Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 10:00

les-ex-proches-de-Sarko-disent-tout.jpg 

Ex-ministres et collaborateurs de Sarkozy : ils disent tout !

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 11 janvier 2012

 

Un président sans gêne, content de lui, qui perd ses nerfs... Rachida Dati, Martin Hirsch, Michèle Alliot-Marie et d'autres ont gouverné à ses côtés, et dévoilent sa vraie nature.

Nicolas Sarkozy ? Et si c’était ses "ex" qui en parlaient le mieux ? Ses ex-ministres comme ses anciens collaborateurs, les poids lourds comme les seconds rôles, les "visiteurs du soir" comme les "petites mains", tous ceux qui ont traversé à ses côtés ce quinquennat chaotique et brinquebalant.

Ce sont ceux qui en parlent "le mieux" car ils sont plus libres. Affranchis. Ils l’ont servi, ont été servis, et n’attendent plus grand-chose d’une hypothétique réélection de leur ancien patron. Ce sont ces "ex" là, une bonne vingtaine, que "le Nouvel Observateur" est allé confesser.

Des comportements erratiques

Des ministres les plus médiatiques, comme Rachida Dati, aux collaborateurs les plus anonymes, des poids lourds politiques comme Michèle Alliot-Marie aux conseillers les plus discrets comme Raymond Soubie, des fidèles de longue date, comme Christian Estrosi ou Roger Karoutchi, aux "pièces rapportées" de la défunte "ouverture" tel Martin Hirsch, des indéfectibles soutiens comme Bernard Laporte aux "ex" déçus qui affrontent aujourd’hui celui qui les avait fait ministres, tels Hervé Morin ou Christine Boutin.

Parce qu’ils en ont été les complices actifs, il n’est pas de meilleurs témoins pour raconter cette étrange comédie du pouvoir, cette folle cavalcade désordonnée que furent ces cinq années de sarkozysme. Parce qu’ils ont subi ses emportements ou reçu ses encouragements, parce qu’ils l’ont fréquenté au plus près, dans l’intimité du pouvoir, ils sont les mieux placés pour peindre les comportements erratiques de ce drôle de Président, éternel candidat d’un camp, jamais vraiment devenu chef de l’Etat de tous (…)

Le président qui humilie les siens

Nicolas Sarkozy ne cache pas grand-chose des sentiments qu’il porte à ceux qui le secondent. Dominique Bussereau, ancien secrétaire d’Etat aux Transports jusqu’en novembre 2010, s'amuse :

Cela se voit immédiatement, physiquement, quand il est énervé"

 

C’est que Nicolas Sarkozy a ses souffre-douleur, ses têtes de Turc, qu’il ne se prive pas de malmener en public. Ce sont souvent des femmes : Valérie Pécresse a eu droit à un retentissant "conne" devant plusieurs de ses collègues pour avoir voulu accentuer l’aspect sélection de la réforme de l’Université. Roselyne Bachelot n’a pas non plus été ménagée, mais c’est surtout Christine Albanel qui a été fréquemment maltraitée.

Même Christine Lagarde, avant de s’envoler pour le FMI à Washington, a eu droit à son lot de vachardises : "Parler bien l'anglais, c’est tout ce qu’elle sait faire !" L’ex-ministre de l’Economie et des Finances s’est fait sévèrement réprimander en plein conseil des ministres, à propos de la loi Tepa, parce que Bercy n’avait pas publié à temps certains décrets : "Tu n’as pas fait ce que j’ai demandé ! C’est une faute !" Un silence glacial s’est installé dans le salon Murat.

"Un vrai gosse"

Le chef de l’Etat ne cachait pas non plus son agacement devant les interminables prises de parole d’un Bernard Kouchner versant volontiers dans la flagornerie. Pour manifester son irritation lorsque l’ex-"French doctor" dissertait, Nicolas Sarkozy regardait par la fenêtre, griffonnait, sortait son téléphone portable, envoyait des textos. "Un vrai gosse", glisse un ex-conseiller. Mais plus que ses ministres, le président éreinte souvent ses collaborateurs, qui subissent sans broncher une avalanche de noms d’oiseaux :

Abruti", "connard", "incapable" 

La suite :  ICI

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 08:00

bateau Seafrance 

La fin de SeaFrance "pour les nuls"

Source : lavoixeco.com  -  le 11 janvier 2012

 

A force d'entendre parler de SeaFrance, vous savez sûrement que la compagnie de ferries calaisienne a été liquidée lundi [9 janvier], après une lente agonie.

Mais pour le reste, vous n'êtes pas sûr d'avoir tout compris. On parle d'un consortium franco-danois pour reprendre les liaisons maritimes. Mais alors, SCOP ou pas SCOP ? Et que viennent faire la SNCF et Eurotunnel dans cette histoire ? Explications.

LDA-DFDS, le retour

C'est la piste privilégiée aujourd'hui par le gouvernement et certains ex-salariés de SeaFrance : le français Louis-Dreyfus Armateurs et le danois DFDS, réunis en consortium, pourraient reprendre l'exploitation des liaisons maritimes entre Calais et Douvres. Avec, à la clé, la reprise de 300 salariés sur 872, dont 240 navigants. En revanche, LDA-DFDS ne compte pas reprendre les navires de SeaFrance.

LDA-DFDS est un revenant : le tandem avait déjà déposé une offre de reprise, le 26 juillet 2011, dans le cadre de la procédure judiciaire. Il proposait de garder 460 emplois et trois navires. Pas suffisant à l'époque pour la CFDT SeaFrance, syndicat majoritaire, qui avait préféré déposer fin août une offre de reprise par une SCOP (société coopérative ouvrière de production).

La CFDT est d'ailleurs soumise aujourd'hui à de vives critiques, notamment pour ne pas avoir étudié d'assez près l'offre de LDA-DFDS.

La SCOP a du plomb dans l'aile

Le projet de coopérative ouvrière (SCOP), porté par la CFDT, n'a pas réussi à trouver le financement nécessaire (50 millions d'euros). Cette option, qui prévoit de garder tous les salariés, est également complexe à mettre en oeuvre : il faudrait créer une nouvelle compagnie de A à Z.

Cela dit, Didier Cappelle, secrétaire du syndicat CFDT maritime Nord, et Eric Vercoutre, secrétaire du CE, y croient encore. Grâce notamment à l'aide providentielle proposée par le voisin Eurotunnel (voir ci-dessous).

Eurotunnel au chevet de la SCOP

Rebondissement lundi, jour de la liquidation définitive de SeaFrance : Eurotunnel annonce vouloir donner un coup de pouce à la SCOP. En gros, Eurotunnel envisagerait de racheter les navires de SeaFrance, pour ensuite les louer à la SCOP, qui en assurerait l'exploitation.

Derrière cette volonté de sauvetage des emplois et de maintien du pavillon français, l'opérateur du tunnel sous la Manche veut barrer la route à LDA-DFDS qui ambitionne depuis longtemps de s'installer sur le transmanche.

Problème : pour louer des ferries à la SCOP, encore faudrait-il que celle-ci soit créée. Or, cette hypothèse s'éloigne de jour en jour (voir plus haut). Autre souci, le timing. Il est très serré : dans le cadre de la liquidation, les bateaux devraient être vendus aux enchères début février par un mandataire judiciaire.

Le rôle de la SNCF dans cette histoire

SeaFrance est une filiale à 100 % de la SNCF, laquelle est donc la maison mère de la compagnie de ferries. Comme la loi l'y oblige, la SNCF doit proposer des solutions de reclassement aux salariés. Pour l'instant, la SNCF propose de reclasser 500 salariés, car il faudra conserver le temps de la liquidation 120 employés pour la sécurité des navires. Restent 180 salariés « protégés » par des mandats syndicaux pour lesquels les délais de reclassement sont plus longs.

Les 500 offres, qui sont disséminées dans l'Hexagone, sont consultables sur le site internet http://seafrance.portailbtsg.eu. D'après la SNCF, les salariés auront quinze jours pour manifester leur intérêt pour une ou plusieurs offres. Ceux qui ne seront pas intéressés par une de ses offres recevront une lettre de licenciement. Ils bénéficieront d'un accompagnement par une cellule animée par Pôle Emploi et la SNCF.

Des offres de reclassement qui laissent les ex-SeaFrance sceptiques. En 2010, lors du premier plan social qui avait laissé sur le carreau 460 salariés, un forum s'était tenu avec 410 offres de reclassement à la SNCF. Rares sont les ex-SeaFrance à y avoir trouvé un emploi.

.

Repost 0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 08:00

l-offre-UMP--la-Sarkobox-2012.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 18:00

najat belkacem - da37

Communiqué à la presse :

"Nicolas Sarkozy, ou le coup de poker permanent"

par Najat BELKACEM  -  le 10 janvier 2012

 

Vendredi, nous serons à 100 jours du premier tour de l’élection présidentielle. 100 jours pour faire oublier 2 000 jours :


Nicolas Sarkozy fait le pari d’un quinquennat terminé au bluff dans l’espoir d’être jugé sur ses promesses de la dernière heure, plutôt que sur l’échec de ses cinq années d’exercice du pouvoir. Comme un dernier coup de poker au terme d’une partie désastreuse.

Les Français méritent mieux qu’une stratégie de joueur de hasard pour juger de l’action de ceux qui les gouvernent : la démocratie n’est pas un jeu.


TVA sociale, taxation des transactions financières, formation des chômeurs, autonomie des écoles, collèges et lycées… les propositions "toc et choc" des 100 derniers jours, qui ne seront pas appliquées et encore moins jugées sur leurs résultats avant l’élection, ne doivent pas faire oublier

bonnet-d-ane.jpg

- les 600 milliards de dette publique en plus,

- les 75 milliards de cadeaux fiscaux aux plus riches,

- le million de chômeurs en plus,

- les 750 000 emplois industriels perdus ou l’augmentation de 36 milliards du déficit commercial de la France.

 

Il faut que chacun abatte ses cartes : François Hollande propose, que Nicolas Sarkozy assume.

Un coup de dés du Président-candidat jamais n’abolira le bilan de la droite au pouvoir.

.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 17:00

 

Les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy

bientôt saisis par la justice

Source : SudOuest.fr  -  le 10 janvier 2012

 

La justice va examiner les comptes de la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy.

Les comptes de campagne pour l'élection présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy font désormais l'objet d'une réquisition judiciaire.

Le millier de documents déposés à la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) retraçant les dépenses et surtout les recettes déclarées par le candidat devrait être prochainement passé au peigne fin par des juges d'instruction.

Selon nos informations, ces réquisitions toucheraient un des volets de la tentaculaire affaire Bettencourt instruite à Bordeaux.

Depuis près d'un an le juge Jean-Michel Gentil mène des investigations tous azimuts ayant notamment conduit avant Noël à la mise en examen de François-Marie Banier et du gestionnaire de fortune Patrice de Maistre.

Mais le nom d'Eric Woerth, ancien président de l'association de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy et trésorier démissionnaire de l'UMP (chargé de récolter des dons) est également abondamment cité depuis le début de l'affaire, notamment par la comptable Claire Thibout qui avait affirmé avoir assisté à des remises d'enveloppes contenant de l'argent liquide au maire de Chantilly au sein de la maison Bettencourt.

L'ex-ministre du Budget pourrait par ailleurs être prochainement entendu par les juges.

 

distributeur-bettencourt.jpg.

Repost 0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 18:00

bannière Lettre d'actualité de Ségolène

 

mardi 10 /01
8h10  Invitée l'émission politique  de France Bleu Poitou
11h    Invitée de l'usine  d'Alstom pour les voeux
14h    Visite des ostréiculteurs et réunion de travail sur le bilan des fêtes et perspectives
 
mercredi 11 /01  :  8h30   Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC

jeudi 12 /01          :  19h05  Invitée du Grand Journal de Canal +

vendredi 13 /01
11h30   Signature de la convention pour la diffusion du  Pass' Contraception aux jeunes apprentis - SAINT-BENOIT (86)
15h30    Inauguration d'équipements  de la performance énergétique - BRESSUIRE  (Lycée des Sicaudières)
16h30    Visite de l'entreprise Violleau-Marolleau (progrès écologiques) - BRESSUIRE
18h30    Inauguration du théâtre de Bressuire co-financé par la Région. Spectacle

samedi 14 /01   :  Salon des associations de La Rochelle

lundi 16 /01
08h15      Invitée de France Info
14h30      Réunion plénière du Conseil régional - POITIERS
18h30     Voeux de Ségolène Royal aux forces vives de la région, dans le grand hall du Lycée Kyoto, symbole de l'excellence environnementale - Discours

mardi 17/01
10h00      Conférence sociale régionale sur l'emploi avec tous les partenaires sociaux POITIERS
17h00      Bureau National du PS

mercredi 18/01  : 18h30  Voeux de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Charente-Maritime - LA ROCHELLE

vendredi 20/01     :   Inauguration de logements sociaux HQE financés par la Région

21/01, 22/01 et 23/01  :  Conseil de l'Internationale  Socialiste (Costa Rica) – Sous réserve

samedi 28/01  :  14h00    Participation au 36ème congrès de France Nature Environnement PARIS

Dimanche 29/01  :   Festival de la Bande-Dessinée d'Angoulême

.

Repost 0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 16:00

 

Ségolène Royal invitée des "4 Vérités" - 9 janvier 2012

 

 

- retour sur son échec dans la Primaire

- TVA sociale : "très injuste et très dangereuse"

- taxe sur les transactions financières : en solo, "est-ce possible, est-ce crédible ?"

- déroulement de la campagne présidentielle de François HOLLANDE

.

Repost 0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 12:00

taxe-Tobin---Sarko-le-rouge.png

Suite de mon précédent billet :

 

Ainsi, avec une assurance qui devait - on peut supposer - traduire ses convictions (euh, j'ai longtemps hésité avant d'utiliser ce mot !!!) le monsieur qui révait depuis tout petit de devenir président expliquait à la télé en 1999 "l'absurdité" de la taxe Tobin.

En sermonnant au passage ses contradicteurs :   

 

"L'affaire de la taxe Tobin est une absurdité, parce que nous, nous taxerons et qu'aucun autre pays le fera"

"Si nous le faisons en France, on va encore le payer de dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires" 

"Ce que vous ne comprenez pas, c'est que le monde a changé"

"A chaque fois que nous pénalisons la création de richesses sur notre territoire, nous favorisons la création de richesses chez les autres"

"Les chômeurs pour nous, les emplois pour les autres"

 

Alors, à quelques semaines de la présidentielle 2012, "le monde a changé" (l'argument qui tue !), il serait aujourd'hui possible sans dommage de faire cavalier seul !!! :

"Nous n'attendrons pas que tous les autres soient d'accord pour la mettre en oeuvre."

.

Repost 0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 10:00

la girouette politique

Quand Sarkozy était contre la taxe sur les transactions financières

Source : LePost.fr  -  le 8 janvier 2011

    

 En 1999, l'actuel président de la République qualifiait la taxe Tobin, soutenue par le mouvement français Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne), d'"absurdité".
Aujourd'hui, il envisage de mettre en place une taxe sur les transactions financières (TTF), si possible avec l'Allemagne, mais seul s'il le faut, note Libération.

"On n'attendra pas les Allemands trop longtemps. On est décidés à y aller seuls s'il faut", a même déclaré un proche du chef de l'État, cité par le quotidien de gauche. 

Une absurdité"
Pourtant, en 1999, Nicolas Sarkozy (alors maire de Neuilly et président par intérim du RPR, rappelle Rue89) qualifiait la taxe Tobin d'"aburdité". Lors d'un débat sur France 2, l'actuel président de la République traitait Robert Hue, qui défendait cette taxe, de "dernier communiste en direct de Jurrassic Park".

 

11 ans plus tard (en 2010) à l'ONU, Nicolas Sarkozy avait un discours complètement différent et défendait cette fois une TTF à l'échelle internationale : "Les financements innovants, la taxation des transactions financières : nous pouvons le décider ici, pourquoi attendre ?".
Et en 2012, à 3 mois des élections, le chef de l'État franchissait un nouveau cap : "La France milite pour la mise en place d'une taxe sur les transactions financières, je le dis sous le contrôle du ministre des finances, nous n'attendrons pas que tous les autres [pays : NDLR] soient d'accord pour la mettre en oeuvre. Nous la mettrons en oeuvre parce que nous y croyons".

 

 

.

Repost 0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 16:00

DA44 - 101202 - tailleur blanc

 

 

"Les échanges d'invectives

ne grandissent personne" déclare Royal

Source : LeParisien.fr  -  le 5 janvier 2011

 

La française a affirmé jeudi à Dakar que "les échanges d'invectives ne grandissent personne" à propos de déclarations qu'auraient fait l'actuel candidat socialiste à la présidentielle française sur le président Nicolas Sarkozy.
"Je conçois un débat politique qui doit se passer au plus haut niveau", a déclaré Mme Royal lors d'une rencontre avec des journalistes français.

"Les échanges d'invectives ne grandissent personne", a-t-elle ajouté en prônant "un échange de solutions, de propositions, pas des invectives".
Selon elle, "si on dégrade le débat politique, les Français vont se détourner des urnes". "Il ne sert à rien d'être rude" en politique, "on n'est pas dans un combat de catch ou de boxe", a-t-elle affirmé.
Mme Royal, native de Dakar, est en visite au Sénégal jusqu'à samedi. Elle s'exprimait au lendemain d'une vive polémique en France soulevée par la droite qui accuse François Hollande d'avoir traité Nicolas Sarkozy de "sale mec", une expression sortie de son contexte.
Candidate socialiste à la présidentielle française en 2007 où elle a été battue par M. Sarkozy, Mme Royal, ancienne compagne de M. Hollande, a affirmé qu'elle ne savait pas s'il avait tenu les propos qui lui ont été rapportés, mais qu'en ce qui la concernait, elle ne s'était "jamais" permis d'insulter quiconque il y a cinq ans. 

 

Ségolène Royal se trouve au Sénégal en tant que présidente de la région française Poitou-Charentes (ouest), qui participe à des actions de développement durable, en particulier dans le secteur agricole, dans la région de Fatick (ouest).
Elle a déjeuné jeudi à Dakar avec des représentants du monde intellectuel et culturel sénégalais, parmi lesquels Cyrill Touré dit Thiat, rappeur d'un groupe à l'origine de la création il y a un an du mouvement citoyen "Y'en a marre", à la pointe du combat contre une nouvelle candidature du président Abdoulaye Wade à la présidentielle de février au Sénégal.
Invité, Youssou Ndour, star internationale de la chanson qui vient d'annoncer sa candidature à ce scrutin, s'est fait excuser.
Interrogée sur sa candidature, Mme Royal, sans vouloir "interférer dans le choix des Sénégalais", a jugé "positif qu'une personnalité" du monde culturel "s'engage en politique". "La vitalité culturelle d'un pays fait partie de son potentiel de développement", a-t-elle noté.

.

Repost 0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande