Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 22:00

 

egypte---sarko-inquiet-----pour-lui.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 20:00

bannière Lettre d'actualité de Ségolène

 

Vendredi dernier, Ségolène Royal ouvrait à Grenoble les "Etats Généraux du Renouveau" organisés par Libération en partenariat avec Marianne et la Fondation Jean Jaurès.
Invitée à débattre avec l'ancien premier ministre, Dominique de Villepin d'"un nouveau souffle pour la République", Ségolène Royal avait auparavant choisi de rendre visite aux habitants et aux associations du quartier de l'Abbaye sur le thème de l'éducation et celui de Villeneuve, victime de violence l'été dernier.
Aux 1000 personnes venues assister au débat et à Dominique de Villepin qui défendait la nécessité d'une réforme des institutions, Ségolène Royal a expliqué ainsi sa conception du renouveau de la République :

"Dominique de Villepin vient d’aborder la question de la réforme des institutions. C’est un sujet effectivement central pour vivifier la République. La question est de savoir au nom de quoi nous voulons faire une réforme des institutions. Au fond la réponse est simple :

La République, c’est un combat pour remettre le peuple au cœur de la décision politique.

La République, c’est ce qui est fait par le peuple, pour le peuple.

Et à partir de cet objectif politique majeur et pour éclairer nos débats par l’action de héros, de combattants de la République d’aujourd’hui, je voudrais pour commencer par rendre hommage à 3 héros d’aujourd’hui.

Vous allez voir ils n’ont pas beaucoup de liens les uns avec les autres mais chacun illustre l’un des grands principes de notre République.

 

Le premier nous rappelle que la République est fille de la Révolution française et de la soif de Liberté et de Justice. C’est le soulèvement des peuples et en particulier du peuple tunisien.

 

Le second, c’est une femme qui me paraît être une héroïne du combat de la République d’aujourd’hui. Parce qu’elle nous rappelle que la République est incompatible avec la collusion du pouvoir politique, du pouvoir de décider et du pouvoir de l’argent.
Cette héroïne c’est Irène Frachon, qui a dénoncé le médiator, le médicament qui tue. Et elle l’a fait avec une énergie, un courage, malgré les pressions de toutes sortes, malgré les menaces et au bout du compte elle a réussi à se faire entendre. Et c’est cela une héroïne de la République d’aujourd’hui.

 

Et puis j’ai envie de citer les héros contemporains de la République d’aujourd’hui, ceux qui agissent tous les jours, en première ligne, auprès des citoyens, pour défendre le lien républicain, dans les endroits où c’est le plus difficile. Et pour moi, les héros de la République sont aussi les hommes et les femmes que j’ai rencontré ce matin à Grenoble avec Michel Destot dans le quartier de l’Abbaye, les enseignants, les animateurs sociaux, les directeurs des maisons de la jeunesse et de la culture, la directrice de la structure passerelle celle qui se bat avec l’école primaire avec le collège dans un quartier où le taux de chômage est de 43%. Ou à l’école maternelle où les enfants sont issues de familles où 45% d’entres elles sont en dessous du seuil de pauvreté, 23% des familles sont monoparentales. Et bien la République c’est cela aussi, tenir la promesse républicaine d’une école qui est partout. Et c’est le message qui consiste à dire qu’aucun quartier ne doit être abandonné par la République. 

Si j’ai choisi de mettre en valeur, ces 3 types d’héroïsmes de la République d’aujourd’hui, c’est parce que la République doit tenir sur ses 2 jambes. La jambe démocratique et la jambe sociale. La jambe démocratique, c’est en effet la réforme des institutions, la démocratie parlementaire, sociale, la démocratie participative, la démocratie territoriale, qui ont sans cesse besoin d’être revivifiées, d’être améliorées et même crées. 

Et puis bien sûr l’autre jambe, c’est la justice sociale, parce que notre République est à la fois démocratique et sociale. Et cela ne l’oublions pas.

La réforme des institutions n’est qu’une des parties du nouveau souffle à donner à la République. Depuis Jaurès qui s’est battu pour que la République devienne une République à dimension sociale. Depuis le Front Populaire qui s’est battu pour que la République ait une dimension sociale, depuis le Conseil National de la Résistance qui a repris ce combat de la République sociale parce qu’il fallait bien que le travail du Conseil National de la Résistance soit à la hauteur du sacrifice de ceux qui ont donné leur vie dans la résistance. Et puis 1981 avec François Mitterrand, c’est la continuité de l’œuvre qui donne à la République une dimension sociale très forte et qui reprend l’œuvre du Front Populaire avec la 5ème semaine de congés payés, avec la retraite à 60 ans, avec les 39h et les lois Auroux, et le relève du SMIC et des bas salaires. 

Pourquoi cette œuvre ? Parce que la République est aussi essentiellement à dimension sociale.

Il me semble qu’aujourd’hui le principal combat est à égalité entre une réforme des institutions dont parlait Dominique de Villepin sur laquelle il peut y avoir convergence entre les républicains mais que le combat essentiel aujourd’hui, ce à quoi aspirent les Français aujourd’hui, c’est la dimension sociale de la République, avec l’aspiration à plus de justice, à plus d’égalité, dans une société où finalement les agences de notation ont plus de pouvoir que le peuple. 

Ce combat là est permanent. Ce combat républicain n’est jamais achevé et il s'accomplit avec le peuple."

Ségolène Royal a été fortement applaudie lorsque, évoquant la priorité à donner à l'école en 2012, elle a souhaité rétablir l’année de formation supprimée en IUFM aux futurs enseignants, parce que ce métier si important pour notre avenir ne peut pas être le seul que l'on apprend pas!
Même applaudissements nourris lorsque Ségolène Royal a proposé l'interdiction des licenciements boursiers, en s'appuyant sur la décision de justice en faveur des ouvriers de LU-Danone, qui annule les licenciements dont ils ont été victimes, au vu des résultats en augmentation de l'entreprise !

Repost 0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 12:00

a-grenoble-avec-De-Villepin--28-janv-2011.jpg 

Ségolène Royal et Dominique de Villepin :

le débat inédit à Grenoble

Source : LePost.fr  -  le 29 janvier 2011

 

Ségolène Royal et Dominique de Villepin n'avaient jamais eu l'occasion débattre publiquement, de confronter leurs points de vue.

Même si les 2 leaders politiques ont fait ensemble leurs études à l'ENA, promotion Voltaire, sortie en 1980.

 
Le face à face a donc eu lieu ce vendredi devant un public très nombreux, plus de 1000 personnes, en ouverture des Etats généraux du renouveau organisés à Grenoble par Libération en partenariat avec Marianne et la Fondation Jean Jaurès.
La République était l'objet du débat. L'occasion de poser les convergences, notamment sur la question démocratique et les institutions, comme les divergences.


Dominique de Villepin, qui se veut l'héritier du Gaullisme social, a cherché à s'installer dans l'altitude du ni-gauche, ni-droite en proposant des réformes institutionnelles pour sortir la France de l'immobilisme dans lequel il la voit. Et de décliner un exécutif resserré avec "une dizaine de grands portefeuilles ministériels", la création de "huit, dix grandes régions" au lieu des vingt-deux existantes, et un élargissement du suffrage universel pour les présidents de région.
Sur cet aspect institutionnel, Ségolène Royal a quant à elle insisté sur l'application du non-cumul des mandats, rappelant qu'elle avait choisi de quitter l'Assemblée Nationale pour se consacrer entièrement à la Présidence de sa région.

Mais au-delà pour Ségolène Royal, la République "doit tenir sur deux jambes : la jambe démocratique et la jambe sociale."
Ségolène Royal a ainsi rappelé que la République, sociale, était avant tout un combat.
"La République est un combat pour remettre le peuple au coeur de la décision politique", a-t-elle déclaré, en prônant "une certaine radicalité". 


L'échange poli, voire amical s'est fait plus vif lorsque Ségolène Royal a présenté sa proposition d'interdiction des licenciements boursiers, proposition qui s'appuye sur la récente décision de justice en faveur des ouvriers de LU-Danone.

Dominique de Villepin fustigeant une proposition qui pourrait être contourné ou qui ferait fuir les entreprises. L'excuse classique du laissez-faire.
Dominique de Villepin était d'ailleurs dans la matinée en visite d'entreprises, sur le campus regroupant chercheurs et entreprises travaillant dans le domaine des nano et microtechnologies quand Ségolène Royal rendait visite aux habitants du quartier populaire de la Villeneuve, quartier victime de violences l'été dernier.

Echarpe rouge autour du cou, Ségolène Royal a elle clairement choisi son camp, celui d'une gauche ferme, tournée vers les milieux populaires, abandonnés, ces héros du quotidien qui désespèrent de la politique et seront la clé de l'élection présidentielle de 2012

Repost 0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 09:00

 

Vendredi dernier, Ségolène Royal et Dominique de Villepin était face à face, à l'occasion d'un débat dans le cadre des "Etats Généraux du Renouveau" organisés par Libération, en partenariat avec Marianne et la Fondation Jean Jaurès.

 

Thème essentiel de ce débat : "2012, un nouveau souffle pour la Vème  République ?". Vidéos : 

 

Sujet traité au JT de France 2 :

envoyé par segolene-royal

 

Totalité du débat :

envoyé par liberation

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 17:00

 

Crise de l'Euro, crise de l'Europe : quelles solutions ?

Par L'Equipe de Désirs d'avenir  -  le 26 janvier 2011

 

Les réponses aux questions du public :

 

La conclusion par Ségolène Royal :

envoyé par segolene-royal

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 16:00

 

Crise de l'Euro, crise de l'Europe : quelles solutions ?

Par L'Equipe de Désirs d'avenir  -  le 26 janvier 2011

 

L'intervention de Jacques Attali, économiste, écrivain, directeur de PlaNet Finance :

 

L'intervention de Susan George, Présidente d'honneur de l'association ATTAC :

 

L'intervention d'Hubert  Kempf, Professeur de Sciences Economiques à la Sorbonne,

détaché à la direction de la recherche de la Banque de France : 

 

L'intervention de Philippe Aghion, Professeur d’Economie  à l’Université d’Harvard

et à l’Ecole d’économie de Paris :

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 14:00

 

Crise de l'Euro, crise de l'Europe : quelles solutions ?

Par L'Equipe de Désirs d'avenir  -  le 26 janvier 2011

 

Ce lundi soir Ségolène ROYAL organisait une université participative exceptionnelle sur le thème de la Crise de l'Euro en réunissant Jacques Attali, Susan George, Présidente d'honneur d'ATTAC et Philippe Aghion, Professeur d'économie à l'université d'Harvard, Hubert Kempf, Professeur de Sciences Economiques à la Sorbonne et qui a été animé par Jean-Louis Bianco, député et Président du Conseil Général des Alpes de Haute Provence.

Plus de 700 personnes ont ainsi assisté à un débat que Ségolène Royal a voulu pluraliste, ouvert sur une question qui dépasse la simple économie et qui est selon ses propres termes "une question démocratique majeure".

Les échanges ont mis en lumière nombre de convergences dont certaines inattendues comme la défense d'une monnaie commune de l'Europe, une stricte régulation, etc...

 

Ouverture de l'UPP par Ségolène ROYAL :

 

L'introduction de Jean-Louis BIANCO :

envoyé par segolene-royal

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 09:00

manifestations-en-egypte.jpg

 

... et un peu plus au nord ... 

contagion---sarko-dehors.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 07:00

diplomatie---que-dit-sarko-sur-moubarak.jpg

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Humour - Dérision
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 10:00

 

"Elle est un petit peu impatiente là, Ségolène", s'était exclamée Mme Aubry, lundi soir sur Canal +, commentant la candidature de Mme Royal aux primaires.
Sur Europe1, interrogée sur cet épisode, Ségolène ROYAL avait fait la mise au point suivante :

"Je trouve tout cela bien décevant, je pense que les Français méritent autre chose que ces échanges de petites phrases, et ne comptez pas sur moi pour me mettre à ce niveau du débat".

 

guillaume-garot-avec-s-gol-ne---Le-Post.jpg

Communiqué de Guillaume GAROT,

porte-parole de Ségolène ROYAL

le 25 janvier 2011

 

Guillaume Garot, porte-parole de Ségolène Royal, souhaite que le PS "assume le débat" inhérent à la compétition, tout en évitant le "poison de la division".

 

Les guerres des petites phrases doit cesser. Voilà le message de Guillaume Garot, député-maire de Laval et porte-parole de Ségolène Royal.

"Comme tout responsable socialiste, Martine Aubry doit se garder de "tacler" les candidats déclarés.

Cela ne profite qu'à la droite".

 

Pour Guillaume Garot, les socialistes doivent donc maîtriser leurs débats, en valorisant leurs propositions, et surtout en se respectant mutuellement".

Les primaires sont un "formidable moment de démocratie et d'échange, pour mobiliser les Français qui attendent une nouvelle politique pour notre pays".

"Ne gâchons pas cette étape par de regrettables petites phrases, au risque de nous affaiblir collectivement".

"Plus que jamais, un "code du respect" est nécessaire pour réussir les primaires, condition première d'une victoire de la Gauche en 2012".

Repost 0
Published by CORDIEZ Daniel - dans Présidentielles 2012
commenter cet article

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande