Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 12:00

logo-charte-ethique-Primaires.jpg

 

Validée suite au Comité national d’organisation des primaires du 14 décembre 2010 et confirmée au Comité national d'organisation des primaires le 8 février 2011

Le CNOP (comité d'organisation des primaires) qui pilote la mise en place du scrutin a adopté la charte des primaires. Elle contient les règles collectives garantissant le bon déroulement des primaires citoyennes. Ces règles permettront notamment le rassemblement autour du candidat vainqueur de ce scrutin et plus largement la création de la dynamique autour de sa candidature à l'élection présidentielle.

Campagne

Les candidat-es s’engagent à respecter les règles de campagne fixées par le Comité National d’Organisation des Primaires (CNOP), notamment pour les dépenses de campagne (en terme de types de dépenses et de montants).
La campagne doit être constructive et loyale, centrée sur les idées et les propositions.
Toute action ou déclaration dénigrant les autres candidat-es ou les partis co-organisateurs est interdite. La Haute Autorité pourra être saisie d’un contentieux entre les candidat-es ou leurs représentants par les candidat-es ou s’auto-saisir. Elle devra apporter une réponse au conflit dans les quarante-huit heures.
Les candidat-es s’engagent également à ce que ces principes soient appliqués par les membres de leur équipe et par les militants et sympathisants travaillant pour leur campagne sur le terrain.

Les candidat-es acceptent que la Haute Autorité soit une instance arbitrale exclusive des conflits. Les candidat-es s’engagent à ne pas contester les décisions de la Haute Autorité et à les appliquer.
Les partis co-organisateurs assurent une diffusion réglementée et équitable d’informations pour l’ensemble des candidat-es auprès des militants et sympathisants inscrits dans leurs bases de donnée.

Rassemblement

Le travail sur le rassemblement est mené au sein du CNOP tout au long du processus des primaires.
Les candidat-es veilleront à ce que l’état d’esprit de leur représentant au CNOP soit bien attaché à cette volonté de rassemblement.
Chaque candidat-e s’engage à reconnaître, sans délais, le résultat proclamé par la Haute Autorité
Dès le lendemain des élections primaires, le CNOP se réunira pour mettre en œuvre les modalités du rassemblement et les modalités du soutien de chaque candidat-e au-à la candidat-e désigné-e par les électeurs des primaires :

Définition de la stratégie de communication des candidat-es non-désigné-es envers leurs sympathisants ;

Concrétisation de l’engagement des candidat-es non-désigné-es à mettre à disposition du-de la candidat-e élu-e, pour la campagne présidentielle, tous les moyens de communication utilisés pendant les primaires

Chaque candidat-e non-désigné-e prendra une part active dans la convention d’investiture en soutenant le-la candidat-e investi-e. 

La convention d’investiture sera organisée par les partis co-organisateurs et le CNOP en amont des primaires, ce dernier étant remplacé par le-la candidat-e investi-e dès le lendemain du vote.

Enregistrement 

La Haute Autorité enregistrera les candidatures des seul-es candidat-es ayant accepté et signé la présente charte. 

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Primaires
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 10:00

 

Des vidéos du PS, sur le site dédié aux Primaires

http://www.lesprimairescitoyennes.fr/

 

Primaires Citoyennes : mode d'emploi

 


Où dois-je voter ?

 

Des milliers de bureaux de vote seront installés dans toute la France les 9 et 16 octobre.

A l'approche du scrutin, la carte des bureaux de vote sera mise en ligne et vous permettra de savoir où se trouve votre bureau de vote. 

En ville, dans les quartiers, à la campagne, il y en a forcément un près de chez vous : ce sont près de 10 000 bureaux de vote que nous organisons, il y en a au minimum un par canton ! Pour être informé de la mise en ligne de la future carte des bureaux de vote, inscrivez vous à la newsletter.

 

Les bénévoles qui organisent les primaires sont actuellement en train de constituer les équipes et de réserver les différentes salles qui seront utilisées, n'hésitez pas à venir nous aider si vous le souhaitez en vous signalant auprès d'eux.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Primaires
commenter cet article
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 08:00

les-legumes-plaident-non-coupable.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 14:00

avec Najat à Arcueil

De la fiabilité des sondages

par Najat BELKACEM  -  le 3 juin 2011

 

Nous sommes quelques uns, comme vous le savez, à émettre de sérieux doutes quant à la fiabilité des sondages d’intention de vote dont on nous abreuve depuis des mois, et à déplorer en tout cas la fréquence et l’usage qui en sont faits dans une presse qui oublie trop souvent les limites de ces outils et les conditions imparfaites de leur fabrication.

Notre avis pourrait n’avoir que peu de poids et être taxé de partisan dans une période où ces derniers ne donnent pas, loin s’en faut, notre candidate favorite.

Au hasard de mes lectures, je suis retombée sur cette enquête post-21 avril 2002 d’un sociologue soucieux de mieux décrypter les comportements (et les errements) des médias et des instituts de sondage dans la campagne présidentielle de l’époque.

Cette contribution publiée par Arnaud Mercier dans l’ouvrage collectif "Le vote de tous les refus" (Presses de Sc.Po, 2003), sous la direction de Pascal Perrineau, est extrêmement instructive et impressionnante d’actualité.

 

Je vous laisse en prendre connaissance en vous rappelant une chose simple : le seul sondage qui compte, c’est celui des urnes. Continuons à nous mobiliser !


"... Revenons sur le rôle décisif de l’argument chiffré des sondages et des usages qu’on en fit. Pour commencer, il est fécond de partir de ce que les médias n’ont pas voulu entendre et de ce que le public n’a donc pas pu connaître. Le 16 avril 2002, la Commission des sondages publia le communiqué suivant :

"La Commission rappelle qu’elle contrôle systématiquement tous les sondages ayant un rapport direct ou indirect avec une élection. Après avoir constaté qu’un certain nombre des règles qu’elle est chargée de faire respecter avait été méconnues, la Commission a été amenée à intervenir de plus en plus fréquemment depuis quelques semaines auprès des instituts de sondage ou des organes de presse qui ont assuré la diffusion des résultats. Elle estime nécessaire, à quelques jours du scrutin, d’insister sur la prudence avec laquelle les sondages d’intentions de vote doivent être interprétés et ceci pour deux séries de raisons. La première tient aux modalités de constitution des échantillons des personnes interrogées, à la proportion élevée des personnes sondées n’exprimant aucun choix et à celle, parmi les intentions exprimées, des personnes qui ne sont pas sûres de leur choix. La seconde tient à certains des procédés de redressement auxquels ont actuellement recours les instituts de sondage. Dans ces conditions, la Commission des sondages tient à souligner les limites de fiabilité des sondages. La Commission rappelle enfin que les sondages ne sont qu’un instrument d’analyse de l’opinion publique et non pas un outil de prévision des résultats électoraux. »

Ce communiqué et son devenir sont tout à fait révélateurs des problèmes de l’information en campagne électorale. En effet, ce dernier n’a pas été repris par les rédactions, à l’exception de l’afp, de La Tribune, du Télégramme de Brest, de l’Humanité et du Parisien, sous forme de brèves, synthétisant un communiqué lui-même déjà très court. Autrement dit, cette mise en garde (émise par une instance légitime à en adresser) a été cachée au public.

 Elle représentait un inconvénient majeur aux yeux des rédactions, celui de signifier explicitement que tout le travail interprétatif proposé par les journalistes, leurs commentaires fondés sur les nombreux sondages parus, la commande d’enquêtes plus ou moins coûteuses, ayant vocation à être reprises par les autres médias en citations (accroissant ainsi la notoriété du support cité) reposaient sur du sable. La Commission dit explicitement que les sondages ne sont pas des instruments de prévision du vote comme les journalistes tendent à les utiliser, et qu’en plus, en 2002, les conditions d’indécision de l’électorat et de redressement des données brutes doivent conduire à la plus extrême prudence sur la véracité des chiffres publiés.

Dans une telle situation, la rigueur professionnelle obligerait les journalistes à se défaire de cet outil d’analyse impuissant, mais les soucis cumulés de conserver un support pour produire de l’analyse quotidienne, pour faire démonstration de leur finesse d’analyse dans le commentaire et pour assurer une reprise dans les autres médias, ont eu raison de leur éthique de responsabilité. Jérôme Sainte-Marie, directeur des études d’opinion à bva, le reconnaît sans ambages, lui qui affirme que "certains sondeurs ont beau dire n’importe quoi, ça n’a finalement aucune importance. On leur demande juste de créer l’événement. Et ça marche : les gains de notoriété sont plus rentables que la fiabilité…" ( Télérama, 2729, 30 avril 2002)

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 12:00



"Je pense que le temps des femmes est venu" a été sa phrase de conclusion ...

 

Cela dit, de nombreux thèmes ont été abordés par la candidate aux primaires socialistes :

 

- DSK et le "strauss-kahnisme", qui ont permis à Ségolène Royal de recentrer le débat sur les vrais problèmes des Français et les solutions concrètes possibles pour 2012 ...

 

- réforme fiscale pour une plus juste répartition des richesses produites, car le capital doit être "au moins, au moins, c’est la moindre des choses, autant taxé que le travail"

 

- réforme bancaire avec "des règles strictes" et une entrée de l’Etat "au capital des banques"

 

- "gouvernance mondiale efficace"  pour une plus juste répartition des richesses, qui ne se fasse pas au seul profit des fonds financiers et des entreprises du CAC 40

 

- sécurité et encadrement militaire des délinquants, avec un projet d’expérimentation à La Rochelle d’une mesure proche de celle proposée par la candidate de 2007, aujourd’hui proposée par le député UMP Ciotti.

Elle a souligné qu’une politique ne pouvait se contenter d’effets d’annonces. Une pierre dans le camp du gouvernement, de Sarkozy et de la droite au pouvoir.

Car, par exemple "60% des peines d’intérêt général ne sont pas appliquées, parce qu’il n’y a pas d’encadrant, et qu’on ne trouve pas les peines d’intérêt général, donc avant de faire des annonces, il faut mettre en place les solutions et passer à l’action".

 

Sur les dernières propositions de Jean-François Copé concernant le RSA, la réponse de Ségolène ROYAL :

"Moi je suis favorable au "donnant-donnant". Effectivement, quand on donne des revenus de subsistance, de substitution, en contrepartie on peut très bien demander une activité, d’ailleurs souvent ils le demandent.

Les gens qui sont au RSA ne demandent qu’une chose souvent, c’est de se rendre utile et de pouvoir s’insérer dans le monde du travail, donc je n’y vois pas d’inconvénient, "si c’est fait dans un bon état d’esprit".

Repost 0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 12:00

sur-i-tele-le-5-juin-2011.jpg

 

 

Invitée de l'émission Dimanche Soir Politique sur i-Télé / France Inter, Ségolène ROYAL a eu l'occasion d'aborder largement le thème de la "libération de la parole des femmes" face au "sexisme" ambiant.


Comme on le sait, le débat sur le machisme dans la politique française a été relancé de façon spectaculaire par l'inculpation de DSK pour tentative de viol aux Etats-Unis, et par la démission du gouvernement du secrétaire d'Etat à la Fonction publique, Georges Tron, accusé par deux femmes d'abus sexuels.

 

Ségolène ROYAL a fait quatre propositions :

 

1) la fin du cumul des mandats :

"Tant que l'Assemblée nationale ne sera pas paritaire, nous aurons des comportements comme cela, et comment l'Assemblée nationale peut devenir paritaire ? En mettant fin au cumul des mandats".

"Tout mandat abandonné devra être réservé à une femme", a-t-elle ajouté.

 

2) la suppression de toute subvention publique aux partis politiques qui ne respectent pas la parité

 

3) le rétablissement d'un ministère dédié aux droits des femmes.

"Si je suis élue présidente de la République, je créerai – je rétablirai – un ministère des Droits de la femme et de la Dignité des femmes pour lutter aussi contre la violence physique faite au femmes.

 

4) dans l'entreprise :

"Dans les pays du nord de l’Europe, il y a une égalité salariale totale. Comment y sont-ils parvenus ?

En conditionnant les aides publiques aux entreprises à l’obligation de l’égalité salariale. 

Et leurs entreprises sont beaucoup plus performantes."

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 10:00

avec-Jean-Louis-Bianco---Montpellier.jpg

 

 

Jean-Louis BIANCO, déclarations du 30 mai 2011 :

 

Pourquoi soutient-il Ségolène Royal ?

 

 

"Elle a plus que d'autres la force de caractère, elle a surmonté des attaques d'une violence inouïe, elle a acquis la compétence que certains ne lui reconnaissaient pas", liste ce fidèle de la présidente de la région Poitou-Charentes qui estime que celle-ci a beaucoup progressé.

 

"Elle voit plus vite et plus clair que les autres", continue-t-il, estimant par exemple que Ségolène Royal avait vu juste sur la taxe carbone.

 

Il vante aussi sa vision nuancée sur l'économie :

"Elle est capable à la fois d'être agressive, révoltée par rapport à la mondialisation libérale et de reconnaitre que c'est important l'entrepreneur et qu'il faut récompenser et saluer la prise de risque".

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Primaires
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 08:00

 

Guillaume GAROT, porte-parole de Ségolène ROYAL  -  le 3 juin 2011 :

LCI - Le blog Politique avec Guillaume Garot

Un résumé des arguments développés sur LCI par Guillaume GAROT : 

"Pourquoi elle plus que d’autres ?" :

D’abord parce qu’elle est capable de mobiliser les classes populaires, les jeunes, tous ceux qui au final doutent de la politique. 

 

Deuxième raison : Ségolène ROYAL a la crédibilité de l’action :

- Elle a un bilan

- Elle a montré qu’elle apportait des solutions, des réponses concrètes à toute une série de questions que se posent les Français, quand elle est en responsabilité

 

Troisième raison : elle est la seule à gauche, finalement, à avoir connu le feu de l’élection présidentielle.  

Or c’est une qualité essentielle parce que nous allons rentrer dans une période extrêmement rude, extrêmement difficile. »

 

Thème des primaires :

- nécessaire rassemblement

- il faut qu’il y ait un vrai choix, un débats d’idées et de solutions concrètes pour les Français

 

Thème fondamental que développe Ségolène Royal depuis plusieurs années :

- la démocratie participative

- la démocratie citoyenne : faire en sorte que les citoyens soient partie prenante des décisions qui sont prises chaque semaine, chaque mois dans leur pays

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 22:00

 

Lundi dernier Jean-Louis BIANCO, interviewé par L’Intern@ute sur un supposé front anti-Hollande à l'occasion des Primaires, a répondu qu'il ne croyait pas en l'existence d'un tel front pour faire barrage à François Hollande au sein du PS.

Et si un jour il existait, il est catégorique : "Ségolène Royal n'en fera jamais partie".

primaires ouvertes 68 pour cent

 

"On aura aux primaires 1 million de votants", poursuit-il.

"Tous ces calculs d'appareil sont dérisoires et ne pèseront rien face au choix des électeurs", selon lui.

 

"Ce ne sont pas les éléphants qui feront le vote".

 

La conclusion est d'ailleurs la même sur les éventuelles fraudes qui pourraient avoir lieu lors du vote : "On s'est donné les conditions d'éviter toute tricherie".

 

Interrogé sur les hésitations de Pierre Moscovici, Jean-Louis Bianco estime enfin que la multiplication des candidatures ne nuira pas nécessairement aux primaires.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Primaires
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 21:00

jean-louis-bianco---la-provence.jpg

 

 

Lundi dernier, Jean-Louis BIANCO était interviewé par L’Intern@ute sur de nombreux sujets d’actualité, et notamment sur la candidature de Christine Lagarde à la direction du FMI, en remplacement de DSK :


 

"Christine Lagarde est quelqu'un qui a une très grande réputation internationale. Elle a la stature nécessaire à occuper le poste", souligne Jean-Louis Bianco au sujet de la candidature de la ministre de l'Economie à la direction du FMI. Mais il y ajoute immédiatement un bémol :

 

"Je comprends mal pourquoi certains leaders socialistes se précipitent pour soutenir sa candidature. Elle incarne quand même une politique économique que nous combattons tous les jours".

Selon lui, le soutien de Martine Aubry et de François Hollande à la candidature de Christine Lagarde partait d'une bonne intention ("ne pas être sectaires") mais constitue une "erreur politique".

 

Et il souligne les risques que présente l'affaire Tapie qui pourrait rattraper la ministre : "Il faudrait attendre que la justice puisse statuer".

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande