Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 08:00

egalite-homme-femme.jpg

Ne me décernez pas une médaille : aujourd'hui j'ai passé l'aspirateur, j'ai réparé une porte de placard de cuisine qui depuis deux mois menaçait de faire une fugue ...

Il faut maintenant que je trouve une fleuriste avec des prix abordables ... non, je blague, je mettrai le prix, ma dulcinée m'a donné mon argent de poche pour le mois !!!

journee-de-la-femme-en-cuisine.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 21:00

 

Halte à la sondocratie

Sur le blog de Jean-Louis BIANCO  -  le 7 mars 2011

 

Le récent sondage Harris Interactive / Le Parisien crédite le Front national d’un score très inquiétant, particulièrement élevé par rapport aux tendances observées jusqu’ici par les instituts concurrents.

Ce sondage laisse perplexe : Aucune précision sur le choix de l’échantillon, sur la méthode de redressement ou encore sur la marge d’erreur possible. Et pourquoi avoir négligé de tester les autres candidats potentiels du Parti socialiste ?

Il flotte comme un parfum de "coup médiatique" dans ce sondage !

Nous vivons aujourd’hui en "sondocratie" sans que la moindre garantie ne soit apportée par les sondeurs quant à la rigueur de leurs enquêtes.

 

Il n’est pas acceptable de continuer ainsi tous les jours pendant les quatorze mois qui nous séparent de l’élection présidentielle de 2012.

C’est pourquoi il faut que le Parlement adopte la proposition de loi des sénateurs Hugues Portelli (UMP) et Jean-Pierre Sueur (PS) qui prévoit la transparence des sondages en indiquant le commanditaire du sondage, la méthode de redressement et la marge d’erreur.

Après son adoption à l’unanimité au Sénat, je demande au président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, de l’inscrire à l’ordre du jour pour qu’elle puisse être votée d’ici les toutes prochaines semaines.

 

la-question-du-sondeur.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 19:00

c-est-quoi-un-emploi-fictif.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 18:00

 

J'ai mentionné précédemment la lettre d'Arnaud Montebourg adressée à Martine Aubry, en date du 6 mars.

Pour la lire :  ICI

 

Dans cette longue lettre, je relève particulièrement ce passage :

"Est-il possible que les socialistes que nous sommes puissions demander des comptes aux abus de pouvoir du sarkozysme, exiger qu’il soit mis fin à la corruption du régime et du pouvoir actuels, notamment dans le soutien, mêlé à l’affairisme, aux dictatures déchues des pays arabes, si nous tolérons en notre sein des comportements aussi condamnables que repoussants ?

Le socialisme qui reconstruira la République, après ces années de décomposition, défend une haute idée de la démocratie et doit affirmer ses propres valeurs, y compris contre ceux qui s’en réclameraient tout en les dégradant par leurs actes.

Comme parlementaire et comme juriste, comme homme d’honneur ou comme socialiste engagé depuis trente années, pouvais-je accepter de me taire devant ces faits évidents et inacceptables ?"

 

Comme je l'ai écrit dans un précédent billet, j'approuve les propos tenus par Arnaud Montebourg.

homme-baillonne.jpg

Il est dommage qu'en 2008 il n'ait pas été aussi respectueux de l'éthique, quand  les pratiques douteuses  du Congrès de Reims  ont éclaté.

La fameuse commission de recollement avait alors statué, et entériné la victoire douteuse de Martine Aubry.

Sans vraiment convaincre. A tel point qu'une personnalité du PS (Pierre Moscovici je crois) avait déclaré : "Ce vote restera toujours entaché d'un soupçon".

 

D'aucuns pourraient me reprocher de ressasser cette "vieille" histoire.

Bein voyons ! Je suis convaincu que nous le traînons en réalité comme un boulet.

Repost 0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 17:00

 

L'affaire Guénini a déjà fait couler beaucoup d'encre ...

Mis en cause pour son "pavé dans la mare" jugé inopportun et dénué de fondement, Arnaud Montebourg persiste et signe : il a envoyé le 6 mars une lettre à Martine Aubry, expliquant sa démarche et la justifiant par un besoin de clarté.

 

Même si je n'ai pas toujours suivi Arnaud Montebourg dans ses initiatives et ses prises de positions à géométrie variable parfois (comme sur le non-cumul de mandats), je dois pour ma part reconnaître que cette lettre contient une foultitude de principes sains, dont devrait s'inspirer la direction du PS.

 

Au lieu de cela, plusieurs responsables ont dégainé très vite quelques arguments selon moi des plus fragiles :

- en qualifiant Arnaud Montebourg de "procureur", "d'inquisiteur" 

- en s'interrogeant sur le déroulement, sur "le commanditaire du rapport," ... "quand est-ce qu'il a été envoyé et pourquoi ça arrive aujourd'hui à la veille des cantonales"

les-3-singes.jpg

 

Ah, que dire de l'argument : "c'était pas le moment ..." ?

Omertà ! Pas le moment avant les cantonales ... pas le moment après car on entre dans les primaires (si elles ont lieu !) ... pas après les primaires car on entre dans la campagne présidentielle ...

Bref, ça n'est jamais le moment. On a l'habitude de ce sempiternel étouffement ! 

Les bonnes intentions de la 1ère Secrétaire, il y a peu de jours, résonnent encore à mes oreilles :

"De nouvelles pratiques démocratiques pour que les citoyens contribuent réellement aux décisions et à la transformation de la société".

C'est beau. Trop beau pour être vrai. 

 

Un autre aspect de l'affaire ajoute au côté consternant des réactions de certains (ir)responsables.

Il s'agit des statuts du PS et du respect des règles, tant désiré que les militants ont été appelés le 1er octobre à répondre à une question ... pour la forme ?

Ainsi, dans les statuts du PS on ne peut pas être président du conseil général et premier secrétaire fédéral. Jean-Noël Guérini cumule ces deux fonctions incompatibles.

 

François Lamy, très proche de Martine Aubry, plaide "le pragmatisme" :

"C’était un moyen de rassembler après les divergences qui avaient opposé Michel Vauzelle (président de la région PACA) et Jean-Noël Guérini. Et personne alors n’y avait trouvé à redire". 

Voilà, fermez le ban !!! 

Repost 0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 15:00

 

Si vous avez suivi ce que l'on peut appeler "l'affaire Guérini" ... Encore un épisode qui ne va pas redorer le blason du PS.

La semaine dernière, lors d'un déplacement à Nantes, au conseil général de Loire-Atlantique sur le thème de la dépendance et de la prise en charge des personnes âgées,  Ségolène ROYAL n'a pas pu échapper aux questions des journalistes sur cette affaire.

 

Voici sa réponse :

"Je n'ai qu'un mot à dire, le Parti socialiste doit être exemplaire si nous voulons bâtir une société de transparence, de l'équité, de la fraternité" 

"Le PS doit bâtir une société basée sur la démocratie, la justice et les valeurs morales" 

"Nous devons donc être irréprochables. Les Français ont soif de règles justes et transparentes. La légitimité de tout scrutin ne doit être entâchée d'aucune façon"

DA44 - 101202 - tailleur blanc

 


Dans un rapport diffusé mercredi dernier, Arnaud Montebourg a dénoncé "un système de pression féodal reposant sur l'intimidation et la peur" à la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, demande sa "mise sous tutelle" et la "destitution" de son patron Jean-Noël Guérini.

Ce dernier, se prévalant du soutien de Solférino, a contre-attaqué jeudi en portant plainte contre  Aranud Montebourg, candidat aux primaires socialistes.

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans da59-flandre-littoral
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 11:00

bandeau-DA-2009.jpg 

Dans le rétro : ce billet avait été publié en avril 2009. Rien à enlever. 


 

La suppression du bouclier fiscal

par l'équipe de Ségolène ROYAL  -  01.04.2009


"Je n’ai pas été élu pour augmenter les impôts." Les termes sont sans appel. La mystification, complète. Ceux qui se lèvent tôt et travaillent dur n’ont pas oublié, eux, les taxes créés depuis le début du quinquennat :  taxe sur la petite épargne pour le financement du RSA, taxe sur les assurances et les mutuelles, taxe sur l'intéressement et la participation, franchises médicales, hausse des cotisations retraite, taxe sur la téléphone et internet, taxe sur les ordinateurs, le poisson, les imprimés publicitaires…

Mais rendons justice au président de la République. C’est vrai, il y en a qui ont vu leur feuille d’impôts diminuer depuis 2007. Parfois considérablement. Ceux-là appartiennent à une minorité, une poignée de privilégiés, bénéficiaires des avantages exorbitants du bouclier fiscal. En pleine crise sociale et économique, pendant la récession la plus forte que ce pays a eue à traverser en cinquante ans, 800 personnes touchent un chèque de 368 000 euros. Trente années de salaire minimum…

Dès l’origine, Ségolène Royal s’est élevée contre les mesures du paquet fiscal, véritable "pêché originel" du gouvernement. Constamment, même lorsque ce n’était pas à la mode, elle a demandé le retrait de la loi, pour en répartir le coût (entre 13 et 15 milliards d’euros annoncés initialement, huit milliards aujourd’hui) en trois tiers : hausse du budget des universités, création d’un 13è mois pour huit millions de salariés, désendettement. Ils sont maintenant des millions à exiger le retrait d’un dispositif profondément injuste, profondément inefficace.

Avec la crise, les heures supplémentaires défiscalisées montrent plus que jamais leur imposture. Quatre milliards d’euros ont été dépensés en 2008 pour financer un dispositif qui exclut du marché du travail des dizaines de milliers de salariés, en particulier chez les jeunes. Et puis il y a évidemment le bouclier fiscal, pièce idéologique majeure de la loi TEPA. Avec ce dispositif, c’est bien la progressivité de notre système fiscal, déjà considérablement entamée par les 500 niches fiscales existantes, qui a été définitivement mise à mal.

"Je n’ai pas été élu pour augmenter les impôts." Mais a-t-on pensé un seul instant aux millions de contribuables qui, même lorsqu’ils ne paient pas d’impôt sur le revenu, consacrent plusieurs mois de salaire à la CSG, à la TVA, aux impôts locaux, à la redevance et aux diverses taxes sur la consommation ? Les impôts indirects (notamment TVA et TIPP) représentent moins de 10 % du revenu d’un cadre supérieur, mais près du tiers de celui des travailleurs modestes et moyens.

Alors oui, il nous faut aujourd’hui poser les termes d’une révolution fiscale en France et d’abord, rétablir la vérité sur le montant d’impôts que nous payons tous chaque année. Au cours des mois écoulés, nous avons travaillé aux grandes lignes d’une réforme en profondeur de la fiscalité. Le constat est connu : un système grevé d’injustices ; des taxes qui pénalisent les salariés, le travail et l’investissement.

Nos propositions visent à remettre de la justice, pour qu’à revenu égal, chacun paie le même montant d’impôts et pour que les plus favorisés n’échappent pas à leur contribution de citoyens : suppression de niches fiscales, pour un montant d’au moins 20 milliards d’euros (soit 1 000 euros pour 20 millions de familles), fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG et création, à prélèvement constant, d’un grand impôt citoyen, progressif, prélevé à la source, avec un barème exprimé en pourcentage du revenu.

Comme le disait John Fitzgerald Kennedy, "il ne faut pas étouffer les révolutions pacifiques'. Face au sentiment de révolte qui monte aujourd’hui de partout, nous proposons une révolution pacifique, fondée sur la justice et le respect de ceux qui, victimes de la crise, s’exaspèrent de voir une minorité cumuler les privilèges.

Plus que jamais nous attendons de ceux qui nous gouvernent de l’ordre juste, de l’exemplarité et un sens aigu des responsabilités.

Repost 0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 09:00

 

drame-chez-les-riches--la-fin-du-bouclier-fiscal.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 16:00

c-est-moi--sinon-attention.jpg

 

Kadhafi prévient : (interview au Journal du Dimanche) : 

Il prédit "des milliers d'immigrés et l'installation de Ben Laden aux portes de l'Europe" si la contestation se poursuit.

Il dénonce à nouveau un complot d'al-Qaida et redit "combattre le terrorisme".

.

"L'Occident a le choix entre moi ou le chaos terroriste".

Repost 0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 15:00

le-portail-du-Karachi-Gate---juillet-2009.jpg

Affaire Karachi : un "porteur de malette" témoigne

Source : NOUVELOBS.COM  -  le 6 mars 2011 

 

Un homme qui participait au financement de la campagne Balladur en 1995 affirme avoir déposé de grosses sommes d'argent liquide à la banque.

"Tous les trois jours environ, j'allais déposer de l'argent en liquide, dans une mallette, au Crédit du Nord", raconte dimanche 6 mars au Parisien un ancien membre de l'association de financement de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995. Ce dernier fait partie des témoins entendus dans l'affaire Karachi.

"En tout, entre le 13 mars et le 24 avril, j'ai dû procéder à 22 dépôts (...). Cela pouvait aller de 100.000 à 500.000 francs maximum (15.000 à 75.000 euros environ,) car la mallette ne pouvait pas contenir plus", déclare Alexandre Galdin, entendu le 25 février dernier par le juge Renaud van Ruymbeke.

"Ce n'était pas une malette, mais une valise"

L’homme ajoute qu'il ne connaissait pas l'origine des fonds. "Je pensais alors qu'il s'agissait de fonds secrets de Matignon. Tout le monde, au QG, le subodorait",  ajoute-t-il. Le 26 avril 1995, "le volume d'argent était tel que ce n'est pas une mallette mais une valise en faux cuir marron, de très mauvais goût, que j'ai apportée à la banque", poursuit-il. Le porteur de malette estime à "peut-être 3 millions de francs, soit l'équivalent de six mallettes", le montant de ce dépôt. Le trésorier de la campagne Balladur René Galy-Dejean l'accompagnait ce jour-là, affirme Alexandre Galdin.

Le dépôt du 26 avril déjà évoqué plusieurs fois

Le trésorier de la campagne Balladur avait lui aussi été entendu comme témoin assisté par le juge van Ruymbeke, chargé d'enquêter sur un volet financier de l'affaire Karachi. René Galy-Dejean avait alors lui aussi fait état d'un dépôt en espèces de 3 millions de francs le 26 avril 1995, d’après son PV d'audition cité par Le Monde et Médiapart. Le trésorier s'était en revanche affirmé incapable d'expliquer un versement de 7 millions de faveur en faveur du candidat battu en 1995.

Au printemps 2010, le quotidien Libération avait également révélé l’existence d'un document récapitulant un versement de 10 millions de francs (1,5 million d'euros) au Crédit du Nord ce même 26 avril.

La justice s'interroge sur l'existence d'éventuelles rétrocommissions liées à la vente de sous-marins au Pakistan, qui auraient été destinées au financement de la campagne présidentielle de l'ex-Premier ministre. Edouard Balladur juge "parfaitement infondées" les allégations d'un financement politique occulte.


Une des questions dans l'interview du Parisien :

Cet argent pouvait-il provenir des meetings ou des quêtes, comme l’a ensuite affirmé Edouard Balladur ?
Non. C’était impossible. Les explications d’Edouard Balladur, à cet égard, sont évidemment mensongères.

Repost 0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande