Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 12:00

 

Je suis membre de l'association Désirs d'Avenir, les lecteurs de ce blog n'en doutent pas. Je suis aussi carté au PS  ... j'ai le droit ! 

Militant au PS bien malheureux, comme d'autres, d'entendre son parti déclamer la "Rénovation", le changement des pratiques internes, le respect des militants, etc, etc ... sur tous les tons.

logo-PS-invers-.jpgEt de voir que la cruelle réalité est tout autre.

Nous devrions être plus nombreux, nous les présomptueux sans-grade, à rappeler face à nos dirigeants les entorses, les maladresses et -- appelons un chat un chat  -- les fautes commises par cette machine qu'on appelle "l'appareil".

Face à cette machine, il est évident que les militants ne font pas le poids.

 

J'ai le profil Don Quichotte, c'est ainsi. J'explique :

J'ai appris que la Fédération du Nord avait décidé d’annuler le vote en sections prévu ce 30 mars, en vue de la désignation du candidat socialiste à la présidence du Conseil Général.

Décision prise par le Conseil Fédéral lundi soir, à l'unanimité. Ce mot, c'est infaillible, est destiné à clouer le bec à tout récalcitrant.

Décision prise au prétexte qu’il y avait un seul candidat. Et un précédent en 2008.

 

Voici le message envoyé à Gilles PARGNEAUX, 1er Sécrétaire fédéral : 

 

Merci pour cette information. 

Je n'ai pu me déplacer à Lille pour ce Conseil fédéral, contrairement à la séance du 21 mars.

Si j'avais été présent, le résultat aurait été "unanimité moins une voix", car je n'aurais pas manqué de montrer mon désaccord sur cette décision.

Je ne vois pas en vertu de quoi un Conseil Fédéral peut annuler un vote prévu dans les règles de fonctionnement du parti, contenues dans les statuts

J'ai le souvenir que, même en présence de candidat unique, il a été demandé à maintes reprises aux militants de voter :

- pour le 1er fédéral en 2008,

- pour le président du Conseil Régional en 2010,

- pour les secrétaires de section (souvent candidature unique),

- pour les candidats aux cantonales tout récemment (souvent candidats uniques)

 

Concernant le précédent de 2008 : selon moi, ce n'est pas parce qu'on a pris cette fois-là des libertés avec les statuts qu'on doit le refaire en 2011. 

D'autant plus que notre 1ère secrétaire s'est plusieurs fois exprimée sur la nécessité de respecter les règles collectives.

 

En complément des statuts, la direction nationale du PS a donné d'ailleurs des indications précises pour respecter ces règles lors du vote du 30 mars, sous forme de circulaire (n° 1379).

Elle est datée du 28 février  (s’il y en a eu une autre, avec des indications contraires, je n’en ai pas connaissance) :

Cette circulaire précise que, même en présence d’un candidat unique, les militants doivent être appelés à voter.

 

Je ne comprends pas que ces consignes d'organisation, comportant les signatures de Martine Aubry, Harlem Désir, et 3 secrétaires nationaux (Borgel, Fontanel et Boistard) soient totalement ignorées dans nos instances fédérales.

Alors qu'il est dit et répété que le PS se doit d'être exemplaire.

 

Avec mes amitiés socialistes.

Daniel CORDIEZ, membre du CF, Dunkerque

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Refondation du PS
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 10:00

 

Ce n'était qu'une légère dispute de famille, finalement !

 

les-problemes-cope-fillon-vont-se-regler.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 09:00

 

UMP : le grand déballage va continuer !

par François Bazin - NOUVELOBS.COM, le 29 mars 2011

 

Copé critique Fillon, Fillon recadre Copé... la droite éclate et ce n'est pas fini.

Pour François Bazin, rédacteur en chef du service politique au "Nouvel Observateur", l'absence d'arbitre, le chef Nicolas Sarkozy étant à genoux, et l'inexistence d'un processus de désignation pour l'après Sarkozy expliquent ce grand déballage : 

 

"La droite va éclater", par François Bazin 

Repost 0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 08:00

 

UMP--le-duel-Cope-Fillon.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 20:00

 

ET LA PARITE DANS TOUT CA ???

Dans notre département du NORD, seules 3 femmes ont été élues dimanche soir.

Et pour l'ensemble du Conseil général, toutes formations : seulement 11 femmes sur 79 (7 femmes PS, quand même)

Encore une sacrée marge de progrès en matière de parité !

Réserver quelques places aux femmes (on l'a vu notamment aux régionales), c'est bien.

Les mettre en situation d'être élues avec de bonnes chances, c'est mieux !

 

Chaque fois que le sujet est soulevé (je l'ai fait en AG de section ce soir), toujours la même réponse : ce n'est pas quelques mois avant une élection qu'il faut mettre en situation de nouvelles militantes ... il faut s'y prendre bien longtemps à l'avance.

Certes, intention louable. On passe à la réalisation quand ???

 

J'ajoute, étant sur le territoire "Flandre maritime / Flandre intérieure", que ce dimanche sur 9 cantons renouvelables, le PS était représenté par des hommes uniquement (6 élus) !

Sur les 16 cantons de ce territoire représentés au Conseil Général du Nord, seulement 2 femmes (PS quand même, élues en 2008)

logo-femme.jpg 

Cantonales : les hommes largement majoritaires

dans les conseils généraux

Source : L'EXPRESS.fr  -  le 28 mars 2011

Les hommes restent largement majoritaires dans les conseils généraux à l'issue des cantonales des 20 et 27 mars, les femmes représentant seulement 13,8% des élus.

Sur les 2.026 cantons en jeu lors des deux tours, 1.746 ont été remportés par des hommes et 280 par des femmes, selon des statistiques fournies par l'Assemblée des départements de France.

Pour favoriser la parité, les candidats devaient pourtant avoir obligatoirement un suppléant du sexe opposé. Cette disposition était entrée pour la première fois en vigueur pour la série précédente de renouvellement, en 2008.

"Si les femmes sont peu candidates (23,2%), elles sont encore plus rarement élues", a estimé la député UMP Chantal Brunel, rapporteur de l'Observatoire de la parité, au vu de ces résultats. "Il est important que les partis politiques soient aussi taxés en fonction du nombre de femmes élues et non plus seulement de candidates", a-t-elle jugé.

Les femmes étaient 519 dans les conseils généraux sortants, contre 3.506 hommes, soit 14,8%. Six femmes sont présidentes de conseil général sur 101 jusqu'à jeudi, jour de l'élection des nouveaux présidents.

Outre Anne d'Ornano, seule UMP, qui a annoncé qu'elle ne se représentera pas à la présidence du Calvados, et la DVD Nassimah Dindar (La Réunion), il y a quatre PS: Claude Roiron (Indre-et-Loire), Josette Durrieu (Hautes-Pyrénées), Hermeline Malherbe-Laurent (Pyrénées-orientales) et Françoise Pérol-Dumont (Haute-Vienne).

La benjamine des élus est une femme, Marine Pustorino, 23 ans, qui se présentait sous l'étiquette UMP dans les Bouches-du-Rhône. Le plus âgé est Michel Tamisier (DVG), 79 ans, élu dans le Vaucluse.

Par ailleurs, 605 des élus le sont pour la première fois en tant que conseiller généraux. Les 1.421 autres sont des sortants.

Le PS totalise 820 élus, dont 211 nouveaux, parmi lesquels on dénombre 145 femmes. L'UMP en enregistre 369 (89 nouveaux) dont 43 femmes, les DVD 264 (101 nouveaux et 26 femmes), les DVG 194 (64 nouveaux et 16 femmes), le PCF 116 (29 nouveaus et 14 femmes), la Majorité présidentielle 62 (25 nouveaux et 9 femmes), le Nouveau centre 58 (19 et 12 femmes), le PRG 51 (10 nouveaus et 3 femmes), les divers 34 (22 nouveaux et 2 femmes), les écologistes 27 EELV et 2 divers, soit 21 nouveaux et 6 femmes, le MoDem 16 (8 nouveaux et 2 femmes), le Parti de gauche 5 (2 nouveaux et une femme), les régionalistes 5 (2 nouveaux), le Front national 2 nouveaux, et l'extrême-droite une sortante.

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 16:00

 

"Ces élections dénotent une crise démocratique

et un très grand scepticisme républicain"

Source : LIBERATION.FR  -  le 27 mars 2011

 

Quel est l’enseignement majeur de ce scrutin cantonal ?

L’élément le plus frappant, c’est le score de l’abstention. Avec environ 53 % d’abstention, le chiffre est en hausse de 20 points par rapport au second tour de 2004. Sur le fond, on assiste à un vote de crise démocratique et de grands scepticisme republicain. L’UMP, avec 19%, perd 8 points par rapport à 2004 et le PS (à 36 %) trois points. C’est à noter dans le contexte actuel de discrédit de la majorité. Certes, la gauche réalise un score honorable mais il n’y a pas de véritable percée, il y a un bon score mais pas de dynamique autour du parti socialiste.

Le "réveil républicain" du second tour n’aura pas eu lieu…

Les électeurs sont déçus par les politiques mises en œuvre et sont aujourd’hui à la recherche d’un projet pour leur vie quotidienne. Ce score d’abstention extrêmement élevé montre surtout que le choc provoqué par le premier tour et le bon score du Front nationale n’ont pas généré de remobilisation entre les deux tours. Les électeurs républicains de droite et de gauche ne se sont pas massivement déplacés aux urnes pour renverser cette tendance. C’est comme si on assistait à une acceptation des désaveux révélés par le premier tour.

Il est vrai que la campagne de l’entre deux tours n’a pas été très mobilisatrice en raison des divisions à droite. A gauche, même s’il y a eu une tentative d’afficher une certaine entente au soir du premier tour, il y a quand même eu des divisions avec 37 candidats Europe Ecologie-les Verts face à d’autres candidats de gauche. Et même si la gauche semble plutôt appréciée aujourd’hui, dans ces différentes composantes, elle ne parvient pas à faire renaître cette part de rêve qu’elle avait par le passé.

Ces élections marquent-elles un tournant pour le FN ?

Le faible nombre de conseillers généraux Front national (deux selon les premières estimations, NDLR) ne doit pas masquer la progression de cette formation. Ce score de 10% au second tour des cantonales est en réalité très élevé. Le FN n’était présent que dans 400 cantons ce dimanche, et en 2004, au second tour des cantonales, il faisait moins de 1%. Ce score de 10%, compte tenu du faible nombre de cantons où le FN était présent, est significatif.

cantonales---une-meche-allumee.jpg

Le parti de Marine le Pen s’installe clairement dans le paysage politique à des scores inédits pour les cantonales. Ça me semble être l’accompagnement d’un bouleversement assez profond. Sur le fond, l’ostracisme dont a été l’objet le Front national depuis son émergence en 1983 est en train de s'estomper, voire de disparaître. Marine le Pen joue la banalisation républicaine et Nicolas Sarkozy joue aussi la banalisation du FN. Leur volonté, à tous les deux, consiste à intégrer le FN dans la République, autrement dit à «républicaniser» le Front national.

Pourquoi cette stratégie ?

On voit ressurgir à l’occasion de ces cantonales, trois sensibilités de droite: une droite bonapartiste et portant les valeurs du volontraisme incarnée par Nicolas Sarkozy, une droite orléaniste favorable à l’Europe et au libéralisme et, en troisème lieu, une droite nationaliste favorable à la France et au vote réactionnaire. La stratégie de Nicolas Sarkozy est peut-être de surmonter ces propres difficultés en régénérant ces trois droites à son propre profit. C’est exactement l’inverse de sa stratégie de 2007. Il avait alors voulu eclipser les droites par sa marque personnelle. Aujourd’hui, il accompagne une régénération des droites dont il espère pêtre le fédérateur au second tour de la présidentielle.

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 14:00

pschitt.jpg 

Abstention : le sursaut républicain fait pschiitt !!

Source : marianne2.fr  -  le 27 mars 2011 

 

C'est comme s'il ne s'était rien passé : 55,63 % d'abstentions au premier tour, aux alentours de 55% au second tour. Les appels peu motivés au sursaut républicain n'ont pas mobilisés. Personne n'en sort grandi. Ni les partis de gouvernement, incapables d'enrayer cette désertion civique, surtout pressés d'en finir, ni le FN, qui voyait là un réservoir de voix, dont il ne profite que très peu.

Vous aviez aimé l’abstention aux cantonales au premier tour. Vous aimerez l’abstention au second tour. Kif-kif bourricot !
55,63 % d’abstentionnistes dimanche. Un taux estimé entre 54 et 56% ce dimanche. Réclamé sur tous les  bords de l’échiquier politique, le sursaut républicain a fait pschiiitttt !!!

L’effet barrage anti-FN n’a pas eu lieu. Comme si rien ne s’était passé dimanche dernier. Les appels à la mobilisation ne mobilisent pas. Et si la "peur" du FN fait encore de l’effet chez quelques rockers exilés, si elle vire à l’obsession dans les états-majors des grands partis politiques, elle ne suffit pas à rappeler le citoyen à son "devoir civique".
Hormis quelques exceptions (Corrèze par exemple), les appels à la "surmobilisation" n’ont pas eu d’impact politique.

Certes les cantonales ne mobilisent pas, mais les députés UMP, J-F Copé en tête seront les premiers à  déplorer ces niveaux d’abstention. Mais lui-même Copé, en multipliant les contorsions et les tergiversations, comme beaucoup d'autres leaders de la droite, n''a-t-il pas fini par démobiliser une partie des électeurs de l'UMP ?   
Autre constat, contrairement à ce qu'avait indiqué Marine Le Pen au soir du premier tour, à première vue, le Front national n'est pas parvenu à mobiliser les abstentionnistes. 

A gauche, face à ce désert électoral, certains envisagent déjà des embryons de solutions.

Ainsi de François Hollande. Le président PS du conseil général de la Corrèze a proposé dimanche à Tulle de "changer les règles des scrutins pour les élections territoriales" afin de faire face au fort taux d'abstention qui a marqué les deux tours des élections cantonales.
"Il faudra changer les règles des scrutins pour les élections territoriales", a affirmé à la presse M. Hollande, proposant de "regrouper le même jour tous les scrutins : municipal, départemental et régional".
Jean-François Copé n’est guère plus inspiré, loin s’en faut, le secrétaire général de l’UMP n’a qu’une certitude "les Français souhaitent un scrutin simplifié".

Pour François Hollande, ce fort taux d'abstention aux élections cantonales est également lié au fait "qu'aujourd'hui les Français attendent une offre qui tarde à venir". A qui la faute ? A Dominique Strauss-Kahn ? C'est ce qu'il semble sous-entendre.


La fusion des scrutins locaux souhaité par François Hollande risque de fonctionner comme un subterfuge tellement pratique -et artificiel- pour éviter de se poser les questions qui fâchent, notamment celle de la démobilisation puissante qui s’installe chez les citoyens. La plupart des partis préférant l’ignorer plutôt que voir dans cette désertion civique, hypothèse ô combien plus dérangeante, une "politisation négative".
A 56% d'abstinents, l'abstention ne devient-elle pas un geste politique ?
Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 12:00

urne--lectorale.jpg 

Après les cantonales 2011, une avalanche de résultats, sur le plan national ou départemental et local ... que l'embarras du choix !

Des analyses à profusion bien sûr : sur le niveau record d'abstention, un de plus; sur l'évolution des forces gauche /droite; sur les scores obtenus par le FN ...

J'ai choisi dans ce billet la situation créée dans la région Nord / Pas-de-Calais :

 

Dans la région, le PS se tasse, le FN se déploie sans gagner

Source : lavoixdunord.fr  -  le 27 mars 2011

 

Le FN n'a pas réussi à entrer dans les conseils généraux du Nord / Pas-de-Calais malgré sa présence au 2e tour dans plus de la moitié des cantons renouvelables, tandis que le PS, dominateur dans la région, a cédé du terrain à l'UMP et perdu la majorité absolue dans le Nord.

Le PS reste de loin la première force politique de la région avec 43,78% des suffrages mais il perd plus de 170.000 voix par rapport au 2e tour des cantonales en 2004, sous l'effet conjugué d'un recul électoral et d'une forte abstention (55,5%). Le FN, qui était présent dans 37 cantons au 2ème tour (contre 15 en 2004) confirme sa forte poussée du 1er tour et s'impose désormais comme le deuxième parti de la région, en recueillant 19,1%, devançant très nettement le PCF (12,6%) et l'UMP (11,5%). Les électeurs qui ont voté FN dans le Nord - Pas-de-Calais ont été deux fois plus nombreux qu'au 2ème tour des cantonales en 2004.

Aucun candidat FN élu dans le Nord / Pas-de-Calais

Le FN n'envoie dans les conseils généraux aucun des candidats qui s'étaient qualifiés pour les 17 duels du Nord (dont 13 face au PS) et les 20 duels du Pas-de-Calais (dont 14 face au PS), mais les écarts se resserrent et les candidats les mieux placés au 1er tour réalisent des scores souvent élevés. Son nouveau secrétaire général, Steeve Briois, proche de Marine Le Pen, a été battu à Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais) par le conseiller général socialiste sortant Jean-Marie Picque, mais il rafle 44,74% des voix, en passant même la barre des 50% à Hénin-Beaumont. Il avait failli ravir à la gauche cette ville en 2009 avec Marine Le Pen en deuxième position sur sa liste. "C'est M. Picque qui a été réélu, mais je suis le véritable vainqueu ", a déclaré Steeve Briois.

Le PS perd la majorité absolue dans le Nord

Dans le Nord, département de Martine Aubry, le PS perd la majorité absolue en voix (à 46,11%) et en sièges mais en conserve 38 sur 79 (-6), devant le FN (17,56%) qui fait plus que doubler son score de 2004 et relègue l'UMP (12,18%) en troisième position, ex aequo avec le PCF (12,18%). La majorité socialiste abandonne six cantons au total, dont deux au profit de l'UMP (Cassel et Bergues), un divers droite, deux PCF et un Nouveau Centre.
Adjoint de Martine Aubry à la mairie de Lille, Patrick Kanner, 54 ans, qui devrait succéder à Bernard Derosier à la présidence du conseil général, a été lui très facilement réélu (68,4%) face à l'UMP François Kinget dans le canton de Lille-sud-ouest.
Le PCF gagne deux cantons, à Valenciennes-nord et Douai-sud.

Dans le Pas-de-Calais, le PS conserve également sans surprise la majorité départementale (48 sièges sur 77) mais perd plus de 15 points par rapport aux cantonales de 2004 (40,55%). Il abandonne deux cantons, un au bénéfice de l'UMP (Berck) et un au bénéfice du Modem (Arras-ouest).

L'UMP recule elle à 9,44% (-3,5 points) et perd deux cantons au profit de la gauche, alors que le FN quadruple son capital (21,26%), et que le PCF progresse sensiblement (13,29%). Le président socialiste sortant du conseil général du Pas-de-Calais, Dominique Dupilet a été reconduit à 69,59% face à un candidat FN dans le canton de Boulogne-sur-Mer-nord-ouest.
Outre Steeve Briois, plusieurs candidats FN font des scores très importants dans le Pas-de-Calais, comme Freddy Baudrin à Lens (43,5% face au PS) ou Françoise Vernalde à Calais (40,9%).

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 08:00

 

Sarko-le-croise---son-debat-sur-la-laicite.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 21:00

SR et l'image de la France

Communiqué de Ségolène ROYAL à la presse

dimanche 27 mars 2011

 

Je salue les victoires des élus socialistes, de gauche et des écologistes et de  tous ceux  qui progressent dans les départements.

 

Il  faut, aussi, ce soir, avoir le courage de reconnaître que le premier parti de ces élections cantonales, c’est l’abstention. Aucun démocrate ne peut s’en réjouir.

 

Il ne s’agit pas d’un mouvement d’humeur. Les citoyens se sentent vraiment dépossédés. Ils expriment  une fatigue profonde à l’égard des méthodes politiques inefficaces et injustes.

 

Un puissant effort de rénovation de la démocratie doit  être fait. La politique doit être juste et morale.

 

La gauche doit porter une véritable alternative enthousiasmante.

 

Tels sont les défis que nous devrons relever dans les mois qui viennent si l’on veut que les gens reviennent participer pour choisir une autre voie en 2012.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande