Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 10:26

Au cours de cette semaine de l'entre-deux tours des municipales, le débat, les échanges d'arguments portent autant sur la stratégie de BAYROU que sur le MoDem lui-même, semble t-il.

Que ce débat ait lieu, ça n'est pas surprenant. Il avait surgi, avec la force que l'on sait avant le 2ème tour des présidentielles, et cela grâce à Ségolène ROYAL. On sait aussi que notre candidate avait été amplement dénigrée en cette occasion.
Et dans les mois qui ont suivi, il ne s'est plus passé grand-chose ... l'immobilisme sur ce sujet semblant le maître-mot au PS. 

Mais voilà, le sort de nombreuses municipalités dépendra, le 16 mars, des alliances qui se sont réalisées entre listes de Gauche et listes MoDem ... parce qu'il faut bien arriver à un résultat électoral, et convaincre les citoyens.

Et, même s'il s'agit d'élections locales (enfin, c'est ce que l'on dit, mais ...) : réussir à battre les listes de Droite !

SUR CE BLOG, UNE SERIE D'ARGUMENTS AVANCES CES DERNIERS JOURS :
 
undefined
   Sur le Net, la stratégie du MoDem
   trouble les militants socialistes

   le 12.03.2008


A Colombes, où le MoDem a rejoint la liste UMP après le premier tour, les socialistes n'ont pas d'états d'âme : le site de campagne de Philippe Sarre (43 % au premier tour), tête de liste PS-PC, dénonce la stratégie de la liste centriste ("Ni droite ni gauche... Mais surtout à droite!"),  l'accusant de "trahir" leurs engagements. Et le candidat socialiste d'appeler les électeurs centristes à voter à gauche, tout en moquant la stratégie du MoDem.
La stratégie du MoDem d'alliances au cas par cas avec l'UMP ou le PS dérange dans les rangs socialistes, et sur la Toile, militants et sympathisants sont dubitatifs. Même dans les villes où des alliances ont eu lieu avec le parti de François Bayrou, les militants s'interrogent. Marc Vasseur, militant socialiste dans le Nord, affiche son soutien au maire de Roubaix René Vandierendonck, qui a conclu une alliance dès le premier tour avec le MoDem.
Mais il avoue son trouble après les désaccords internes au MoDem à Toulouse, où une partie de la liste à rejoint la listes soutenue par l'UMP de Jean-Luc Moudenc. "La situation à Lyon avait déjà semé un certain trouble, donnant l'impression d'un MoDem incapable de prendre des décisions collectives, un parti d'addition de personnes où le projet politique semble accessoire, au moins pour une minorité active", explique-t-il. Avant d'ajouter : "C'est peut être aussi cela le problème de Bayrou, une ambition présidentielle, fut-elle légitime, placée au-dessus de tout" .
Nicolas, sympathisant socialiste, note lui aussi que "le bipartisme n'est pas une solution", mais critique la "stratégie du MoDem qui permet juste de faire perdre toute lisibilité à la politique française".
Le "strauss-kahnien" Jean-Christophe Cambadélis, député de Paris, remarque lui sur son
blog que "la tentative de tactique" du parti centriste "n'est pas couronnée de succès". Et juge plus important de maintenir l'union de la gauche, avec souplesse : "La stratégie de l'alliance prioritaire à gauche, sans exclure du dialogue ceux qui refusent l'UMP, est plutôt gagnante."
A la gauche du PS, le jugement est encore plus catégorique : plusieurs
blogs reprennent le texte du sénateur Jean-Luc Mélanchon, qui affirme que "le MoDem n'existe pas". "Qu'on songe donner une prime à l'opportunisme noir que pratiquent les bayroutistes sous prétexte de modernité voila qui est tout a fait consternant !", martèle-t-il, raillant au passage la position de Ségolène Royal, favorable à une alliance "partout où c'est possible" avec le MoDem.                                                                        

                                                           CONCLUSION  (provisoire ) :

- dialoguer avec "ceux qui refusent l'UMP" , ce serait donc une stratégie gagnante ?

- mais s'allier au MoDem , partout où cela est possible, serait donc opportuniste et consternant ?

Qu'on m'explique ! On veut le gagner ce 2ème tour ? En "dialoguant" (comme cela se fait depuis des mois, peut-être ???), ou en passant aux actes, concrètement, c'est-à-dire en concluant des alliances pour faire rempart à la politique de l'UMP ?
Repost 0
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 08:30

undefined
 
                                                                        Chers Amis,  

Dimanche dernier, c’est un vote d'espoir que nous avons exprimé. Le premier tour du scrutin municipal a placé la gauche largement en tête avec 47 % des suffrages. Je félicite tous les maires, qui, parce qu’ils ont su moderniser leur ville avec un sens reconnu de l’intérêt général, ont été réélus dès le premier tour, notamment Jean-Claude Boulard au Mans, Gérard Colomb à Lyon, Michel François Delannoy à Tourcoing, François Hollande à Tulle, Jean-Marc Ayrault à Nantes, François Rebsamen à Dijon, Manuel Valls à Evry, Maxime Bono à La Rochelle. Mais je félicite aussi ces candidats de gauche qui, dès le premier tour, ont conquis des bastions de la droite : Jean-François Debat à Bourg-en-Bresse, Guillaume Garot à Laval,  Valérie Fourneyron à Rouen, Joaquim Pueyo à Alençon, Christophe Sirugue à Chalon-sur-Saône, Christian Teyssedre à Rodez.


Cette poussée de premier tour doit maintenant être confirmée et amplifiée dimanche prochain. Et là, je pense à tous ces candidats qui sont en bonne position pour gagner ou conserver des villes, petites, moyennes ou grandes comme Blois avec Marc Gricourt, Saint Brieuc avec Danielle Bousquet, Angoulême avec  Philippe Lavaud,  Caen avec Philippe Duron, Reims avec Adeline Hazan, Strasbourg avec Roland Ries, Lille avec Martine Aubry, Paris avec Bertrand Delanoë, Toulouse avec Pierre Cohen (voir la vidéo), Marseille avec Jean-Noël Guérini et bien d’autres encore.

Aujourd’hui, la France a besoin d’initiatives et de confiance. Pourtant c’est la méfiance qui domine, et, je le vois bien souvent, le désarroi. Le gouvernement a voulu réformer en heurtant les gens de plein fouet, en les braquant, dans le mépris total de ceux qui étaient les plus fragilisés. Il a confondu la brutalité avec la réforme.

Tous, nous avons le sentiment d’entrer dans une période à risque parce que le gouvernement n’a pas pris la mesure des problèmes, parce qu’il n’a pas de cap. Aujourd’hui, trois français sur quatre vivent avec moins de 1900 euros nets par mois, la moitié des retraités touchent une pension inférieure à 700 euros, les prix augmentent parfois de 30%. La droite baisse les impôts pour certains et les augmentent pour tous les autres. Taxe sur la santé avec les franchises médicales, hausse du rendement de la TIPP et de la TVA, création d'un impôt sur les séjours hôteliers, taxation de la publicité, retour en clair-obscur de la TVA sociale : le gouvernement demande aux revenus moyens et modestes de rembourser un paquet fiscal qui coûte 15 milliards chaque année, 75 milliards sur cinq ans.

Afin de lutter contre le déclin qui s’annonce, nous devons choisir de bonnes équipes pour nos territoires. J’ai sillonné toute la France pour épauler de nombreux candidats aux élections municipales et cantonales. Les équipes qui portent nos valeurs sont les meilleures parce qu'elles font de la politique autrement. Ce sont des équipes au travail, à l'écoute, sérieuses, qui rendent compte, qui tiennent leurs engagements, qui respectent tout le monde. C'est cela que nous attendons de la politique et c'est cela que nous proposons à nos concitoyens.

D’ici dimanche, il nous incombe de rassembler toutes les forces progressistes à gauche et au centre, sur des idées fortes. J’appelle de mes vœux un rassemblement fondé sur des valeurs communes, sur des projets partagés, partout où cela est nécessaire et possible : je crois qu’il y a une nouvelle voie à ouvrir. De nombreuses villes ont d’ores et déjà donné l’exemple. Il faut amplifier le mouvement.

Amis, nous devons tous voter massivement dimanche prochain pour sanctionner une majorité qui reste sourde au premier désaveu que les citoyens lui ont infligé le 9 mars. La victoire de la gauche aux élections municipales sera celle de tous les Français qui désirent trouver dans l'action publique des réponses concrètes aux problèmes qu'ils rencontrent. Alors, régions, départements et communes agiront dans le même sens et seront au service de tous.

À très bientôt,
 
 

Repost 0
13 mars 2008 4 13 /03 /mars /2008 07:40

Après le "casse-toi pauv'con" lancé à une personne qui refusait de lui serrer la main au Salon de l'Agriculture 2008, Nicolas Sarkozy se voit une nouvelle fois refuser une poignée de main.

Cela s'est déroulé lors de sa visite dans un centre de Formation et d'Apprentissage à Vesoul le 6 mars 2008. Une jeune femme a refusé de lui serrer la main et s'est même éloignée de lui.
. 



"T'as voulu voir Vesoul ..." chantait BREL ...

"Je suis le mal-aimé ..." pourrait chanter  Sarko Clo-clo !

Repost 0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 21:40

undefined

Un documentaire intéressant, sur France 2, jeudi 13 mars à 23h10, dont le titre est "Travailler à en mourir", sur les pathologies diverses développées par des salariés surchargés.

Lu sur le blog de l'auteur,  Paul Moreira : 

11.03.2008
Travailler plus pour mourir plus

"Travailler plus pour mourir plus", c’est le titre que je voulais donner au documentaire qui sera diffusé par Infrarouge sur France 2, jeudi 13 mars à 23h10. Et puis j’ai eu des doutes sur l’humour noir, pas sûr que tout le monde rigole à gorge déployée… Le titre est donc : "Travailler à en mourir"…

Au départ, il y a la vague au printemps 2007 des suicides professionnels,
à Renault, Peugeot, IBM et EDF. Des entreprises qui se sont fermées comme des huitres pour qu’on ne cherche pas à comprendre ce qui s’était passé. Avec Virginie Roels, c’est cette zone grise que nous avons voulu explorer. La Terra Incognita du monde des entreprises. L’entreprise est l’univers le plus opaque de la société. Il est plus facile d’aller à Sadr city, le bastion chiite de Bagdad, que dans les couloirs d’IBM à la Défense (ceci n’est pas une blague). Dans la tête des dirigeants de certaines boites, l’économie est une guerre.
 
Nous voulions comprendre la mécanique qui détruit les hommes dans le monde de l’entreprise.
Cette question, nous voulions que ce soit d’abord les salariés qui y répondent. Ceux qui avaient plongé dans la dépression, frôlé le geste ultime du suicide, ceux que le stress avait usés jusqu’à la maladie.
Nous nous sommes intéressés à trois secteurs industriels particulièrement pathogènes : la banque, les plateformes téléphoniques et la sidérurgie ..." 

Pour lire la suite, cliquer  
ICI

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 16:17

SEGOLENE ROYAL A L'OFFENSIVE !

Mercredi 12 mars, Ségolène venue soutenir Alda Perriera-Lemaître,
candidate PS à NOISY-LE-SEC



S. Royal avec  A. Peirrera  -  Noisy-le-sec
envoyé par  segoleneparis


Petit reportage réalisé ce matin à Noisy-le-sec. Ségolène ROYAL y est venue pour apporter son soutien à Alda Perriera-Lemaître, tête de liste pour les municipales.
 
Alda fût mandatrice de Ségolène en Seine St-Denis lors des présidentielles.


                                                   Résultats du 1er tour à NOISY-LE-SEC

   MODEM     Nicole Rivoire  40.98 %   4080 voix   Ballottage 
   PS    Alda Pereira-Lemaitre     27.13 %  2701  Ballottage
   PCF    Gilles Garnier  26.61 %  2650  Ballottage
   SE    Georges Siavellis    5.28 %    526  Battu
Repost 0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 10:24
undefined

              Ségolène ROYAL dénonce
     l'aveuglement d'un pouvoir sourd
    à ce qu'ont dit les Français dans les urnes"



Ségolène ROYAL sur Europe 1 (source  desirsdavenir.org) :

"C'est très frappant de voir cet aveuglement d'un pouvoir qui est également sourd à ce qu'ont dit les Français dans les urnes. Il y a un avertissement très ferme qui a été donné, un vote sanction et le pouvoir ne veut pas l'entendre" estime ségolène ROYAL à l'antenne d'Europe 1.

"C'est pour ça que dimanche prochain, il faut non seulement confirmer ce vote mais l'amplifier, sinon tout va continuer comme aujourd'hui".

Interrogée sur les accords entre l'UMP et le MoDem souhaités par M. Fillon, Ségolène ROYAL répond : "un Premier ministre qui a en charge le destin et l'avenir du pays devrait s'occuper d'autre chose que des tractations politiciennes entre appareils".

"Il doit d'abord comprendre ce qu'ont dit les Français dans les urnes. Comme il ne comprend rien, qu'il ne veut rien entendre... Moi je suis choquée de l'arrogance des ministres, de l'arrogance du Premier ministre, de la façon dont il considère que tout va bien, que tout doit continuer comme si de rien n'était"

Mme ROYAL souhaite que "la gauche se rassemble très fortement" et pense à "s'ouvrir vers les centristes".

Elle ajoute que "chaque voix qui ira à un candidat de l'UMP (...) sera interprétée par le pouvoir en place comme un blanc-seing (...)".

Concernant les relations avec le MoDem, Ségolène ROYAL affirme qu'"il faut essayer ces accords locaux, mais en faisant appel aux électeurs".

"Les accords d'appareil ne sont pas d'actualité puisque François Bayrou n'y est pas favorable. Je lance un appel aux électeurs du Modem pour que la France aille mieux", et non pas "pour renforcer la gauche".

Repost 0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 09:07

Vu sur le blog de Najat VALLAUD-BELKACEM 

 
Video de F. Ribiere


Le texte de Najat :


Cantonales Lyon XIII – Mobilisons nous pour Montchat dimanche prochain


Pour ma part, je suis donc élue avec de nombreux colistiers sur la liste du 3ème arrondissement ; aux élections cantonales, je recueille 42,97% des suffrages face au sortant Jean Flacher (34,83%). Un très bon score pour ce canton où je m’efforce depuis des semaines de conduire une campagne de terrain avec des propositions claires et pragmatiques, travaillant à faire converger les projets municipaux et départementaux au bénéfice de Montchat et des Montchatois qui m’ont témoigné un large soutien hier et auxquels j’adresse du fond du cœur mes remerciements.

L’affaire n’est pas jouée pour autant ; pour moi, c’est la mi-temps et il faut rester très mobilisé pour le second tour dimanche prochain, Lyon a gagné, faisons gagner Montchat !

Repost 0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 21:30

Deux interventions de Ségolène ROYAL
à la suite du 1er tour des élections municipales 

Ségolène Royal sur France Info le 11 mars 2008
Vidéo envoyée par  daniel-c
 

Ségolène Royal sur France Inter le 10 mars 2008
Vidéo envoyée par  mel036

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 17:51

undefined

 

Source  :  leparisien.fr  -  10.03.2008

On s'en doutait un peu, notre sondage le confirme: les électeurs du Modem penchent plus à gauche qu'à droite. Si 45 % des Français estiment que leMoDem devrait, dimanche prochain, faire alliance avec la gauche plutôt qu'avec l'UMP, c'est l'avis de 49% des nouveaux sympathisants de François Bayrou, alors que l'ancienne UDF avait plutôt le coeur qui penchait à droite.

Et finalement, souhaitez-vous un maire de gauche ou un maire de droite ? Logiques avec leur vote du 1er tour, 42 % des Français souhaitent un maire de gauche.

C'est le cas de 81 % de l'électorat de gauche et de 14 % de l'électorat du centre. 12 % souhaitent avoir un maire centriste et 31 % veulent un maire de droite. Bizarrement, 15%des personnes interrogées n'ont pas répondu du tout.

                                               RESULTATS GLOBAUX DU 1ER TOUR :

undefined
                                   SONDAGE POUR LE 2EME TOUR :
undefined
Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Rendez-vous sur les médias
commenter cet article
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 14:18

undefined

                      Aurélie FILIPPETTI :
 
              
  "Partout où c'est possible,
           il faut travailler avec le MoDem"




Comment interprétez-vous les résultats du premier tour ?
Il y a une poussée vraiment nette de la gauche. C'est un vote sanction. Au plan national, les chiffres donnent quand même 47% en faveur de la gauche contre 40% à la droite ! Ca montre qu'il y a une insatisfaction vis à vis de la politique du gouvernement : le choc de confiance que Sarkozy avait annoncé s'est traduit par un choc de défiance et un vrai mécontentement. Le président de la République en porte la responsabilité : le véritable problème, c'est la manière dont il exerce sa fonction. Il le fait avec désinvolture, voire avec un certain mépris des français. Ces derniers ont l'impression qu'il vit dans un monde de luxe, qu'il s'est coupé des réalités du pays.

Là où le PS l'a emporté, peut-on vraiment parler de vote d'adhésion à un projet ?
Cela montre en tout cas un besoin de protection vis à vis de la politique qui est menée. Que les gens fassent confiance au PS pour les protéger, c'est une bonne chose. Cela prouve que nous représentons une espérance. Maintenant, il faut que nous soyons à la hauteur pour les prochaines échéances.

Quelle va être la stratégie du PS entre les deux touts ?
Il faut que l'on continue à mobiliser. Il faut que toutes les forces de gauche et les forces progressistes soient unies. Et partout où c'est possible, nous devons travailler avec le Modem.

Que demanderez-vous au gouvernement et au président si la gauche l'emporte dimanche prochain ?
Si cela se confirme au second tour, la majorité devra tenir compte d'un résultat qui traduit l'inquiétude par rapport au pouvoir d'achat. Nous demanderons une augmentation du minimum vieillesse, la revalorisation des petites retraites, l'augmentation du pouvoir d'achat des fonctionnaires et la suspension immédiate du paquet fiscal.

Source : Le Parisien

Repost 0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande