Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 17:00

Gérard Collomb était ce matin l'invité politique de Maïtena Biraben dans "La Matinale" de Canal Plus. PS, élections européennes, réforme des territoires : CLIQUER ICI pour voir l'interview en vidéo.

Lu sur son blog  -  3 mars 2009 :


"Petite leçon d’histoire sur la désignation des listes européennes"


Après le calamiteux Congrès de Reims, où notre parti avait plus brillé par les manœuvres d’appareil que par le débat d’idées, on pouvait croire que le PS avait touché le fond. Celles et ceux qui, pendant 24 heures, ont assisté à la composition des listes pour les Européennes savent qu’il n’en était rien.


Il suffit pour cela de relater les faits !

On comprendra alors que la représentation des territoires, l’implantation locale des candidats ou leur capacité à représenter dignement le PS au Parlement européen n’ont pas été les premiers critères pris en compte.

On a plutôt assisté à des petits arrangements entre "amis" obtenus après des heures de palabres et d’affrontements dont ont raisonné les couloirs de Solferino. Qu’on en juge !

Le bureau exécutif chargé d’examiner le texte du projet européen du PS et la liste des candidats était convoqué à 17h.

A 17h, seuls les membres de "base" du bureau sont au rendez-vous. A 17h30, on leur annonce que la commission électorale n’a pas terminé ses travaux. Pendant ce temps, cette dernière discute. Mais surtout, ça négocie dur dans les différents bureaux !

18h30, toujours pas de bureau national. Aux esseulés qui commencent à s’impatienter, on annonce que le bureau national n’aura lieu qu’à 21h. Une demi-heure après, on leur dit que, finalement, ce sera plutôt 21h30.

Les plus accrochés restent sur place (au cas où !). Les permanents compatissants viennent alors leur proposer un petit buffet. Les plus confirmés dans la Solferinologie ont, quant à eux, déjà gagné les restaurants alentours. A 22h, ils reviennent, prêts à affronter la nuit.

Le BN commence enfin… mais par une déclaration : il n’y a toujours pas d’accord, la commission va se réunir à nouveau. Une heure après, toujours rien. Avant que les derniers cafés ne ferment, les isolés du bureau exécutif vont par petits groupes prendre un verre Bd St-Germain. Retour trois quarts d’heure après. Il est presque minuit : les listes ne sont toujours pas constituées.

Vers 1h15 : la direction décide, "qu’en attendant", on va discuter du texte du Projet pour l’Europe.

Le projet est alors distribué aux membres du BN qui, pour la plupart, le découvrent. Un coup d’œil sur le texte donc, et le débat s’engage !

Il tournera essentiellement autour d’une trouvaille sémantique forte qui, au dire des différents dirigeants de courant, a permis de faire l’accord sur le texte entre ceux qui sont pour une politique protectionniste et ceux qui pensent que l’Union Européenne doit fonctionner comme un marché unifié.

Cette trouvaille sémantique se résume en une formule : "une politique de juste échange". Pour ceux qui se demanderaient en quoi consiste exactement une "politique de juste échange", l’explication vient immédiatement après : "la politique de juste échange", c’est "une politique européenne commerciale ajustée".

Certes, certes ! Qui pourrait dire le contraire ? Si la politique commerciale européenne est "ajustée" l’échange ne peut être que "juste". Et si l’échange est "juste", la politique commerciale européenne est forcément "ajustée". CQFD !

C’est ce qu’en grammaire on appelle une tautologie, ou plus simplement, une redondance et qui repose sur l’affirmation, non sur l’analyse.

Interviennent alors les débats de fond sur ce sujet fondamental. Cela nous mène jusqu’à 2h du matin ! Heure à laquelle un émissaire de la commission nationale entrouvre la porte de la salle François Mitterrand pour nous annoncer qu’on en est à la discussion "sur les fins de listes".

Les plus impatients se disent que, cette fois, on en a bientôt fini. On recommence un petit morceau de débat pour meubler… Pourtant à 2h30, le même émissaire nous informe qu’on s’est bien mis d’accord "sur les fins de listes", mais qu’il n’y a par contre, pas d’accord "sur les débuts de liste". D’ailleurs, il ne pourra pas y en avoir dans l’immédiat puisqu’un des principaux protagonistes est parti… se coucher !!!

2h45, la première secrétaire prend une décision forte, à défaut d’être définitive. Elle déclare que le Bureau National est reporté au lendemain 9h. Une heure avant le début du Conseil national afin d’examiner les propositions que la commission électorale aura pu élaborer dans la nuit. A l’abri de tout regard !

Tout le monde au lit !

Le lendemain, 10h : début du Conseil national.

Grande tribune où tous les "courants" sont représentés dans un décorum qui rappelle des temps lointains.

Cette fois-ci, bien sûr, (devant le Conseil national) on va commencer par le "vrai" sujet, celui qui intéresse vraiment les Français : le débat de fond, le projet des socialistes pour l’Europe. Les représentants de courants dûment mandatés viennent donner leur position.

Chaque courant tient à préciser ce qu’il entend par "juste échange" et au fil des interventions, on s’aperçoit que chacun y met exactement ce qu’il veut. Les uns expliquent qu’il faut fermer les frontières pour protéger nos industries, les autres qu’un retour à un protectionnisme malthusien ne ferait que, comme en 1929, donner un tour plus aigu à la crise économique actuelle.

Bref, on comprend bien que personne n’est d’accord sur rien.

Sur rien ? Si, sur ce qui va suivre : la liste où l’on s’est réparti les postes entre "amis" !

Et chacun des représentants d’expliquer : "Mes chers camarades, c’est très dur, évidemment ce n’est pas réellement démocratique, on n’a pas vraiment suivi l’avis des représentants des grandes régions (à qui un mois plus tôt, on était venu demander leur avis), les camarades désignés n’ont aucune attache avec la région où on les envoie…"

Aucune attache ? Les uns y ont peut-être un lointain cousin, les autres qui sait, une maison de campagne… On avoue aux camarades que cette fois-ci en matière de constitutions des listes, on a atteint la limite. Mais on jure que pour les prochaines européennes, on fera ce qu’on avait déjà annoncé lors des précédentes : on changera le mode de désignation, et ce, pour donner plus de pouvoir aux camarades, c’est promis !

Ensuite, comme on s’achemine vers les 13 heures et qu’une conférence de presse est programmée vers 14h, on en appelle au patriotisme de parti pour que les délégués comprennent, qu’ils doivent absolument voter la liste qui sera présentée.

"Vous savez chers camarades, on a eu des difficultés mais vis-à-vis de l’extérieur, il faut défendre le parti."

Langage qui en rappelle un autre. "D’ailleurs, on est pressés ! On accepte de prendre deux ou trois intervenants mais pas plus. Après on vote". Trois militants font entendre leurs doléances. On veut bien les écouter pourvu que leurs interventions soient courtes. Les autres, résignés, commencent à quitter la salle.

On passe au vote. Les cartons se lèvent même si les mines s’allongent. On ne fait pas appel pour rien aux intérêts supérieurs du parti.

14h30 : conférence de presse.

Une rapide photo des têtes de listes pour les journaux devant la tribune.


Allez, camarades, retournez chez vous porter la bonne parole ! Les militants socialistes rentrent donc sur leurs terres.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 14:00


Européennes : Collomb furieux


AFP  -  le 27 février 2009


Gérard Collomb, maire PS de Lyon, a déploré qu'avec la désignation des candidats pour les élections européennes, "le PS n'arrive décidément pas à procéder à sa rénovation" et a dit se sentir "aucunement solidaire des choix qui peuvent être effectués". 

 

"On est sur un centralisme bureaucratique pour lequel d'autres partis ont péri par le passé", a ajouté ce proche de Ségolène Royal. Alors que le PS devait réunir vendredi soir son Bureau national pour finaliser ses listes, M. Collomb a jugé dans un communiqué que "la designation des candidats pour les élections européennes montre que le PS n'arrive décidément pas à procéder à sa rénovation".

"Les électeurs seront sans doute surpris de l'intérêt soudain d'un certain nombre de personnalités pour leurs territoires", affirme-t-il, notamment en allusion à l'arrivée probable de Vincent Peillon, autre proche de Ségolène Royal, dans la région Sud-est pour en diriger la liste.

Le candidat de M. Collomb dans cette région était Thierry Philip, cancérologue, maire du IIIè arrondissement de Lyon (*).

Les électeurs "seront également (surpris) de voir qu'un certain nombre d'élus proches d'eux ont été écartés de ces listes", souligne-t-il également.

"Parce que je réprouve de telles méthodes, je ne me sens aucunement solidaire des choix qui peuvent être effectués. Le Parti socialiste a besoin d'un sursaut. C'est maintenant aux militants de le leur apporter", assène-t-il.

 

(*) rétrogradé en 5e position sur la liste. Une place non éligible qu'il a préféré refuser.


Vincent PEILLON, eurodéputé de la circonscription NORD-OUEST, devait très logiquement être présent dans ce territoire.
Mais là, Martine a son poulain, autoproclamé : Gilles PARGNEAUX, 1er secrétaire fédéral, qui a d'ailleurs déclaré avec un certain mépris que "Vincent PEILLON n'est plus rien dans le Nord" !

AFFLIGEANT !

Toutefois, ce que je comprends moins dans la protestation de Gérard COLLOMB : le candidat de son choix était Thierry Philip, qui est maire du 3ème arrondissement de  Lyon ... Je brandis le carton "Non-cumul des mandats" ... règle définie (quand même !) par la direction du PS.

.... bon, il est vrai que pour cette règle Gilles Pargneaux a aussi une lecture sélective !!!
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 11:00

Notification de licenciement

pour causes réelles et sérieuses

A l'attention de :

M. Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA


Monsieur,


Au cours de la mobilisation préalable du 29 janvier 2009, vous avez été informé que le peuple français envisageait une mesure de licenciement à votre égard.

Votre réponse télévisuelle du 5 février 2009 ainsi que votre rencontre avec les syndicats le même mois, ne nous ayant apporté aucun élément nouveau et satisfaisant quant à votre action au sein de la République Française, nous avons la joie indiscutable de vous notifier votre licenciement pour les raisons suivantes

 

Insuffisance professionnelle :

Vous avez été élu comme Président du pouvoir d'achat et face à la crise majeure que traverse notre pays, vous persistez à ne pas tenir cet objectif fondamental.

Manque de compétence :

Votre incompétence économique lancinante vous amène à répondre à une crise de la demande et des inégalités par une politique de relance insuffisante pour ne pas dire profondément affligeante axée sur l'offre. Plus grave encore, vous vous entêtez dans une vision économique qui est en train de faire la preuve de sa totale inefficacité à permettre un développement harmonieux des sociétés humaines et annoncez la poursuite des réformes qui nous ont pourtant conduits à l'impasse dans laquelle nous sommes actuellement.

Absences répétées ou prolongées :

Votre goût prononcé pour les voyages répétés et dispendieux s'étend bien au-delà des stricts besoins de votre charge.

Comportement :

Votre manque de tenue récurrent lors des rencontres avec vos homologues étrangers nuit gravement à l'image de notre pays au niveau international. Votre manie de vous mêler des affaires intérieures de pays tiers tout en cherchant à tirer la couverture médiatique à vous-mêmes focalise les mécontentements autour de notre pays.

Manque de loyauté :

Votre mandat vous donne obligation de gouverner la République dans l'intérêt général, à savoir pour le bénéfice de l'ensemble du peuple. Les mesures appliquées jusqu'ici démontrent que votre loyauté ne va pas au peuple qui vous a élu et qu'elles manquent pour le moins d'équité. 

Critiques de la société :

Vous tenez régulièrement et en public, des propos désobligeants sur le peuple dont vous avez la charge.

Faute professionnelle :

Vous avez outrepassé vos fonctions en vidant de toute substance le poste de Premier ministre, seul chef de l'exécutif qui détermine et conduit la politique de la nation. Vous avez également failli en tant que gardien des Institutions en les réformant jusqu'à compromettre leur rôle de gardiennes de la démocratie.

Insuffisance de résultats :

Contrairement à ce que vous annonciez dans votre campagne d'embauche, les résultats actuels ne sont pas à la hauteur de votre programme. Vous n'avez pas réduit durablement le chômage endémique qui nuit gravement à notre pays, vous n'avez pas amélioré les conditions de vie de nos compatriotes laborieux, le pouvoir d'achat des Français se réduit comme peau de chagrin, vous n'avez pas amélioré l'accès au logement de millions d'entre nous.

Perte de confiance :

La dissonance cognitive profonde entre vos paroles et vos actes nous conduit à penser que vous souffrez d'une forme étonnante de mythomanie. Cette capacité à faire le contraire de ce que vous promettez a abouti à notre totale perte de confiance dans votre aptitude à exercer correctement votre mandat de Président de la République Française.

 

Comme indiqué lors de notre entretien, votre état de santé ne vous permet pas de travailler pendant une durée couvrant celle du préavis qui, en conséquence, ne donnera pas lieu à une indemnité compensatrice de préavis

Vous disposez à ce jour d'un crédit de 20 heures de formation au titre du droit individuel à la formation. Vous pouvez demander, avant la fin de votre préavis que nous vous dispensons d'effectuer, à bénéficier à ce titre d'une action de bilan de compétences, de validation des acquis de l'expérience ou de formation.

Au terme de votre contrat, la DRH vous remettra votre solde de tout compte ainsi que votre certificat de travail et l'attestation pour le Pôle Emploi..

Veuillez agréer, M. Nicolas, Paul, Stéphane SARKÖZY de NAGY-BOCSA, nos salutations distinguées.


Le Peuple Souverain.
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 22:00

Le "crève-coeur" de Vincent Peillon, parachuté dans le Sud-Est


REUTERS  -  1er mars 2009

"Un crève-coeur". Vincent Peillon ne cache pas son amertume au lendemain de sa désignation à la tête de la liste socialiste dans le Sud-Est pour les élections européennes du 7 juin.

"C'est contre mon plein gré", a souligné le député européen dans le cadre du "Grand Rendez-Vous" Europe 1-Le Parisien-Aujourd'hui en France.

Vincent Peillon, l'un des principaux lieutenants de Ségolène Royal, souhaitait conduire la liste PS dans son fief, le Nord-Ouest, mais Martine Aubry, premier secrétaire du parti, en a décidé autrement.

"Ce n'est pas un choix que j'ai fait. C'est un choix qui résulte des résultats du congrès (de Reims)", a-t-il expliqué.

"Est-ce que je souhaitais être député européen dans la région Nord-Ouest ? Bien entendu, c'est ma région", a-t-il poursuivi. "C'est un choix fait par Martine Aubry, elle l'assume".

Samedi, lors de la présentation des listes socialistes pour les européennes, Martine Aubry a comparé Vincent Peillon à la "cerise sur le gâteau".

J'ai des doutes : ce gâteau-là est-il digeste !
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 20:00
 

Pour Martine Aubry, Benoit Hamon c'est l'idole des femmes !


Lors de l'élaboration des listes aux européennes, Benoit Hamon se trouve rétrogradé au troisième rang de la liste en Ile-de-France, au profit de Harlem Désir.

Selon Martine "Benoît n'a pas besoin d'être numéro un, c'est l'idole maintenant de toutes les femmes françaises, des grands-mères aux plus jeunes".

  

Phrase de consolation ...

Benoit n'a pas apprécié cette image particulière de l'incarnation de "la gauche du PS" : beau gosse.

"Si ça avait été un homme politique qui avait dit ça à propos d'une femme politique, ça aurait considérablement fait réagir. (...) Je pense que dans le passé, elle a déjà été mieux inspirée ... Et je pense que ça suffit comme ça." 


OK, on peut prendre tout ça à la rigolade ...
Mais quand même, imaginons qu'il crée un fan-club, exclusivement féminin ...
une secte, peut-être ???

.
Tiens, ça me rappelle quelque chose !
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 18:00

Le Conseil national du PS s'est réuni le samedi 28 février pour définir les lauréats qui partiront dans la course aux européennes de juin prochain.

Les listes ont été entérinées par une large majorité (189 voix pour, 14 contre et 18 abstentions).


Si ces listes ont été "avalisées, il reste à les faire "avaler" par les militants lors du vote du 12 mars ... j'y reviendrai ultérieurement, notamment sur les parachutages et le processus dit démocratique !

Voici les listes par circonscription :

ILE-DE-FRANCE       NORD-OUEST                EST SUD-EST
1/ Harlem Desir
2/ Pervenche Beres
3/ Benoit Hamon
4/ Monique Saliou
5/ Alain Richard
6/ Michèle Sabban
7/ Guillaume Ballas
8/ Lucille Schmidt
9/ Patrick Malivet
10/Claire Edey
11/Olivier Faur
12/Adole Ankrah
13/Akli Melloulli

1/ Gilles Pargneaux
2/ Estelle Grellier
3/ Jean-Louis Cottigny
4/ Clothilde Valter
5/ Philippe Cordery
6/ Laurence Rossignol
7/ Laurent Duporge
8/ Anne Ferreira
9/ Arnaud Fontaine
10/Delphine Bataille

 


1/ Catherine Trautmann
2/ Liem Hoang Gnoc
3/ Aurélie Fillipetti
4/ Mustapha Sadni
5/ Catherine Boursier
6/ Pierre Pribetich
7/ Françoise Tennebaum
8/ Eric Loiselet
9/ Safia Ottokore




1/ Vincent Peillon
2/ Sylvie Guillaume
3/ Karim Zeribi
4/ Farida Boudaoud
5/ Jean David Ciot
6/ Mireille Peirano
7/ Otman El Harti
8/ Emmanuelle de Gentili
9/ Bernard Soulage
10/Cécile Helle
11/Stéphane Pillet
12/Christine Priotto
13Yann Librati

          SUD-OUEST
           OUEST           CENTRE                DOM
1/ Kader Arif
2/ Françoise Castex
3/ Eric Andrieu
4/ Frédérique Espagnac
5/ Renaud Lagrave
6/ Béatrice Patrie
7/ Michel Teychene
8/ Monique Collanges
9/ Sébastien Denaje
10/ Nathalie Manet Carboniere
1/ Bernadette Vergnault
2/ Stéphane Lefoll
3/ Isabelle Thomas
4/ Yannick Vaugrenard
5/ Françoise Menard
6/ Michel Morin
7/ Roseline Lefrançois
8/ Guy Moreau
9/ Norma Mevel Pla

1/ Henri Weber
2/ Cécile Jonathan
3/ Alain Calmette
4/ Karine Gloannec-Maurin
5/ François Cassany






1/ Ericka Bareigts
2/ Patrice Tyrolien









  

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Européennes 2009
commenter cet article
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 09:00

J'ai découvert ce "billet d'humeur" sur le site  www.lesdialoguesstrategiques.com

Animateur de blog, et allant "surfer" sur beaucoup de sites, j'ai naturellement été très attentif au contenu de cet article, consacré aux fameux "pseudos", analysé comme un véritable phénomène de société ... et de lâchété ordinaire.


Monde réel ...
monde virtuel : "une solution courageuse,
rester caché derrière son masque"


Le règne des corbeaux ?
Véronique Anger, Billet d'humeur -  mars 2008



Lorsque le ton devient haineux sur les blogs, les commentaires ressemblent de plus en plus à ces lettres anonymes envoyées au notable du village par un vilain "corbeau". Et oui, on l'a presque oublié, mais dans la vie réelle, quelqu'un qui ne signe pas ou se cache derrière un faux nom pour dénoncer ou insulter quelqu'un d'autre s'appelle un "corbeau"...

Dans le virtuel, nous acceptons de manière tout à fait étrange (du moins, moi je trouve cela étrange) de vivre sous le règne des "corbeaux"... En effet, quiconque le souhaite peut recourir à ces fameux pseudos parfaitement autorisés dans le virtuel, mais totalement prohibés dans le réel. En effet, dans la vie réelle, utiliser un faux nom pour agresser un individu reste associé à "corbeau", "délateur", "un ami qui vous veut du bien"... bref, une lâcheté.

Et bien, la même loi ne s'applique pas dans le virtuel. On peut écrire n'importe quelle méchanceté sous un faux nom sans crainte d'être traité de corbeau par le reste de la communauté. Pourquoi donc cacher sa vraie identité sous un pseudo ? L'excuse la plus répandue, notamment chez ceux qui jettent le plus de fiel, consiste à prétendre que leur employeur risque de les virer s'ils s'expriment à visage découvert. Sans blague ? J'ignorais que nous vivions dans une dictature... Cet argument pourrait éventuellement convenir pour les "hauts fonctionnaires", mais je doute que ce soit une catégorie surreprésentée sur les blogs où pourtant les pseudos abondent.

Dans les blogs, on peut se permettre de dire tout et n'importe quoi sans risque, sans responsabilité aucune (il faut vraiment mettre le paquet pour se faire censurer). Pour certains utilisateurs de pseudo, il s'agit d'une arme qui signifie : "Je vous insulte en toute impunité, je décrète, je critique, bref je vous crache à la figure d'autant plus volontiers que je n'ai pas à assumer mes opinions au grand jour. Personne ne connaîtra mon vrai visage, alors pourquoi me priver ?" Et les plus jeunes qui arrivent sur le net (c'est ainsi, je suis soucieuse des valeurs que nous transmettons aux jeunes générations...) ne connaissent pour la plupart que cette manière d'exprimer leurs opinions ou de commenter celle de quelqu'un d'autre, en particulier si ce quelqu'un d'autre est en total désaccord. Une solution courageuse : rester caché derrière son masque…

Jouer au corbeau... un sport national -international en fait- qui devrait nous inciter à nous poser des questions et attirer le regard des spécialistes sur un phénomène interprété inversement selon qu'on évolue dans le réel ou le virtuel. Il est étonnant qu'aucun sociologue ou anthropologue ne se soit encore penché sérieusement (du moins à ma connaissance) sur ce phénomène.
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans da59-flandre-littoral
commenter cet article
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 20:00

NAJAT n'a pas l'intention d'appartenir à la direction
pour faire de la figuration !!!




Les royalistes débarquent rue de Solférino




Najat Vallaud-Belkacem, 31 ans, vient d'être nommée secrétaire nationale du PS, chargée des questions de société, et cette proche de Ségolène Royal n'a pas l'intention d'appartenir à la direction pour faire de la figuration.

"Entrer à onze, ce n'est pas entrer à deux ! Nous allons peser sur la stratégie du PS", explique-t-elle lors du Rendez-vous des politiques, diffusé ce samedi sur France-culture.

Parmi ses objectifs, modifier l'organisation du parti, pas moins... Depuis l'arrivée de Martine Aubry, le bureau national du parti, où sont représentées toutes les sensibilités, est devenu, dit-elle, "une chambre d'enregistrement". Elle veut le "réhabiliter".

Les royalistes rejoignent l'armée mexicaine qu'est devenue la direction du PS, et s'ils sont tous à l'image de Najat Belkacem, il va y avoir du sport rue de Solférino !
Repost 0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 18:00


Christiane Taubira :
"Pour Sarkozy, l'Outre-mer c'est terra incognita"

Source : Rue89  -  le 20 février 2009


L'omniprésident semblait s'être mué en un Président transparent. Un mois après le début de la crise en Guadeloupe, Nicolas Sarkozy est enfin sorti de son mutisme et a proposé jeudi une série de mesures économiques pour les Antilles. Christiane Taubira, députée PRG de Guyane, a commenté ce plan de 580 millions d'euros, ce vendredi à "Parlons Net", le club de la presse Internet de France Info, dont Rue89 est partenaire.

 


Le retour sur le devant de la scène du chef de l'Etat s'est articulé en deux temps. Après une rencontre avec les élus d'Outre-mer jeudi après-midi, Nicolas Sarkozy est intervenu dans la soirée sur RFO, pour mettre fin au "profond malaise qui étreint un nombre croissant" d'Antillais et pour présenter ses trois mesures phares :

"Pour soutenir le pouvoir d’achat, nous avons décidé avec le Premier ministre, avec le gouvernement, que l’Etat exonèrera de toutes les cotisations sociales, à la fois patronales et salariales, les augmentations que les entreprises vont accorder à leurs salariés et c’est bien aux entreprises de payer les salaires.

"Les règles du RSA seront également adaptées pour les 110 000 foyers concernés dans les départements d’Outre-mer, afin de permettre au total une amélioration du pouvoir d’achat des travailleurs à bas salaires de l’ordre de 200 euros.

"Pour réduire les écarts de prix inacceptables avec la métropole, j’ai demandé à la grande distribution de s’engager sur une liste de produits de référence qui seront désormais commercialisés à un prix plus proche de celui de la métropole."

Monopole sur l'essence et "apartheid social"

Un "geste" salué par Christiane Taubira, mais elle attend de "voir ce qui va en sortir":

"On verra si le gouvernement est rentré de vacances, car pour l'instant, à part l'envoi de troupes supplémentaires de gendarmes mobiles, le gouvernement n'a accompli aucun acte."

Et de dénoncer le "reniement" d'Yves Jégo, secrétaire d'Etat à l'Outre-Mer, et surtout le non-rôle de sa ministre de tutelle, Michèle Alliot-Marie:

"Elle a été ministre de l'Intérieur au bout d'un mois, et n'a pas été ministre des Collectivités locales et de l'Outre-mer."

La députée de Guyane décortique les véritables problèmes qui saignent les Antilles. Des problèmes économiques, avec le monopole de la Société anonyme de la raffinerie des Antilles sur l'essence, alors même qu'ont été relevées "des pratiques au moins suspectes dans la formation des prix par la Sara".

Des problèmes sociétaux aussi, avec le racisme, cette "ligne de couleur" qui sépare les Antillais, matérialisée notamment par "des quartiers résidentiels où vous n'avez que des blancs avec des clôtures qui font deux fois [sa] taille" et qui conduisent à ce qu'elle n'hésite pas à appeler un "apartheid social".


L'absence de prise en compte de ces problèmes par le gouvernement "ressemble a du mépris", poursuit-elle, "même si c'est plus profondément à [son] avis de la méconnaissance".

La palme en reviendrait au Président : "Pour Sarkozy, l'Outre-mer c'est terra incognita." Il faudra plus que des millions alignés sur la table pour y remédier.

Repost 0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 15:00
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande