous conseille à ce propos la lecture du billet suivant sur le site Intox2007 :   Non,je ne regrette pas Chirac

Repost 0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 12:00

"Quand il y a une grève comme celle du 19 mars, le pays n'est plus paralysé" a clamé jeudi Sarkozy, devant les députés UMP !

Une nouvelle provocation verbale dont Sarkozy a le secret, qui n'a pas dû être appréciée par les organisations syndicales, unies dans le mouvement social depuis le 29 janvier.


Nouvelle réunion de l'intersyndicale lundi

NOUVELOBS.COM  -  26 mars 2009

Les huit syndicats à l'origine des mobilisations interprofessionnelles des 29 janvier et 19 mars doivent décider des suites à donner au mouvement.


Les huit syndicats à l'origine des mobilisations interprofessionnelles des 29 janvier et 19 mars derniers ont prévu de se réunir lundi au siège de la CFDT, à Paris, à partir de 16h pour décider des suites à donner à ce mouvement, apprend-on jeudi 26 mars auprès de la confédération de François Chérèque.

Les syndicats ont décidé de l'heure de cette réunion intersyndicale en tenant compte de la rencontre des cinq confédérations (CGT, CFDT, FO, CGC, CFTC) prévue lundi matin à 11h avec Nicolas Sarkozy dans le cadre de la préparation du G20 de Londres.

Les syndicats s'étaient réunis le 20 mars pour discuter des suites aux nouvelles manifestations qui avaient rassemblé la veille entre 1,2 et 3 millions de personnes, selon les sources, dans toute la France.

Les syndicats (les cinq confédérations, la FSU, l'UNSA et Solidaires) avaient alors décidé de se donner un peu de temps pour rechercher les "modalités" permettant de donner "plus d'efficacité aux prochaines mobilisations", tout en dénonçant les "intransigeances" du gouvernement et du patronat. Les syndicats exigent un "changement de cap" de la politique économique et sociale face à la crise.  (avec AP)
Repost 0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 10:00

+12,5% de fréquentation

pour les Restos du Coeur

Source : NOUVELOBS.COM  -  26 mars 2009

Près de 800.000 personnes ont été secourues au cours de cette campagne hivernale, dont 90.000 personnes de plus que l'année précédente.

La fréquentation des Restos du Cœur, dont la campagne hivernale prend fin vendredi, a augmenté cette année de 12,5%, soit 90.000 personnes supplémentaires, annonce un communiqué de l'association, jeudi 26 mars.

Près de 800.000 personnes ont été secourues au cours de cette campagne hivernale par les Restos du Cœur, dont 90.000 personnes de plus que l'année précédente (+12,5%). Dans 17 départements ruraux ou semi-ruraux, cette augmentation a même dépassé les 20%.

Pour faire face à cette demande supplémentaire, les Restos du Cœur ont débloqué un budget complémentaire de cinq millions d'euros pour réapprovisionner les 2.000 centres de distribution jusqu'à fin mars.

Près de 100 millions de repas ont été servis cet hiver, précise l'association qui rappelle que les Restos restent ouverts toute l'année.

L'association se félicite de la hausse du don moyen, passant de 91 euros à 97. "Une générosité qui nous a permis de faire face mais pour combien de temps encore?", s'interrogent les Restos.
Repost 0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 07:00

Ségolène ROYAL était l'invitée de Jean-Pierre Elkabbach jeudi matin sur Europe 1.
Elle a notamment évoqué :

- le G20 à venir
-
la lutte contre les paradis fiscaux

- l'action de Barack Obama
- la rémunération des grands patrons
- le dialogue social dans les entreprises
- la situation du constructeur Heuliez


Segolene Royal sur Europe1 [26/03/2009]
Vidéo envoyée par  segolene-royal-videos

Repost 0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 22:00

Interrogé ce matin  sur les élections européennes du 7 juin, Jacques DELORS a donné une réponse surprenante quant à son "pronostic" sur la couleur politique des prochaines instances européennes, et par conséquent sur le futur président de la Commission Européenne : contrairement à Gordon Brown (voir mon billet du 25 mars), il n'a pas cité Barroso, mais ... "FILLON, ou JUPPE" !

Alors, on peut se dire qu'une fois de plus les socialistes se tirent une balle dans le pied, mais ... Ce que je relève, c'est qu'il prend acte du rapport actuel des forces (et  après le 7 juin peut-être), et  qu'à la question "Les partis socialistes européens sont désunis ?", il répond :
"Oui, et en dépit du plaidoyer du Parti Socialiste français".

Jacques DELORS n'a pas exprimé ses préférences, ça me semble évident.
Certes, ces propos ne vont pas faciliter la campagne européenne du PS !  Alors qu'on va demander aux militants de convaincre les citoyens d'aller voter, et d'aller voter socialiste, afin de rompre avec les politiques libérales de la droite. En s'appuyant sur le texte commun du PSE que constitue le "Manifesto".

Mais je crains, hélas, que Jacques DELORS ait raison quant à la capacité des partis socialistes à accorder vraiment leurs actes avec leurs discours ! Notamment en présentant TOUS ensemble un candidat unique, et qui soit socialiste !
Pour l'instant, les dissonances sont réellement inquiétantes.


Jacques DELORS sur France Inter - jeudi 26 mars 2009
(propos sur l'Europe : 13' 57"  --> 17' 07")


C'est juste un avis, en passant, du père de Martine Aubry...
Source : 20minutes.fr  -  26 mars 2009

Interrogé ce jeudi matin sur France Inter sur son candidat favori pour la présidence de la commission européenne, Jacques Delors, qui a occupé cette fonction pendant 10 ans (1985-95), a d’abord évoqué un Français, sans donner de nom. Après une relance de Nicolas Demorand, le socialiste a précisé: "Je verrais bien des gens comme François Fillon ou Alain Juppé". Sans donner plus de détails mais en précisant d'un sourire complice: "Si c'est la gauche qui gagne les élections européennes, vous me réinvitez" pour donner un nom de gauche.

De fait, la question d’un futur président français de la commission européenne (le nom de Fillon a déjà plusieurs fois été évoqué), n’est guère pressante. La reconduction pour cinq ans de José-Manuel Barroso semble actée, sauf si les partis conservateurs du PPE (parti populaire européen) se prennent une dégelée aux élections européennes le 7 juin prochain. Tous les chefs de gouvernement conservateurs (Berlusconi, Merkel, Sarkozy...) ont fermement soutenu le représentant du parti social démocrate portugais (droite) la semaine dernière lors du sommet européen.

Surtout, une grande partie des socialistes européens (Gordon Brown, José Socrates, José-Luis Zapatero) ne souhaitent pas s’opposer à l'ancien Premier ministre portugais, ce qui constitue une assurance tous risques pour Barroso. Et ce, "en dépit des plaidoyers du Parti socialiste français", a expliqué Jacques Delors sur France Inter. Les frontières politiques moins marquées au niveau de l’exécutif européen et les "compromis" nécessaires pour gouverner l'Europe peuvent expliquer que Jacques Delors, Bruxellois historique, avance le nom de quelqu’un d’un autre camp que le sien.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 10:00

.

Sarkozy, encore candidat…

et toujours pas président

Source : marianne2.fr  -  le 24 mars 2009

C'est à Saint-Quentin que Nicolas Sarkozy a tenu ce soir son premier meeting de campagne présidentielle (qu'il a, rappelons-le, remportée il y a deux ans). Xavier Bertrand et les militants avaient fait le déplacement pour assister au Sarkoshow du président. Orateur grandiloquent, pointant les fautes de ses opposants, mettant les rieurs de son côté, Sarkozy a conquis la salle. A part ça, pas ou peu d'annonces.

Nicolas Sarkozy a prononcé ce soir à Saint-Quentin un de ses meilleurs discours… de candidat à l’élection présidentielle. Une élection présidentielle qu'il a, rappelons-le, remportée il y a maintenant deux ans. Sarkozy a donc fait du Sarkozy, un meeting de campagne, du stand-up. Xavier Bertrand et l’UMP étaient venus faire la claque et rire aux blagues du président. Le tout sur fond de drapeaux français et européens. Ne manquaient plus qu'Arthur, Christian Clavier, Jean Reno et Johnny dans le public, un bon Fouquet's à la sortie et la soirée eut été parfaite. Mais point de Fouquet's à Saint Quentin…

Sarkozy, c’est à noter, a prononcé un discours dans un français moins approximatif qu’à l’habitude, au style presque écrit. Tout juste quelques fautes, mais rien à voir avec ses derniers sketchs.

Pas ou peu d'annonces, mais un discours interminable
Sur le fond, beaucoup de belles paroles, un discours essentiellement fondé sur les valeurs : l’intégrité, la morale, le mérite, le travail, la règle. Faute de solutions politiques et économiques, Sarkozy s’accroche à ces valeurs comme au moment de la "Politique de civilisation". Un écran de fumée qui fit pschitt.
Le président avait des accents gaulliens:  "Un monde nouveau sortira de la crise, est-ce qu’on va le construire ou le subir", "Dans une crise aussi profonde, aussi grave, chacun d'entre nous, quelle que soit la place qu'il occupe dans la société, a une responsabilité morale", a-t-il dit. Du De Gaulle de bazar, s’entend : "la France a toujours raison lorsqu’elle incarne le refus du renoncement". Beaucoup de contradictions, de bons sentiments, de poncifs verbeux répétés à l'envi dans ce galimatias d’annonces déjà connues.

Ainsi il ne faudrait "jamais céder à la pensée unique" mais ne jamais hésiter "à s’inspirer de ce qui marche ailleurs alors que la France s’est si longtemps inspirée de ce qui ne marchait pas ", des attaques ciblées contre les experts, ceux qui entourent et conseillent le président mais qu’il se refusera toujours à écouter. Pourquoi ? Retrouvant ses accents "popus" : "Pasque moi, ch’uis pas un expert ».


Pas de loi sur les rémunérations
Pour commenter les manifestations du 19 mars, Nicolas Sarkozy s’est largement inspiré de son meilleur ennemi Dominique de Villepin. Comme lui, le président a tenu à s’adresser à ses principaux soutiens  : "J'ai le devoir d'entendre ceux qui manifestent, mais j'ai également la responsabilité de ceux qui ne défilent pas, et ce n'est pas parce qu'ils ne défilent pas qu'ils ne souffrent pas". C’est une caractéristique de l’homme de droite que d’entendre le silence de la France qui ne manifeste pas.

S’affichant ultra-volontariste, prêt à tout, Nicolas Sarkozy a affirmé qu’il serait "toujours en première ligne" – on l’attend encore en Guadeloupe…- qu’il ne renoncerait jamais aux réformes.
Pour faire bonne mesure, il a appelé les patrons au respect de la morale,  : "Il ne doit plus y avoir de bonus, de parachutes dorés ou de stock-options dans une entreprise qui reçoit une aide de l'Etat ou qui met en oeuvre un plan social d'ampleur". Affichant son opposition aux grosses rémunérations pour les patrons dont les entreprises "se portent mal", sans annoncer pour autant aucun projet de loi. 

Bonimenteur comme à l’habitude. Rien de neuf sous le soleil de Sarkozy …
Repost 0
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 22:00

"Ne nous trompons pas de cible" ... voilà ce que je peux lire ici ou là dans les réactions visant à modérer (ou même à justifier plus ou moins adroitement) le "bide" du Zénith de dimanche.

Je peux comprendre les camarades, y compris des adhérents de Désirs d'Avenir, qui demandent à ne pas trop en faire. Et à réserver nos forces pour combattre la politique de la droite au pouvoir.

Mais, aussi fort que soient ces arguments -- basés sur la souffrance des français les plus défavorisés, de plus en plus nombreux -- ils ne doivent pas nous enlever tout esprit critique sur la situation du PS et sur le désarroi de ses adhérents.

Les français ne sont pas dupes, et ils savent faire la différence entre une véritable unité retrouvée ... et la facade.

Le PS, soyons lucides, aura bien du mal a se relever des affres du calamiteux Congrès de Reims, et des forts soupçons sur la sincérité du vote dans la nuit du 21 au 22 novembre 2008.

"Oublions vite ce Congrès et passons à autre chose", voilà la bonne parole, la nouvelle couleuvre qu'on veut nous faire avaler.



Oublier les moqueries de nos chers camarades après le Zénith
de septembre 2008,

NON MERCI !

Oublier les vociférations des ségophobes à Reims,
NON MERCI !


Oublier les rocambolesques épisodes de la commission de recolement,

NON MERCI !

Oublier que depuis longtemps ILS ont choisi leur CIBLE,
celle qui les dérange,
dans toutes sortes de manoeuvres, ce qu'on a appelé le "TSS",
NON MERCI !
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans da59-flandre-littoral
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande