Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mémoire ...

Recherche

Contact

Archives

Intro

31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 18:00

On sent dans le billet de Michèle DELAUNAY une lueur d'espoir. Comme beaucoup au PS, elle veut croire qu'après La Rochelle beaucoup de choses peuvent changer, après plusieurs mois qui nous éloignent maintenant de "l'abo-minable" congrès de Reims.

Mais comme nous avons été maintes fois échaudés, on sent aussi de la prudence, quelques doutes sur la guérison du malade ...



La Rochelle : le pire n'est jamais sûr
Source : le blog de Michèle DELAUNAY  -  le 30 août 2009

Eh bien, non, le pire n'est jamais sûr : nous revenons, collectivement, de La Rochelle en meilleur état que nous y sommes allés.


Beaucoup d'entre nous, convenons-en, y sont partis à reculons, craignant d'en apprendre davantage des arrière-terrasses de café que des ateliers et d'assister en série à des baisers de la mort entre les plus valeureux de nos décombristes.

Que nenni ! Ceux-là étaient soit absents, soit ravis, épanouis, détendus, déclarant à qui voulait l'entendre que "Martine était géniale".

Dans le cours de ces quatre jours, selon une jeune habitude qui m'est chère, je me suis effacée derrière ce que j'entendais. J'ai suivi discours et ateliers avec la même assiduité que je suivais il n'y a pas si longtemps toutes les séances des congrès médicaux auxquels je participais.

 

Qu'ai-je ramené de La Rochelle ? La conviction, plus forte encore qu'au départ, que le Parti Socialiste est de ces chênes qu'on n'abat pas et qu'une dizaine de beaux parleurs ne peuvent cacher bien longtemps les 149 990 autres qui n'en pensent pas moins. Quatre mille de ceux-là étaient présents, dans une atmosphère en tous points différentes de celle de l'abominable congrès de Reims.

 

Tout n'est pas gagné. L'atmosphère d'un jour, voire de quatre, s'use vite à l'épreuve des petites chicanes et des difficultés.

"On ne trébuche pas sur la montagne, mais sur les petits cailloux".

Je m'amuse d'ailleurs à l'avance d'imaginer les sombres visages que Martine va trouver à Solférino après son annonce du mandat unique. Espérons, espérons très fort, que cela ne va pas raboter le périmètre de la décision.

 

A titre perso, deux petits plaisirs égotistes : l'annonce de la création d'un comité d'éthique pour sanctionner, contenir les débordements qui dressent les socialistes entre eux, que je réclame depuis que je suis au PS, et un autre, minuscule, que MA se soit, comme moi, amusée de rapprocher le grand Luc Chatel du Ministre Potemkine.

Et demain, pour l'immense majorité d'entre nous, la vraie grande rentrée des classes et une année difficile.

Partager cet article

Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 10:00



Sale dimanche en Sarkofrance
Source : sarkofrance.blogspot.com  -  le 30 août 2009

Mauvais dimanche en Sarkofrance. Un sondage a pourri les quelques jours de vacances prolongées de Nicolas Sarkozy :

En 2012, il pourrait être battu, d'après une enquête réalisée par l'institut CSA paru samedi.



Retournement politique ?
On ne s'attardera pas davantage que cela sur la valeur de ce sondage. Nous avons pris la détestable habitude de critiquer cette boulimie sondagière aggravée en Sarkofrance. Mais ce sondage-là pourrait faire date.
"Selon l'étude réalisée sur un échantillon représentatif de 1006 personnes âgées de plus de 18 ans :

50% des Français pensent qu'un candidat de l'opposition pourrait l'emporter face à Sarkozy si ce dernier se représentait à la prochaine élection présidentielle en 2012.
A l'inverse, seuls 36% des sondés imaginent l'actuel Chef de l'Etat enchaîner sur un deuxième mandat.
" (l'article du JDD)
Dans le détail, les sondés proches de la gauche, du Modem et des Verts semblent particulièrement requinqués. De quoi inquiéter Sarko, si habile à manipuler le débat politique.

Il est également trop tôt pour dire si l'espoir s'est véritablement levé parmi les opposants à la politique du gouvernement. Néanmoins, le spectacle donné par l'opposition ces deux dernières semaines avait quelque chose de réjouissant. Il était facile de critiquer les bisbilles personnelles des socialistes, les difficultés du Modem. Le succès d'Europe Ecologie aux élections européennes a été un premier signe. Cet été, la perspective de primaires, élargies ou pas, a fait taire les rivalités au PS.

Partager cet article

Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 09:00

Taxe carbone :
Royal contente d'un changement du PS
qu'elle juge avoir provoqué

Source : AFP  -  le 30 août 2009

Ségolène Royal, présidente PS de Poitou-Charentes, s'est réjouie dimanche d'un changement de position du PS sur la taxe carbone, estimant avoir suscité cette évolution.

"Je suis contente de voir que le PS a changé sa position sur la taxe carbone", a déclaré sur France 2, en direct de Poitiers, l'ancienne candidate à la présidentielle.

"Si je n'avais pas parlé, tous les leaders politiques, tous les responsables politiques étaient d'accord pour cet impôt nouveau", a-t-elle observé.


Selon elle, "le réchauffement climatique est un problème majeur" et "une fiscalité écologique peut être très efficace, à condition qu'elle soit juste".

La taxe carbone, a-t-elle expliqué, "est un impôt nouveau sur l'essence, sur le gasoil et le fuel domestique. Est-ce que, oui ou non, les Français ont aujourd'hui le choix entre une voiture électrique et une voiture au gasoil? Non. Cette taxe est particulièrement injuste alors qu'une fiscalité écologique peut être très efficace si elle est juste, par exemple la fiscalité sur les déchets que j'ai faite lorsque j'étais ministre de l'Environnement".

 

Aujourd'hui, a-t-elle dit, "il faut d'abord que le gouvernement développe les transports en commun propres, la voiture électrique qui peut sauver l'industrie automobile française et ensuite on mettra en place un système de bonus-malus pour que l'orientation des comportements des Français puisse permettre la protection de la planète".

A l'ouverture de l'université d'été du PS à La Rochelle, vendredi, Ségolène Royal avait dénoncé la taxe carbone, qualifiée d'impôt "injuste" et "insupportable", qui va "assommer" des familles qui "n'ont pas le libre choix de rouler propre".

Quant aux critiques acerbes de Daniel Cohn-Bendit sur sa position, elle a jugé qu'il n'avait "pas vu la totalité" de sa déclaration.

Partager cet article

Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 08:00

Après Royal, Aubry rejette l'idée d'une taxe carbone
Source : LEMONDE.fr  -  le 30 août 2009

Martine Aubry a dénoncé, dimanche 30 août, les projets du gouvernement en matière de fiscalité écologique, se prononçant contre la "taxe carbone de l'UMP".

Les idées de la droite française "sont vertes à l'intérieur mais elles incarnent en réalité un laissez-faire toxique", a dénoncé la première secrétaire du Parti socialiste dans son discours de clôture de l'université d'été de La Rochelle.


"Nous voulons la fiscalité écologique, mais nous ne voulons pas de la taxe carbone de l'UMP", a-t-elle insisté.

"Je crois qu'on peut dire avec tous nos amis de la gauche que nous proposons une Contribution climat énergie dont le produit doit être utilisé pour faire des compensations sociales", a-t-elle expliqué.


"INEFFICACE SUR LE PLAN ÉCOLOGIQUE, INJUSTE SOCIALEMENT"

Tant Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts que Daniel Cohn-Bendit ont reproché ce week-end à l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal, son opposition à la taxe carbone.

Mais pour Martine Aubry, le mécanisme envisagé par le gouvernement "est inefficace sur le plan écologique, injuste socialement, accroissant la pression fiscale sur les familles et laissant les grandes entreprises de côté."

Cette taxe risque en outre d'être affectée "à la réduction du déficit budgétaire ou à la compensation de la suppression de la taxe professionnelle".

Puisque Nicolas Sarkozy "va nous la faire écolo jusqu'aux élections régionales", Martine Aubry a également lancé l'idée d'un "grand plan de transports carbone zéro" qui serait financé pour moitié par l'Etat et pour moitié par les régions, dont vingt sur vingt-deux sont dirigées par les socialistes. 

Partager cet article

Repost0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 07:00

Ouh là ! Ca va faire mal, le gouvernement va sévir. Bon, après cet effet d'annonce, attendons les actes ...
"Même pas peur !" doivent penser les contrevenants !!! On ne va pas vers une amnésie amnistie fiscale, dit le ministre. Ca n'en a pas la couleur, ça n'en a pas l'odeur (de l'argent !) ... mais ça y ressemble !
"Bonjour, Michel !"


Woerth : "Nous avons les noms de 3 000 détenteurs de comptes en Suisse"
Source : LEMONDE.fr  -  le 29 août 2009

Bercy s'est procuré une liste de 3 000 contribuables français détenant des comptes dans trois banques suisses, annonce Eric Woerth, le ministre du budget, dans une interview au Journal du Dimanche :
Woerth: "Que les 3000 évadés fiscaux se dénoncent"

Les sommes déposées sur ses comptes avoisineraient les trois milliiards d'euros. Selon le ministre, "une partie [de cette somme] correspond très probablement à de l'évasion fiscale".

"C'est la première fois que nous avons ce type d'informations, précises, avec les noms, les numéros de comptes et les montants en dépôt. C'est exceptionnel", se réjouit M. Woerth.
Les contribuables concernés doivent régulariser leur situation avant le 31 décembre, prévient le ministre, qui précise qu'après cette date le "contrôle fiscal s'appliquera dans toute sa rigueur : enquête détaillée et saisie de la justice au besoin".

"La majorité des noms ont été obtenus par le biais du renseignement fiscal, de manière non anonyme et sans contrepartie financière et d'autres, par des déclarations d'établissements bancaires", indique encore le ministre, qui dit refuser l'idée d'une amnistie fiscale, qualifiée d'"injustice insupportable".

Partager cet article

Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 19:00


Ségolène ROYAL était l'invitée du journal télévisé de France 2,
diffusé le 30 août 2009 à 20 heures.

Il était question notamment de l'Université d'Eté du PS à la Rochelle,
et du projet de taxe carbone du Gouvernement




envoyé par  segolene-royal

Partager cet article

Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 10:00



"La taxe carbone, une mesure anti-sociale"
par Delphine BATHO

Communiqué de Delphine Batho, Députée PS des Deux-Sèvres,
porte-parole de Ségolène ROYAL



Les propos de Christine Lagarde confirment que la taxe annoncée par le gouvernement n'a rien à voir avec la fiscalité écologique que la gauche et les écologistes appellent de leurs vœux depuis longtemps.
Il s'agit avant tout de frapper les ménages les plus modestes et de boucher le trou creusé par le bouclier fiscal en utilisant l'écologie comme prétexte.
C'est pourquoi on attend autre chose des Verts que des formules expéditives lorsque l'on critique à juste titre, comme l'a fait Ségolène Royal, ce nouvel impôt Sarkozy.

Dans les faits la taxe annoncée par le gouvernement sera un impôt sur la ruralité, un impôt sur les banlieusards et un impôt injuste pour tous ceux qui n'ont pas aujourd'hui d'alternative autre que la voiture.

On peut être viscéralement écologiste et ne pas cautionner cette mesure anti-sociale.

Taxe carbone : Cécile Duflot s'en prend à la "démagogue" Royal
Source : LEMONDE.fr  -  le 29 août 2009

Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, a dénoncé, samedi 29 août, les dirigeants politiques contestant la fiscalité écologique, visant indirectement Ségolène Royal. Vendredi, l'ancienne candidate à la présidentielle a demandé le retrait de la future taxe carbone, dont l'entrée en vigueur est prévue en 2010, un impôt qu'elle a qualifié d'"absurde, injuste et historiquement décalé dans le temps".
Invitée à l'université d'été du PS, à La Rochelle, Cécile Duflot a répliqué vertement. "Toutes celles et tous ceux qui s'aventurent à critiquer dans son principe et dans ses fondements la fiscalité écologique ne sont que des démagogues déconnectés de la réalité", a-t-elle déclaré devant les militants socialistes. "Cette contribution climat-énergie doit être la première pierre d'une nouvelle redistribution, d'un nouveau partage des risques parce que ceux qui polluent le plus ce ne sont pas les plus démunis", a-t-elle ajouté.

"IL NE FAUT PAS ÊTRE COMPLEXÉ PAR LES VERTS"
La position exprimée par Ségolène Royal tranche avec celle du Parti socialiste, qui a soutenu, quoique du bout des lèvres, les conclusions de la commission Rocard chargée de jeter les bases de la contribution climat-énergie.

"Je n'ai jamais pensé que l'écologie devait se défendre par la punition", a déclaré la présidente de Poitou-Charentes, qui a demandé au gouvernement de donner la priorité au développement des technologies propres, comme la voiture électrique. "De quel droit un gouvernement va-t-il assommer d'impôts des familles alors qu'elles n'auront même pas le libre choix de rouler propre ?", avait-elle dit.
Son entourage démentait samedi matin toute démagogie ou erreur stratégique. "Il ne faut pas être complexé par les Verts : la taxe carbone, c'est un impôt sur la ruralité et la banlieue. C'est un impôt sur les pauvres", a assuré la députée Delphine Batho.

Partager cet article

Repost0
30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 08:00

Ségolène Royal demande le retrait de la taxe carbone

Source : LEMONDE.fr  -  le 28 août 2009

Ségolène Royal a appelé vendredi 28 août le gouvernement à renoncer à son projet de taxe carbone, conçue pour inciter les Français à se tourner vers des technologies moins polluantes.

Devant les militants socialistes réunis à La Rochelle, la présidente de la région Poitou-Charentes a dénoncé une manœuvre destinée à "remplir les caisses que l'Etat a vidées".

"Je n'ai jamais pensé que l'écologie devait se défendre par la punition. Au contraire l'écologie doit se défendre par l'impulsion", a-t-elle estimé.


Contrairement à la direction du PS qui a soutenu, quoique du bout des lèvres, l'idée d'une taxe carbone, elle a dénoncé "un impôt insupportable pour ceux qui n'ont pas le choix entre acheter un véhicule polluant, puisqu'il n'y a que ça sur le marché, et une voiture électrique parce que celle-ci n'est pas encore fabriquée en grand nombre".

"Je dis : 'retirez cet impôt M. Fillon et mobilisez votre énergie pour la montée en puissance de l'industrie automobile française, et mettre massivement sur le marché des voitures électriques pas chères pour que les familles puissent choisir."


Avant son discours d'ouverture de l'université d'été du PS, Ségolène Royal avait posé pour les photographes à bord de la voiture électrique fabriquée par Heuliez, que la région Poitou-Charentes a contribué à sauver de la faillite.

 

Vendredi, elle a peaufiné sa stature internationale, rappelant qu'elle avait été nommée représentante mondiale aux Nations unies sur les coopérations en matière d'énergies renouvelables.

Partager cet article

Repost0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 14:00

Mercredi 26 août 2009, Jean-Claude Mailly (FO)
était invité sur France Inter :

"Le volontariat, c'est du pipeau"


envoyé par KAMELHOT

Partager cet article

Repost0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 10:00

Recul sur les niches fiscales :
"Il y a eu des pressions"

Source : LIBERATION.FR  -  le 27 août 2009

Didier Migaud, président (PS) de la commission des finances à l'Assemblée Nationale, estime que les députés UMP Carrez et Méhaignerie ont été poussés à retirer leur projet de suppression des niches fiscales.


Les niches fiscales, ces avantages fiscaux spécifiques qui font débat depuis de nombreuses années, devaient être réévaluées, sous l'égide des députés UMP Gilles Carrez et Pierre Méhaignerie. Las, ces derniers ont annoncé jeudi qu'ils mettaient fin à l'offensive contre ces avantages, qui coûtent en une année quelque 70 milliards d'euros à l'Etat. Entretien avec Didier Migaud, président (PS) de la commission des finances à l'Assemblée Nationale, qui a fait de la lutte contre les niches fiscales un combat majeur.

Comment avez-vous accueilli ce recul ?

Avec surprise. Je pense que Pierre Méhaignerie et Gilles Carrez sont sincères dans leur démarche, mais si les arguments qu'ils avancent n'étaient pas assez forts il y a quelques semaines, pourquoi le sont-ils aujourd'hui? Il y a vraisemblablement eu des pressions pour que ce débat ne soit pas soutenu. C'est un débat très sensible, la majorité n'est pas toujours très à l'aise sur les politiques fiscales. Méhaignerie et Carrez mettent le doigt sur le sujet, ce qui le rend encore plus sensible. Finalement, il y a beaucoup de rapports là-dessus, mais on reste trop dans le discours, pas dans l'action.

Ce recul intervient-il, selon vous, pour ménager l'électorat de l'UMP dans l'optique des élections régionales ?

Qu'il y ait des considérations politiciennes, oui, je le pense. Qu'il y ait une volonté de reporter le débat une fois de plus, oui, c'est vrai. Le président de la République ne souhaite pas que l'on revienne sur le bouclier fiscal, et il a tort. Car l'explosion des niches fiscales a eu deux conséquences: la dégradation de la situation de nos comptes publics, et une diminution de l'impôt que pour une toute petite partie des contribuables. C'est un vrai problème de justice fiscale.

Selon vous, les députés Carrez et Méhaignerie reprendront-ils cette offensive contre les niches fiscales en 2010 ?

Vu les arguments avancés, le moment ne sera jamais jugé opportun! Quoi qu'il en soit, évoquer la contribution climat-énergie pour justifier ce retrait est un prétexte. Elle ne doit pas être présentée comme un impôt supplémentaire, puisque son produit doit être redistribué. Elle amène à ce que la fiscalité prenne davantage en compte l'environnement. La justice fiscale est un vrai clivage. Aujourd'hui, on voit que ceux qui ont cette préoccupation, au sein de la majorité, sont empêchés d'aller jusqu'au bout.

Dans ce contexte, comment appréhendez-vous l'élaboration de la loi de finances ?

J'y ferai malgré tout des propositions. On s'attaque à la loi de finances dans quelques semaines, et ce débat sur les niches fiscales aura lieu. Mais, avant que l'on commence, la porte se referme. C'est regrettable.

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Européennes 2009


...

Ma sélection musicale

Musique à la demande